Pratiqué sur le continent durant les VIIe et VIIIe siècles, en particulier à partir des scriptoria de Bobbio, Luxeuil ou Corbie, le style mérovingien caractérise les manuscrits par des initiales multicolores, inspirées des émaux cloisonnés qui ornaient les bijoux de l'époque. Ces initiales sont très souvent composées de poissons et d'oiseaux stylisés dont les formes arrondies s'adaptent à la structure de la lettre. Les pages de frontispice gardent les réminiscences antiques en intégrant les motifs végétaux et zoomorphes dans des structures géométriques de type portiques. Ces manuscrits préparent l'évolution vers la Renaissance carolingienne.