Zakynthos est une île de la mer Ionienne qui se situe au sud-ouest du Péloponnèse, au large des côtes de l’Élide. Sa ville principale porte le même nom. On connaît mal l’histoire de cette île avant le Ve siècle av. J.-C. Vers 433, Zacynthos envoie une aide militaire à Corcyre, attaquée par Corinthe. Elle prend le parti d’Athènes dans la guerre du Péloponnèse (430-404 av. J.-C.). Après la défaite, une oligarchie pro-spartiate s’installe au pouvoir. À partir de ce moment, la cité ne cesse d’osciller entre les régimes démocratique et oligarchique. À la fin du IVe siècle av. J.-C., la démocratie est réinstaurée et Zacynthos intègre la seconde confédération athénienne. Au IIIe siècle, elle semble être une alliée du royaume macédonien. Zacynthos rejoint le koinon Achaïen en 191 av. J.-C. mais l’île est cédée aux Romains, qui la proclament indépendante deux ans après.

Zacynthos se place parmi les premières cités du Péloponnèse à frapper monnaie avec une production qui commence dès le début du Ve siècle av. J.-C. : drachmes, hémidrachmes et oboles en argent représentant un trépied associé à un carré creux. À la fin du siècle, de nouvelles émissions sont introduites : statères, trihémioboles et hémioboles. Les types d’argent sont constants jusqu’au IIe siècle av. J.-C. : la tête d’Apollon associée à son trépied ou un croissant et une feuille de laurier associés à Héraclès enfant tuant les serpents. Des dénominations de bronze sont émises au milieu du IVe siècle. Le monnayage d’argent semble s’interrompre entre le IIIe et le IIe siècle av. J.-C. et reprend avec une émission de drachmes (une ménade et un croissant) et hémidrachmes (Pégase et Aphrodite). À la même période, le monnayage de bronze s’enrichit de nouveaux types variés.

Le monnayage de Zakynthos est présenté dans des ouvrages généraux tels que le Catalogue of Greek coins. [10], Peloponnesus (Excluding Corinth) [Texte imprimé], Londres, 1887 de P. Gardner ou encore dans le Handbook of Coins of the Islands, Lancaster/London, 2010 de O. D. Hoover, p. 43-51.