Michel Leiris (1901-1990) venait de rompre avec le mouvement surréaliste lorsqu’il rencontra Marcel Griaule à la revue d’avant-garde Documents, dont il fut le premier secrétaire de rédaction. En quête de voyages et de découverte de soi ou des autres, il suivit alors Marcel Griaule en Afrique dans sa célèbre mission ethnographique Dakar-Djibouti (1931-1933), qu’il a parcouru dans sa totalité. À son retour, il dirigea le tout nouveau département « Afrique » du Musée d’ethnographie du Trocadéro devenu Musée de l’Homme. Jusqu’à la fin de sa vie, il mena de front sa carrière d’ethnologue et celle d’un écrivain et intellectuel engagé. Le parcours de Leiris témoigne ainsi des nombreuses passerelles entre l’ethnologie française des années 1930 et les avant-gardes littéraires et artistiques parisiennes.

La sélection se concentre sur l’aspect ethnographique de son œuvre : textes parus dans la revue Documents, articles ethnographiques sur le culte éthiopien des génies zar ou sur les oraisons funèbres des Dogons ainsi que quelques comptes rendus d’expositions.