Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

Le Pilote Français : un voyage sur les côtes de France

0
10 janvier 2020

Le Pilote Français est un atlas nautique du début du XIXème siècle composé de six volumes. Riche de 609 planches (cartes, plans, vues, tableaux) couvrant les côtes françaises de l’Atlantique, il est « l’ouvrage capital de toute une vie », le chef d’œuvre d’un hydrographe considéré comme le père de l’hydrographie moderne.  Cap sur cette œuvre cartographique majeure nouvellement dans Gallica.

Vue du goulet de Brest. Frontispice du premier volume du Pilote Français, 1823

Si le Pilote Français est considéré comme un ouvrage ayant marqué un tournant dans le domaine de la cartographie des côtes c’est en grande partie car il a été réalisé par un des personnages majeurs de l’hydrographie du début du XIXème siècle : Charles-François Beautemps-Beaupré (1766-1854).

Né bien loin du milieu maritime, Beautemps-Beaupré est malgré tout apparenté par alliance à une grande famille de géographes du roi. Son cousin Jean-Nicolas Buache, dit de la Neuville, directeur du Dépôt des cartes de la Marine et premier géographe du roi,  le prend très tôt sous son aile et s’aperçoit du potentiel du jeune Beautemps-Beaupré et de son intérêt particulier pour tout ce qui a trait à la cartographie.

Charles-François Beautemps-Beaupré (1808)

En 1783, à l’âge de 17 ans, et grâce à son cousin, Beautemps-Beaupré intègre le Dépôt des Cartes et Plans de la Marine. Il va alors pouvoir parfaire sa formation scientifique et cartographique. Durant cette période, faisant preuve de qualités exceptionnelles dans le domaine de l’hydrographie, entre autres, Beautemps-Beaupré assiste son cousin dans ses travaux et notamment dans la préparation des cartes pour l’expédition de La Pérouse. C’est ainsi qu’il demande l’autorisation de rejoindre cette dernière mais ne l’obtient pas, heureusement pour lui…
 
En effet, La Pérouse est porté disparu en mer depuis 1788 et une nouvelle expédition est alors organisée pour le retrouver. Celle-ci part de Brest, le 28 septembre 1791 et qui, cette fois-ci, se trouve à bord du navire La Recherche ? Beautemps-Beaupré, nommé premier ingénieur hydrographe de l’expédition, chargé de réaliser les levés des côtes des pays visités. Si la première mission de l’expédition ne fut pas remplie, la seconde fut un succès éclatant ! L’atlas qui complète le récit du Voyage de Dentrecasteaux à la recherche de La Pérouse de 1808 peut être considéré comme le premier véritable atlas nautique moderne produit en France.

Par la suite, Beautemps-Beaupré poursuit ses recherches à travers les mers et sa renommée ne cesse de croitre. Si bien que Le 25 février 1815, le même Beautemps-Beaupré, passé ingénieur hydrographe en chef de la Marine et Conservateur adjoint du Dépôt des Cartes, Plans et Journaux de la Marine et des Colonies, reçoit l’ordre de « commencer la reconnoissance hydrographique de toutes les parties des côtes de France ». Cette imposante mission aboutira à la publication en plusieurs temps du Pilote Français.
 

Page de titre du deuxième volume du Pilote Français, 1829

 « [Le Pilote Français] restera le plus beau titre de l’hydrographie contemporaine aux yeux de la postérité ». Frédéric Chassériau, historiographe de la marine (1807-1881).

Autrefois, les termes de Pilote ou de Neptune étaient utilisés pour désigner les atlas nautiques. A l’origine, le Pilote français s’intitulait ainsi le Nouveau Neptune Français mais Beautemps-Beaupré change finalement le nom de cet ensemble en 1822 à la veille de la parution du premier volume car il contient tout « ce que devrait posséder […] un pilote côtier ».

Les planches du Pilote sont de fait très nombreuses : 279 vues de côtes, 86 Cartes (21 générales et 65 particulières), 60 plans et 184 tableaux des marées composent l’ensemble des 6 volumes de l’atlas.

 

      Vues et relevés de côtes du sixième volume, 1843

 
 

  Premier Tableau des Observations de Marées qui ont été faites dans la Gironde et dans la Garonne, en 1825, troisième volume, 1832

   
 

                                    

Chef d’œuvre de l’hydrographie française, ayant marqué un tournant dans l’évolution de cette dernière, le Pilote Français est  le résultat de 28 années de travaux de levé, de rédaction et de gravure (1816-1843) couvrant l’ensemble du littoral atlantique de la France.

Le but d’un tel ouvrage était de fournir aux navigateurs la position de chaque danger sur les côtes françaises ainsi que d’en établir des levés d’une extrême précision.
 

Toutes les réalités du terrain sont prises en compte, Beautemps-Beaupré et ses équipes utilisent de nouveaux instruments scientifiques tel que le cercle de Borda, effectuent des sondages systématiques, appliquent les méthodes de triangulation aux côtes (une première pour l’hydrographie française !) et établissent un réseau de points géodésiques qui constituera l’ossature des cartes. Rien n’est laissé au hasard : tout est minutieusement noté, analysé et retranscrit avec une grande rigueur scientifique. L’hydrographie de découverte laisse alors place à l’hydrographie de précision.
 

Description et usage du cercle de réflexion, avec différentes méthodes pour calculer les observations nautiques, par le chevalier de Borda - Borda, Jean-Charles (1733-1799), 1787

Charles-François Beautemps-Beaupré met un point final au Pilote Français lorsque le 29 septembre 1844, à l’âge de 78 ans, il présente les six volumes du Pilote Français au roi Louis-Philippe qui lui remet alors les insignes de Grand Officier de l’ordre royal de la Légion d’honneur.
Pendant longtemps, cet atlas du Pilote Français de Charles-François Beautemps-Beaupré a été considéré comme la référence, l’atlas indispensable pour naviguer sur le littoral, alors n’hésitez pas et partez pour un voyage virtuel le long des côtes françaises !

Pour aller plus loin
- Les pages Sélections de Gallica consacrées aux cartes
- Artistes de la carte : de la Renaissance au XXIe siècle : l'explorateur, le stratège, le géographe, dirigé par Catherine Hofmann, chapitre V
À la mer comme au ciel : Beautemps-Beaupré & la naissance de l'hydrographie moderne, 1700-1850 : l'émergence de la précision en navigation et dans la cartographie marine, d’Olivier Chapuis
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.