Manuscrits

>

À propos de cet ensemble

La présence de documents manuscrits dans les collections de la Bibliothèque nationale de France remonte aux origines de la Bibliothèque royale. Lorsque le roi Louis XII (1498-1515) réunit dans son château de Blois la bibliothèque de son prédécesseur, Charles VIII, et la sienne, qu'il a héritée de la famille d'Orléans, elle comprend de nombreux livres manuscrits, car les progrès de l'imprimerie sont encore récents.Les guerres d'Italie enrichissent les collections de nombreux manuscrits, notamment en italien et en grec. Puis, dès le début du règne de François Ier (1515), la Bibliothèque accueille les premiers manuscrits apportés d'Orient.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le département des Manuscrits s'enrichit par l'acquisition de grandes collections d'érudits et par l'envoi de missionnaires en Orient. Durant la Révolution française, les saisies et confiscations font entrer à la Bibliothèque nationale les collections de la Sainte-Chapelle, de Saint-Germain-des-Prés, Saint-Victor, Notre-Dame de Paris, etc., où avaient été réunis quelques-uns des chefs-d'oeuvre de l'enluminure médiévale, tandis que les grandes bibliothèques municipales du pays recueillent parallèlement de très nombreuses collections d'abbayes, d'institutions religieuses et de nobles émigrés. Aux XIXe et XXe siècles, les collections s'ouvrent aux manuscrits littéraires, notamment après l'entrée des manuscrits et dessins de Victor Hugo, ainsi qu'aux grandes missions scientifiques en Orient, comme celle de Paul Pelliot en Asie centrale et en Chine.
Les manuscrits numérisés dans Gallica représentent toute la richesse des collections de la BnF. On y trouve ainsi, par exemple, la quasi-totalité des manuscrits rapportés de l'oasis de Dunhuang par Paul Pelliot, les chefs-d'oeuvre de l'enluminure carolingienne, de grands textes littéraires du Moyen Âge (romans de la Table ronde, Roman de la Rose, oeuvres de Froissart ou de Christine de Pizan, etc.), les plus beaux manuscrits à peinture arabes, turcs et persans, des peintures et livres xylographiques du Japon, et bien sûr les grandes oeuvres littéraires et philosophiques des XIXe et XXe siècles - notamment celles de Marcel Proust, Gustave Flaubert, Auguste Comte ou Hippolyte Taine.

Découvrir le fonds des manuscrits