Enregistrements parlés

En 1869, l'auteur dramatique français  Victorien Sardou  écrit Patrie !, drame à grand spectacle. Ce drame remporte un franc succès public, tout comme ses nombreux autres écrits. Victorien Sardou est l'auteur d'une centaine de pièces, illustrant toute la variété du genre théâtral : comédies d'intrigue, drames à grand spectacle, tragédies (La Tosca), satires politiques, pièces comiques et comédie de moeurs (Madame Sans-Gêne) ainsi que de grandes pièces antiques, conçues pour Sarah Bernhardt (Fédora, Théodora).
Le 3 décembre 1874, Victorien Sardou présente pour la première fois au théâtre de la Gaîté à Paris, La Haine, drame en cinq actes et huit tableaux dont Jacques Offenbach a composé la musique de scène, renouvelant ainsi leur collaboration marquée par le grand succès de l'opéra-bouffe-féerie Le Roi Carotte. (1872). La Haine ne connaîtra pas un égal succès et sera déprogrammée après 27 représentations le 30 décembre.
En 1885, Victorien Sardou s'associe avec le librettiste Louis Gallet pour transformer Patrie ! en opéra. Sur un musique d'Emile Paladilhe, l'opéra est joué pour la première fois en 1886 sur la scène de l'Opéra de Paris.

Dans la rubrique "La vie à Paris" du journal Le Temps du 1er décembre 1905, Jules Claretie signera un article élogieux sur la qualité de ces enregistrements et soulignera l'importance de cette démarche artistique de la part du label, qui restera malheureusement sans suite.
"Un [correspondant] m'apprend que ce sont pas seulement nos comédiens que les Américains pourront écouter à distance, mais nos auteurs dramatiques. Et voilà que certain disque de "fonotipia" supprime lestement la distance et le temps. "On saura peut-être un jour mettre la parole en bouteille, a dit Théophile Gautier, et pour l'entendre, il suffira de déboucher le flacon". Victorien Sardou, qui cite cette phrase, a mis le paradoxe en pratique. Les disques dont je vous parle nous rendent la voix, l'accent, la vibrante parole de Sardou en personne. (...) Ainsi les Parisiens n'auront eu Patrie ou La Haine qu'interprétées par les artistes. Le disque "fonotipique" (orthographe italienne) nous offre l'oeuvre elle-même dite par le maître ouvrier. Un tour de roue, et c'est Sardou qui parle. (...) C'est Sardou en bouteille, comme le disait Gautier, qui avait lu d'ailleurs l'Arioste."

Bibliographie :
Elizabeth Giuliani, "Le théâtre dans les collections du département de l'Audiovisuel", Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS [en ligne], 36 / printemps 2011.

Autre ressource audiovisuelle :
[Images animées] Patrie / Louis Daquin, réal. ; Charles Spaak, adapt. ; Victorien Sardou, aut. adapt. ; Pierre Bost, dial. ; Pierre Blanchar, Jean Desailly, Maria Mauban... [et al.], act., Courbevoie : René Château vidéo [éd.] ; Courbevoie : Hollywood boulevard vidéo [distrib.], 1996 (DL).