Quand des gallicanautes étudient le droit du patrimoine culturel en France

0
Publié par Equipe Gallica le 3 juillet 2015 dans Du côté des Gallicanautes

Les gallicanautes Marie Trape, ingénieur d'études et Noé Wagener, en post-doctorat au CNRS,  nous parlent du projet Mémoloi, programme de recherche sur les « grandes lois » qui ont marqué le droit du patrimoine culturel en France.

Projet Mémoloi

http://memoloi.hypotheses.org/

 

Bonjour Marie, bonjour Noé, comment est né le projet Mémoloi ?

Le projet Mémoloi est né au sein d’un laboratoire du CNRS, le Centre d’études sur la coopération juridique internationale (CECOJI) autour de deux chercheurs, Marie Cornu et Jérôme Fromageau. Il est aujourd’hui porté par l’Institut des sciences sociales du politique (CNRS / Université Paris-Ouest / ENS Cachan) et bénéficie de la collaboration de différents partenaires comme l’École nationale des chartes, les Archives nationales, la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, la direction générale des patrimoines ou encore le Comité d’histoire du Ministère de la culture et de la communication.Ce projet a pour objectif l’étude de la genèse des « grandes lois » qui ont marqué le droit du patrimoine culturel en France, aujourd’hui rassemblées dans le Code du patrimoine (loi de 1913 sur les monuments historiques, loi de 1979 sur les archives, loi de 2002 sur les musées, ...).

Pour chacune de ces lois, une monographie est actuellement en préparation. Un premier ouvrage a déjà été publié : “1913, Genèse d’une loi sur les monuments historiques”. Ces monographies prennent appui sur un travail de recensement des sources, à partir du dépouillement minutieux des journaux officiels, des recueils de jurisprudence et, surtout, des fonds d’archives (archives des bureaux, archives parlementaires, …). Une campagne de numérisation de documents d’archives conservés à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine et aux Archives nationales a ensuite été engagée. Une plate-forme de consultation de ces documents, pilotée par Florence Clavaud (Archives nationales), est en cours de développement, ainsi qu’une édition électronique (XML-TEI).

Pouvez-vous nous donner des détails sur le site ?

Nous avons créé un carnet de recherche hébergé sur la plate-forme hypotheses.org – un outil de communication scientifique à disposition des chercheurs en sciences humaines et sociales. Ce site poursuit deux objectifs : il nous permet de faire état de l’avancée de notre recherche (billets thématiques et billets d’actualité), mais nous offre aussi la possibilité de mettre en valeur les différents outils que nous avons constitués dans le cadre de la préparation des monographies. Ainsi, le recensement des textes successivement parus au Journal officiel depuis 1871 et l’inventaire des décisions de jurisprudence publiées au Recueil Lebon sont présentés sous la forme de frises chronologiques. De plus, des archives numérisées sont régulièrement présentées, dans le cadre d’une rubrique intitulée « Balade dans les archives ». Enfin, des notices biographiques des principaux acteurs historiques sont également mises en ligne.

 

img2_20.jpg

Loi du 10 juillet 1914 portant création d'une caisse des monuments historiques

http://blog.bnf.fr/uploads/gallica/2015/07/memoloi2.jpg

 

Comment avez-vous utilisé Gallica pour ce projet ?

Gallica constitue une ressource très importante pour notre recherche. Nous l’avons mobilisé pour enrichir nos frises chronologiques (en renvoyant comme ci-dessus aux numérisations du Journal officiel et du Recueil Lebon). Mais, plus généralement, Gallica est un outil largement utilisé par les chercheurs participant au projet Mémoloi, que ce soit pour la consultation de thèses anciennes, de brochures ou de manuels d’époque, ou pour le dépouillement de revues juridiques comme la Revue du droit public. Nous signalons d’ailleurs régulièrement sur le carnet de recherche certaines des découvertes que nous avons pu faire sur Gallica comme cette brochure de Théophile Ducrocq,  La loi du 30 mars 1887 et les décrets du 3 janvier 1889 sur la conservation des monuments...

Quelles évolutions envisagez-vous pour la suite ? Qui est susceptible de vous aider à enrichir le site ?

Nous cherchons à alimenter le carnet de recherche encore plus régulièrement et à le faire connaître au-delà des chercheurs travaillant sur cette thématique. Pour cela, nous avons créé un compte twitter @projetMemoloi.

Tout le défi, en réalité, est de parvenir, par ce carnet, à toucher un public très hétérogène : scientifiques, agents des administrations culturelles, étudiants et plus largement toute personne intéressée.

Plus concrètement, nous envisageons d’améliorer l’interactivité sur le site, afin qu’un dialogue s’instaure avec les lecteurs ; nous serions ravis que l’on nous signale tout type de ressource autour de l’histoire du droit du patrimoine culturel, que ce soit sur Gallica, dans les services d’archives départementales, mais aussi dans les fonds d’archives privées.

Nous réfléchissons par ailleurs à la mise en place de nouveaux outils permettant de mettre en valeur nos données, à l’instar des frises chronologiques. Nous souhaitons en outre tirer parti des nombreuses ressources iconographiques présentes sur Gallica, pour illustrer nos billets mais aussi pourquoi pas en mettant en place des galeries de portraits ou d’objets.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.