Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

Histoire du téléphone

1
14 janvier 2021

Le téléphone fait partie des objets du quotidien dont on ne peut plus se passer. Mais comment est-il né ? Pourquoi est-il devenu indispensable ?

Georges Carpentier au téléphone , Agence Rol, 1923

L’histoire du téléphone commence en 1876 avec l’Américain Alexander Graham Bell (1847-1922). Comme le souligne Louis Figuier dans Les nouvelles conquêtes de la science, l'électricité a permis, à la fin du XIXe siècle, le développement d’inventions scientifiques et d’innovations technologiques comme le téléphone.

Parmi ses devanciers, citons l’Allemand Philipp Reis (1834-1874), l’Italien Antonio Meucci (1808-1889), l’Américain Elisha Gray (1835-1901) qui déposa le même jour que Bell un brevet, ou le Français Charles Bourseul (1829-1912) qui imagina un appareil téléphonique en 1854. C’est souvent faute de moyens que leur invention n’a pu aboutir.
Graham Bell, né en Écosse puis naturalisé Américain, enseigne la physiologie vocale à l’Université de Boston. Parallèlement, il fait des recherches sur la transmission électrique du son. Son idée est alors de permettre aux sourds-muets de communiquer car sa mère est malentendante. Ainsi, il met au point un appareil en bois, muni d’un fil, en forme de bilboquet, et qui transmet le son et la parole humaine à distance.

Il présente son appareil lors de l’exposition du centenaire de l’indépendance des États-Unis à Philadelphie en 1876. Il y rencontre un électricien, Thomas A. Watson (1854-1934), qui devient son assistant. Il y fait aussi la connaissance d’un homme d’affaires, Gardiner Greene Hubbard,  qui le soutient financièrement et deviendra son beau-père. Watson et Bell améliorent ensemble la première invention de Bell et construisent un prototype du téléphone. « Mister Watson, come here, I want to see you » = « Monsieur Watson, venez ici, j’ai besoin de vous ! » C’est Bell qui parle à son collaborateur Watson, lui-même dans la pièce à côté, le 10 mars 1876. La voix sort d’une bobine reliée par deux fils conducteurs. Le brevet du téléphone est déposé le même jour. Cette date marque le début de l’aventure du téléphone.

Le téléphone est un appareil qui permet de transmettre la voix à distance par un courant électrique à l’aide d’un émetteur et d’un récepteur. Le téléphone fonctionne avec un fil électrique qui restitue un son dès lors que l’on fait vibrer un ressort d’acier placé à l’extrémité de ce fil. Le transmetteur et le récepteur électromagnétiques sont reliés par un circuit électrique comprenant une batterie ; une plaquette métallique est placée devant un électro-aimant qui se met à vibrer au son de la voix. Les vibrations produisent un courant électrique qui est transporté jusqu’au récepteur par un câble métallique. Ces ondulations forment un signal analogique voyageant jusqu’à 200 000 km/seconde à travers un fil de cuivre conducteur. L’instrument est réversible : il peut servir comme transmetteur pour parler et de récepteur pour écouter.

 Cependant, les sonneries, les fils et vibrations électriques sont déclarés mauvais pour la santé et source d’accidents si l’on n’y prend pas garde. En 1877, Thomas Alva Edison (1847-1931), inventeur du phonographe met au point un microphone à charbon. Cette invention contribue à l’amélioration du téléphone.
 

En 1896, le Suédois, Lars Ericsson met au point un cadran à 10 chiffres. En tournant le cadran, des impulsions électriques sont envoyées au central téléphonique. Le chiffre 1 correspond à une impulsion, le chiffre 2 à deux impulsions, etc. Plus tard, en 1980, avec l’invention du téléphone à touches, une note de musique est associée à chaque touche.

Développement du réseau téléphonique en France

Clément Ader (1841-1925), ingénieur et pionnier de l’aviation, commercialise le téléphone de Graham Bell dès 1876. Il le perfectionne et dépose un brevet en 1878. Il invente également le théâtrophone relié à l’Opéra de Paris pour écouter le théâtre chez soi.

 

Théâtrophone : affiche de Jules Chéret, 1890

En 1877, Antoine Breguet (1851-1882), polytechnicien, physicien et inventeur, présente le téléphone de Bell à l’Académie des sciences. L’année suivante, la troisième exposition universelle à Paris consacre la renommée de Bell et de son invention.

En 1881, Breguet est nommé chef du service des installations à la première Exposition internationale de l’Électricité et au Congrès des Électriciens qui se tiennent à Paris. Même si le public s’y intéresse, les pouvoirs publics choisissent le développement de la Télégraphie sans fil apparue quelques années auparavant et qui transmet des signaux Morse.La Société générale des téléphones (SGT) est créée en 1881 avec des fonds privés. Elle s’installe dans les grandes villes françaises par des conventions de non-monopoles. En 1889, l’Assemblée nationale décide de nationaliser la SGT afin d’améliorer les réseaux. Mais le financement doit être fait par les collectivités locales. Le développement en région dépend donc des élus locaux et de leurs financements.
Les demoiselles du téléphone : Allo ! J’écoute

Pour relier les abonnés entre eux, la commutation des lignes est faite manuellement au central téléphonique par des opératrices surnommées, en France, « les Demoiselles du téléphone ». Au moyen de cordons munis de fiches jack, elles réalisent les communications entre deux usagers. L’une d’entre elle, Madeleine Campana, qui travailla à la fin des années 1920 au Central Gutenberg, rue du Louvre à Paris, écrivit un livre de témoignage La Demoiselle du téléphone. Marcel Proust les décrit dans À la recherche du temps perdu comme « les ombrageuses prêtresses de l’invisible ». Elles suscitent fantasme ou haine parmi les usagers fortunés. On leur reproche leur accent provincial ou le temps d’attente jugé trop long. Fernand Raynaud s’en amuse avec son sketch « Le 22 à Asnières ». Elles raccrochent en 1978 avec la généralisation des lignes automatiques.

 
La ligne téléphonique internationale

Après 1910, la mise au point des amplificateurs à triode permet de téléphoner sur de plus grandes distances grâce aux ondes hertziennes. Ainsi, les villes peuvent s’interconnecter et bientôt les continents. La ligne Paris-New-York est inaugurée en 1928.
Les différents postes de téléphone
Depuis le bilboquet de Bell, le téléphone connaît de nombreuses évolutions techniques mais aussi esthétiques. Ainsi la catalogue de la Manufacture française d’armes et cycles de Saint-Étienne en propose une variété : mural, portatif, de bureau, avec ou sans sonnerie, avec microphone...Les postes Marty, développés à partir de 1910, intègrent des appels magnétiques. Le corps est en bois. Le coffre contient des piles. Il existe en version mobile ou murale. Il est nommé la boîte à sel à cause de sa forme rappelant un meuble de cuisine. Dans les années 1920, les téléphones à cadran font leur apparition.

Dans les années 1950, l’électronique améliore la communication. Le développement du numérique, dans les années 1990, entraîne l’apparition des téléphones intelligents.

Les usages du téléphone
 
Très vite, le téléphone devient l’objet à posséder. Le nombre d’abonnés ne cesse de croître. En 1879, vingt-sept mille téléphones sont en service dans le monde. En 1900, deux millions, puis en 1946, cinquante millions. Aujourd’hui, ils sont près de huit milliards, dépassant même le nombre d’habitants.

Les numéros de téléphone apparaissent sur les cartes de visite et les affiches publicitaires. C’est un outil pour vendre, pour réserver des places au théâtre, pour prendre rendez-vous. Le téléphone est un outil de communication, plus rapide que les lettres. La voix transmet des émotions et est plus spontanée que l’écrit. On peut l’utiliser pour joindre ses proches sans se déplacer, pour souhaiter des vœux, un anniversaire…
 
Depuis l’invention de Graham Bell en 1896, des progrès techniques dans les communications s’ajoutent à une nouvelle génération d’équipements pour aboutir aux téléphones portables d’aujourd’hui qui nous accompagnent partout.
 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.