La mission Abyssinie, qui s’est déroulée entre 1928 et 1929, fut la première expérience de terrain de Marcel Griaule. Elle se distingua des expéditions suivantes par le nombre restreint de participants et par sa couverture médiatique relativement limitée. En revanche, cette première mission présente déjà toutes les caractéristique des missions Griaule : la soif d’aventures lointaines des ethnographes, leur prédilection pour l’étude des sociétés isolées, la rigueur de leurs méthodes d’enquête, leur pluridisciplinarité, leur goût pour les peintures et les mythes, et enfin leur ambition littéraire. Dans la sélection de documents relatifs à cette mission figurent ainsi plusieurs écrits littéraires évoquant les péripéties du voyage et les légendes recueillies, rendant ainsi compte du large spectre de leur production.

Toutefois les articles de Marcel Griaule publiés dans la Revue de Paris ne doivent pas être pris comme des témoignages véridiques, mais comme des récits romancés construits à partir des « coutumes », des mythes et des peintures éthiopiennes qui ont fasciné l’auteur. Ces textes furent par la suite réunis, avec d’autres, dans l’ouvrage de Marcel Griaule Les Flambeurs d’hommes paru en 1934 et récompensé l’année suivante par le prix Gringoire.