Carlos de Beistegui, d’origine basque (né à Mexico en 1863, mort à Biarritz en 1953), d’une famille immensément riche fixée en France en 1876, amateur d’art éclairé, a entretenu dès le début du XXe siècle des liens avec le Cabinet des médailles, notamment au travers de plusieurs dons entre 1902 et 1919. En décembre 1931, après en avoir fait l’annonce à. J. Cain par lettre le 15 octobre, il déposa au Cabinet sa prestigieuse collection composée essentiellement de monnaies d'or.

Dans sa réponse, datée du 4 novembre, l’administrateur général de la Bibliothèque Nationale se félicite de la générosité de son geste et termine en espérant que M. de Beistegui éprouvera « une juste satisfaction en voyant [sa] collection à l’honneur, classée dans des médailliers exécutés à cet effet, et placés dans la Salle du Grand Camée, à proximité des objets les plus justement admirés du Cabinet des médailles ».

Ce dépôt fut mentionné dans la Revue Numismatique 1932, p. 108 : 1 227 pièces rejoignaient le Cabinet, à titre définitif « dans la pensée de son propriétaire et conformément aux lettres qu’il a échangées avec M. l’Administrateur ». Dès 1934, J. Babelon publiait, dans un ouvrage réservé aux amis de M. Carlos de Beistegui et tiré à 80 exemplaires hors commerce, le catalogue de ce magnifique ensemble. Les séries représentées sont les suivantes : grecques (n° 1-55), romaines (n° 56-222), byzantines (n° 223-228), multiples romains (n° 229-239), gauloises et françaises (n° 240-642), féodales françaises (n° 643-677), étrangères (n° 678-1178), médailles françaises (n° 1179-1206) et étrangères (n° 1207-1226). D’une manière générale, C. de Beistegui s’était procuré les raretés que ne possédait pas le Cabinet (voir le compte-rendu dans la Revue Numismatique 1934, p. 267-268). En 1944, Carlos de Beistegui révoqua sa promesse de don alors qu’il venait, en 1942, de faire don au Louvre de sa collection de peintures. La collection de monnaies fit donc finalement l'objet d'un achat le 12 juillet 1944 sous le numéro d'inventaire P 552.

Bien que peu nombreuses, les monnaies grecques issues de la collection Beistegui sont d'une qualité exceptionnelle, à la hauteur de la réputation du collectionneur amateur d'exemplaires en tout points parfaits. Aujourd’hui, ces monnaies ne sont pas conservées à part, en tant que collection, mais ont été intégrées aux différentes séries auxquelles elles appartiennent. Elles ont gardé leur numérotation et leur étiquette d’origine.