La Corinthie est une région située sur l’isthme qui relie le Péloponnèse au continent grec. Sa cité principale est Corinthe. Cette dernière fait rapidement fortune grâce au commerce maritime et établit des colonies à Corcyre et en Sicile dès le VIIIe siècle av. J.-C. Elle prend une part importante dans les guerres médiques (490-479 av. J.-C.). Plusieurs conflits avec Athènes éclatent au Ve siècle ; Corinthe est résolument aux côtés de Sparte et la ligue Péloponnésienne durant la guerre du Péloponnèse (430-404 av. J.-C.). En 421 av. J.-C., Corinthe refuse de signer la paix de Nicias et fonde sa propre ligue avec Mantinée, Argos et Élis pour poursuivre la guerre contre Athènes. La cité est à nouveau dans le camp spartiate lorsque le conflit reprend en 414 av. J.-C. Au siècle suivant, après la victoire lacédémonienne, Corinthe forme une alliance avec Thèbes, Argos et Athènes, pour s’opposer à l’hégémonie spartiate. Dans les années 330 av. J.-C., Philippe II installe une garnison sur une des collines de Corinthe pour surveiller le Péloponnèse. Par la suite, il y établit la Ligue de Corinthe. En 243 av. J.-C., Corinthe intègre brièvement le koinon achaïen puis passe à nouveau sous domination macédonienne. Au IIe siècle av. J.-C., elle est l’une des cités les plus riches de Grèce. Corinthe est détruite par les Romains en 146 av. J.-C.

Deux cités ont frappé monnaie en Corinthie : Corinthe et la modeste Ténée. Corinthe est l’une des premières cités à adopter un monnayage d’argent, suivant un étalon local. Ses premières monnaies, au VIe siècle av. J.-C. représentent Pégase. Ce type reste dominant jusqu'à la fin du IVe siècle av. J.-C. Pendant la guerre du Péloponnèse sont émises des monnaies représentant Bellérophon et la Chimère. Au milieu du IVe siècle av. J.-C. sont émises les premières dénominations de bronze, cette production se poursuit jusqu’au milieu du IIIe siècle. Au IIIe siècle, la cité frappe des monnaies sur le modèle de celles d’Alexandre le Grand puis, au IIe siècle, des numéraires d'argent du koinon des achaïens.

Les monnayages de Corinthie sont présentés dans l’ouvrage de O.D. Hoover, Handbook of Coins of Northern and Central Greece, Lancaster/London, 2014, p. 518-543. Spécifiquement dédié à Corinthe, et bien que daté, l'ouvrage d'O. E. Ravel, Les « poulains » de Corinthe. Monographie des statères de Corinthe (de 650 à 415 av. J.-C.), Bâle, 1936 demeure indospensable.