L’expédition transafricaine Dakar-Djibouti est la plus connue des missions ethnographiques françaises en raison à la fois de sa durée (quasiment 2 ans), de sa forte médiatisation, de ses collectes massives, de son financement exceptionnel par voie parlementaire et du nombre important de ses participants. Marcel Griaule, chef de mission, s’est entouré en effet de dix collaborateurs aux compétences variées : linguistes, naturaliste, musicologue, ethnographes, peintre, opérateur cinématographique, mécanicien… Itinérante, cette expédition automobile n’en effectua pas moins des enquêtes et des collectes ciblées dans trois régions d’Afrique : le pays dogon au Soudan français, le Nord-Cameroun et la ville éthiopienne de Gondar.

Outre la campagne médiatique (voir la partie "Echos dans la presse"), la mission a bénéficié du concours de ses membres à sa promotion et à celle de l’ethnologie française. De nombreux textes sur les objectifs, les méthodes, le déroulement et les résultats de l’expédition ont en effet été publiés. Ces articles ont paru dans des revues de vulgarisation scientifique mais aussi dans la presse spécialisée ou généraliste.