Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

Elisa Champin, Joséphine Coutance et l'Album Vilmorin

1
7 avril 2021

Elisa Champin et Joséphine Coutance, peintres de fleurs au milieu du XIXe siècle, sont principalement connues pour leur travail sur l'Album Vilmorin, un ensemble de planches en couleur représentant des fleurs, légumes et plantes fourragères peintes d'après nature. Qui étaient ces femmes, presque oubliées de nos jours, dont le travail était régulièrement exposé dans la capitale ?

Album Vilmorin : fleurs rustiques, annuelles et vivaces, légumes et plantes fourragères, peintes d'après nature par Mme Champin et Mlle Coutance, Paris, 1851-1861.

Elisa Champin, née Elisa-Honorine Pitet vers 1807 à Paris, est la fille de Toussaint Auguste Pitet (1769-1846), sous-chef à la préfecture de police, et de Marie Adélaïde Victoire Dechevrières. Élève à l'École royale spéciale et gratuite de dessin pour les jeunes personnes (ancêtre de l'École nationale supérieure des arts décoratifs), elle y remporte plusieurs prix pour ses représentations de fleurs en 1819, 1820 et 1823. Elle aurait aussi été l'élève d'Adèle Riché (1791-1887), peintre de fleurs, elle-même élève du célèbre peintre Pierre-Joseph Redouté (1759-1840).

Elisa Champin expose ses aquarelles de fleurs au Salon (ou Salon de peinture et de sculpture), dans le musée du Louvre, à partir de 1833, d'abord sous son nom de jeune fille, puis, à partir du Salon de 1838, sous son nom de femme mariée. Elle épouse en effet Jean-Jacques Champin (1796-1860), fils du maire de Sceaux, peintre, aquarelliste et lithographe comme elle, de dix ans son aîné et veuf, le 12 janvier 1837 à Paris. Ils ont ensemble une fille, Marie Claire Champin, née le 31 mars 1838.

Elisa Champin participe à son dernier Salon en 1849 avec trois œuvres, l'une représentant des camélias et coquelicots variés, l'autre des feuillages de choux frisés, et la dernière, dans la partie lithographie, un cadre renfermant deux bouquets. Au début des années 1850, elle est sollicitée par les marchands grainiers Vilmorin-Andrieux, pour peindre « les fleurs remarquables [...] qui donnent facilement des graines », dont les planches doivent paraître annuellement. Elle se rend chez les Vilmorin à Verrières-le-Buisson pour réaliser d'après nature l'Album Vilmorin que l'on peut admirer sur Gallica, avec la peintre Joséphine Coutance, qui ne lui est pas totalement inconnue…

Marie Joséphine Coutance, née le 11 mars 1806 dans le 11e arrondissement de Paris, est la fille d'Edme Jean Baptiste Coutance (1770-1850) et de Marie Appolonie Eve Catherine Köhler (ou Koehler), mariés à Worms en l’an IX. Elle est la tante de Paul Meyer (1840-1917), fils de sa sœur Pauline Françoise Coutance et directeur de l'École nationale des Chartes à partir de 1882.

Élève à l'École royale spéciale et gratuite de dessin pour les jeunes personnes à la même période que sa consœur Elisa Pitet, elle y remporte un prix la même année qu'elle, en 1823.
La suite de son parcours est similaire : elle expose ses aquarelles de fleurs au Salon à partir de 1833, et jusqu'en 1844. Elle présente deux aquarelles dans cette dernière exposition, l'une de fleurs, l'autre de fruits. En mai 1846, elle participe à l'exposition du Cercle général d'horticulture à l'orangerie des Tuileries, avec la peinture d'une rose blanche, puis réalise certaines peintures de l'Album Vilmorin avec Elisa Champin dans les années 1850. Restée célibataire, toutes ses œuvres sont signées Mlle Coutance.

Elisa Champin s'éteint le 2 septembre 1871 à Sceaux à l'âge de 64 ans, et est enterrée au cimetière de Montmartre ; Joséphine Coutance disparaît quant à elle le 20 janvier 1875 à Vincennes, à presque 69 ans. L'histoire a retenu le nom de la première : les horticulteurs Jamin et Durand lui dédièrent une variété de fraises, et le Bénézit, célèbre dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, lui consacra une notice. Le nom de la seconde, également mentionné dans le Bénézit, fut presque oublié… Pourtant, toutes deux nous donnent encore à voir leur art, pour notre plus grand plaisir.

Pour aller plus loin :
- Découvrez, dans notre sélection des plus beaux ouvrages illustrés de botanique, les sections consacrées aux fleurs et aux fruits et légumes.

 

Commentaires

Soumis par Pages d'Histoire le 08/04/2021

Excellent article sur des pionnières de l'Art horticole.
Merci.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.