Suite aux épidémies de choléra des années 1830, il est décidé de construire un nouvel hôpital au nord de Paris, à l'emplacement de l'ancienne léproserie du Clos Saint-Lazare. Construit entre 1846 et 1854, il est d'abord baptisé hôpital du Nord, puis hôpital Louis-Philippe et hôpital de la République. Il prend son nom définitif en 1853, en hommage à la comtesse Elisa de Lariboisière (1794-1851) et à son important legs à l'Assistance publique.

L'architecture de l'hôpital suit les préceptes hygiénistes préconisés par Tenon : les pavillons, parallèles les uns aux autres, sont isolés et reliés par des galeries. L'ensemble hospitalier comprend une chapelle et dix ailes parallèles, dont six sont consacrées aux malades. Une maternité y est créée en 1905, qui permet d’accroître la capacité d’accueil. L'hôpital compte alors plus de 1080 lits.

Carte, Plan général de l'Hôpital Modèle, Présenté par l'Administration des Hospices, pour Paris, au Clos Saint Lazare (600 lits) - [1844]

Ce projet architectural reprend le principe des pavillons parallèles reliés par des galeries et disposés autour d'une cour.

Hôpital Lariboisière, bâtiments - [XIXe-XXe siècles]

Documents iconographiques issus de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé :
Hôpital Lariboisière : Plan (1873)
Hôpital Lariboisière : cour d'honneur
Hôpital de Lariboisière (façade principale)
Hôpital Lariboisière : cour principale
Hôpital de Lariboisière (vue à vol d'oiseau)
Hôpital Lariboisière - Salle d'opérations

Histoire physique, civile et morale de Paris : depuis les premiers temps historiques. Tome 7 - 1859-1863

Notice historique sur l'Hôpital de la République - le nom donné à l'hôpital Lariboisière entre 1848 et 1852.

Sites et monuments (Paris) - 2016

Photographie couleur de la chapelle de l'hôpital Lariboisière.