Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

Voyageuses, épisode 1 : 1772-1880

1
6 mars 2019

Longtemps sous-estimées voire ridiculisées par leurs concurrents masculins, qui considèrent que l’aventure, l’exploration et le récit qu’on en fait sont des prérogatives essentiellement viriles, les relations de voyages écrites par des femmes sur le vif ou à leur retour en Europe, sont pourtant pleines d'intérêt.

Loin de ce dédain que l’on espère révolu, notre siècle manifeste une prédilection certaine pour la redécouverte de ces créatrices, dont les œuvres sont peu à peu exhumées des archives et des bibliothèques : de nombreuses rééditions l’attestent. L’atteste aussi le grand nombre de ces récits qui se trouvent sur Gallica et que cette rencontre entend mettre en valeur, au croisement de la littérature, de l’information journalistique et de l’observation quasi ethnographique.

Si Ida Pfeiffer (1797-1858), Isabella Lucy Bird (1831-1904) et Anne Blunt (1837-1917) ont toujours bénéficié d’une notoriété due à la diffusion internationale de leurs récits, bien des voyageuses, françaises notamment, méritent que leur œuvre soit relue aujourd’hui. C’est à l’évocation de ces plumes féminines, et de ces femmes de caractère, que la rencontre de Gallica du 12 février dernier vous a convié, en vous présentant, du XVIIIe siècle au XXe une quarantaine de textes numérisés disponibles sur Gallica.

1772 Isabel Godin des Odonais (1728-1792) a vécu de tragiques moments en Amérique du sud. Fille d’un aristocrate péruvien, mariée à un cartographe français, elle effectua un dangereux périple dans la Cordillère des Andes. On trouve le récit de ses mésaventures transcrit par son mari, dans une lettre de La Condamine
(son portrait, extrait de Marie Dronsart, Les grandes voyageuses, 1898)
 
1824 Charlotte Dard (1798-1862) a donné le récit du naufrage de La Méduse advenu en 1816. Ayant échappé à la catastrophe grâce à son sauvetage par une barque, elle raconta dans La chaumière africaine, (Dijon, Noellat, 1824) les vicissitudes qui s’ensuivirent et les souffrances subies en terre africaine, où une partie de sa famille mourut de faim.
  
1830 Lady Sydney Morgan (1783-1859) sacrifie à la tradition illustrée par bien des auteurs masculins au XVIIIe siècle du récit de voyage de l’aristocrate anglais à la découverte du continent européen, déjà un peu exotique à ses yeux.
La France en 1829 et 1830  Par Lady Morgan  (H. Fournier jeune,1830). (2 volumes)
 
1848 Valérie de Gasparin (1813-1894), née en Suisse, auteur d’ouvrages de prosélytisme, de traductions, de souvenirs et de récits de voyages, a parcouru l’Europe et le Proche Orient. On lui doit :
Journal d'un voyage au Levant, [Comprend : I. La Grèce ; II. L'Égypte et la Nubie ; III. Le désert et la Syrie] (M. Ducloux, 1848)
On lui doit aussi le récit d’un voyage en Italie : Au bord de la mer : rêveries d'un voyageur, (Michel Lévy frères, 1867)
Ainsi que  A travers les Espagnes  : Catalogne, Valence, Alicante, Murcie et Castille (Michel Lévy frères, 1869)
et Andalousie et Portugal (C. Lévy, 1886)

1854 Léonie d’Aunet (1820-1879) Son portrait ; Son Voyage d'une femme au Spitzberg, ( L. Hachette, 1854), qui a obtenu en son temps un grand succès, va figurer très vite sur Gallica
  
1857 Ida Pfeiffer (1797-1858), à la même époque, passionne aussi beaucoup  de lecteurs avec ses récits, qui continuent de paraître après sa disparition :
Voyage d'une femme autour du monde. traduit de l'allemand (Hachette, 1859)
 Mon second voyage autour du monde,... ; traduit. de l'allemand ( L. Hachette, 1857)
- Voyage à Madagascar   traduit de l'allemand (Hachette, 1881)  dont sa réception à Madagascar
 

Il n’existe pas de traduction française de Reise einer Wienerin [Ida Pfeiffer] in das heilige Land, nämlich : von Wien nach Konstantinopel, Brussa, Beirut, Jaffa, Jerusalem, dem Jordan und todtem Meere, nach Nazareth, Damaskus, Balbeck und dem Libanon, Alexandrien, Kairo, durch die Wüste an das rothe Meer, und zurück über Malta, Sicilien, Neapel, Rom u. s. w... paru à Vienne en 1844-1845 ; ni de Reise nach dem skandinavischen Norden und der Insel Island im Jahre 1845, paru en 1846
Certains de ses récits ont paru à titre posthume dans le grand journal de voyage et d’aventures Le Tour du monde
 
 
1858 Cristina Trivulzio, princesse de Belgiojoso (1808-1871), moins connue, était une héritière italienne mariée à un prince fortuné mais volage. Séparée à l’amiable, elle mena une vie aventureuse de patriote italienne. Les désillusions de l’échec de l’unité italienne qui semblait promise par Napoléon III  l’amènent à voyager en Orient (Syrie et Turquie). On lui doit :
 Asie mineure et Syrie  souvenirs de voyages par Mme la princesse de Belgiojoso (M. Lévy frères, 1858)
 
 1860 Catherine de Bourboulon (1827-1865), femme de diplomate, accompagna celui-ci en Extrême Orient.  Achille Poussielgue (1829-1869) a écrit Voyage en Chine et en Mongolie de M. de Bourboulon, ministre de France et de madame de Bourboulon, 1860-1861, (Hachette, 1866) en s’aidant des notes de Mme de Bourboulon, dont il reprend des passages entiers. Il assure que « Mme de Bourboulon est la première Européenne qui soit entrée à Pékin, et l'ait habitée ». Il ajoute : « Je dois à leur bienveillance la communication de. tous les renseignements qu'ils ont pu recueillir pendant leur long séjour en Chine et pendant leur voyage de retour : dessins, albums, photographies, notes manuscrites recueillies sur les lieux par Mme de Bourboulon, et empreintes de tout le charme et de toute la finesse de son esprit d'observation, tout a été mis à ma disposition, et, à vrai dire, cet ouvrage est autant leur œuvre que la mienne, car ils m'en ont fourni en -grande partie la substance ». Le récit était paru dans Le Tour du monde en 1863.
 
 1860 Adèle Hommaire de Hell (1819-1883) s’est dirigée aussi bien vers l’est : Voyage dans les steppes de la mer Caspienne et dans la Russie méridionale, (L. Hachette, 1860), que vers l’ouest :
 À travers le monde, la vie orientale, la vie créole , (Didier, 1870)
 
1866 Suzanne Voilquin (1801-1877), n’était pas, elle, une aristocrate, mais une « fille du peuple ». C’était aussi une adepte des continuateurs de Claude Henri de Saint-Simon (1760-1825), qui, poussés par leur tropisme oriental, s’établirent en Égypte. C’est seulement en 1866 qu’elle relate son expérience (E. Sauzet, 1866) : Souvenirs d’une fille du peuple ou la Saint-Simonienne en Égypte 1834-1836. Ce texte, jamais réédité depuis 1978, contient des chapitres qui relatent leur voyage en Égypte, en particulier un long chapitre d’un séjour dans un harem.

1867 Alexandrine Tinné (1839-1869), exploratrice néerlandaise en Afrique saharienne, n’a pas laissé de récits de voyages, mais une nomenclature scientifique de plantes demeurée en latin.
(portrait in Marie Dronsart)
Plantae tinneanae, sive Descriptio plantarum in expeditione tinneana ad flumen Bahr-el-Ghasal eiusque affluentias in septentrionali interioris Africae parte, (Vienne, les fils de C. Gerold, 1867)
 

 

1878 Anne Blunt ( 1837-1917). Son Voyage en Arabie, pèlerinage au Nedjed, berceau de la race arabe, ouvrage traduit de l'anglais (Hachette, 1882), n’est pas encore en ligne sur Gallica
(Son portrait in Marie Dronsart, Grandes voyageuses.
On dispose d’une riche iconographie, provenant de collections de la Société de Géographie : 11 photographies  d'aquarelles de Lady Ann Blunt sur l'Arabie et la Perse en 1878-1879,. Par exemple : Ignel, premier village du Jebel Shaumar en arrivant du Nord, photographie d'une prise à l'aquarelle par Lady Anne Blunt, pendant son voyage au Nedjed (Arabie)

 1880  Marie de Ujfalvy-Bourdon (1845-19..), Femme du linguiste et explorateur Charles Eugènes de Ujfalvy (1842-1904), participa aux expéditions scientifiques de son mari.
 De Paris à Samarkand, le Ferghanah, le Kouldja et la Sibérie occidentale : impressions de voyage d'une parisienne par Mme de Ujfalvy-Bourdon, (Hachette et Cie, 1880), livre richement illustré.
 

Commentaires

Soumis par s m le 15/03/2019

on peut ajouter Jeanne Barret

la première femme à faire le tour du monde

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.