page 5
Souv'nirs d'un homme d'Douai de l'paroisse des Wios Saint-Albin, aveuc des bellés z'images . Croquis historique en patois douaisien, par L. D. | Gallica

Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 19 à 19 sur 286

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Souv'nirs d'un homme d'Douai de l'paroisse des Wios Saint-Albin, aveuc des bellés z'images . Croquis historique en patois douaisien, par L. D.

Auteur : Dechristé, Louis. Auteur du texte

Éditeur : Impr. de A. d'Aubers (Douai)

Date d'édition : 1857-1861

Sujet : Douai (France)

Type : monographie imprimée

Langue : français

Langue : français

Format : 2 vol. in-12

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 286

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : NordPdeC1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k6527379j

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK7-2514 (1)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36390168g

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 05/07/2013

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


Nous parlotes t'à-l'heure de l'rue Saint-Albin. —

Y fallot vire din l'temps de Louis dij-huit qu'un promenot sin buste au soir d'pis l'rue Saint-Albin squ'à ch'Gardin-des-Plantes ; y n'y avot gramain d'falots, eune musique, et un biau drapeau qu'il étot porté par Jacobachin; et y s'dérouïottent tertous l'gosier qu'y fallot vire ! — A Carneval chétot incor par là qu'un véiot chés Pinperlots faire leus biaux sermons aveuc ch'singe d'sus leu grand car, et j'z'infants y suivottentch'z'arléquins,chés pierrots et chés mam'loucks , in criant comme d'z'inragés : Vlà Louis aveuc s'queue d'radis ! Et père Talon ch'farceu y mettot toudis eune cloquette à sin derrière , et comme il étot boîteux , chelle cloquette aile sonnot comme un diabe tout du long d'chés rues. —

A l'Saint-Jean y n'y avot aussi chés pu biaux fus et un criot à tous chés portes : Saint-Jean il a qulin din l'iau, Saint-Pierre il l'a ramassé, un tiot morcian d'bos pou Vrécauffer ! y tronne !!!Et père Guidé y ramassot toudis plein un car à deux qu'vas d'ramons d'bos et d'camomène qu'un li j'tot d'tous chés fermettes d'guerniers, aussi y faijot un fu qu'un arot juré ch'ti que ch'brave Mosieu Wallct qui nous a fait eune fo su la Place , du qu'il avot r'présinté no ancien cloquet. — L'lundi de l'Trinité un portot Saint-Loza, l'patron d'chés l'ai-