Dieu s'exprime par l'intermédiaire des phénomènes célestes et de visions. Plus les phénomènes surnaturels sont singuliers, mieux ils rendent évidentes les manifestations de la puissance divine. En outre, par l'annonce des miracles et la condamnation des sacrilèges, les canards confortent l'ordre établi et dénoncent rébellions politiques et divergences religieuses. 

Phénomènes célestes et visions

Dieu agit par la médiation de phénomènes célestes . Plus les phénomènes surnaturels sont singuliers, mieux ils rendent évidentes les manifestations de la puissance divine, celles qui nous avertissent « journellement par diverses sortes & manieres d’amander notre mauvaise vie ». Elles prennent différentes formes, comme l’apparition d’une comète (Sommaire-discours sur la vision et présage du comete, qui premièrement s'apparut environ le commencement du moys de novembre 1577) ou des visions dans le ciel, « une chose supernaturelle, où le sens et la raison humaine ne voit goutte par les raisons & maximes de Physique » (L'espouvantable et prodigieuse Vision des fantosmes, au nombre de douze mille, advenus au pays d'Angoulmois, et veuz par les habitants de là, en grande admiration, 1608). Une fois encore, les détails prétendent donner à ces phénomènes un verni d’authenticité. De même, les listes de témoins : « De tout cecy, plus de trois cents personnes de qualité l’ont certifié par escrit & signé de leur main, lequel ils ont envoyé au Roi ».

Un fait divers peut par ailleurs être réédité. Les histoires sont alors « réchauffées », évoquant deux événements distincts survenus à des années d’intervalle ; le merveilleux est intemporel. 

Miracles et sacrilèges

Les canards bénéficient de l’indulgence des autorités. Ils confortent, en effet, l’ordre établi (« pour le présent, il ne se trouve aucunes personnes en toutes les Provinces & Villes de ce Royaume qui ne respirent autre choses que de manifester leur fidelité, & tres humbles services à leur Prince souverain Louys XIII ») et la souveraineté du Roi de droit divin (« les Anges tuteurs & protecteurs des Rois »), à l’image du Récit véritable de ce qui c'est nouvellement passé en la province de Bretagne, depuis le départ du Roy. Ensemble les signes & merveilleux prodiges apparus en l'air, tant à l'entour de la ville de Nantes, Sainct Malo, & autres lieux, les 7. & 10. septembre dernierDans cet exemple représentatif, les faits sont documentés, datés du jour et de l’heure, et les lieux précisés, comme les témoins, qui sont, gage de fiabilité, « des personnes de qualité ». Ainsi, à Nantes, une croix « fort lumineuse & esclairante » est apparue dans le ciel. À Saint-Malo, « deux escadrons de gens-darmes à cheval » ont été vus, flottant en l’air, entre lesquels se tenait un « gros globe de feu ardant » au cœur duquel une fleur de Lys s’est soudainement dévoilée. En Anjou, une autre vision céleste : des animaux, cette fois-ci. Ces miracles sont signes de la présence de Dieu, qui se manifeste pour effrayer ceux qui contestent l’autorité des « Puissances Souveraines », tout en affermissant la loyauté des sujets obéissants.

Dans le même ordre d’idée, le Roi procède à des « actions miraculeuses », également documentées, comme le rapporte, en 1629, cette « guerison d’une Damoiselle qui avait perdu la veuë par les escröuelles, touchée par sa Majesté, fut guerie ».

Enfin, les canards exaltent le ressentiment à l’égard des actions sacrilèges et des « hérétiques ». Les Juifs, les Turcs et les protestants sont les sujets privilégiés de leurs condamnations, à l’image de cette publication de 1562, année du déclenchement de la première des guerres de religion ayant divisé le royaume de France au XVIe siècle : Les miraculeuses punitions divines advenues sur aucuns meschans & malheureux Lutheriens (a present nommez Huguenotz) ennemis de nostre mere saincte Eglise, a cause des cas enormes commis par yceulx contre la divinité. Et les merveilleux signes advenuz en Allemaigne. Par le chevalier chrestien, aux amateurs de l'Eglise catholique, hors laquelle n'y a nul salut.