La mission dans les Ardennes est la première pierre de l’atlas linguistique phonographique rêvé par Ferdinand Brunot avec les Archives de la parole. Elle a lieu en juin-juillet 1912, Brunot y est assisté par l’un de ses anciens élèves : Charles Bruneau, qui vient de soutenir une thèse sur les parlers ardennais. Cette enquête dialectologique sur le terrain est la première en France à utiliser le phonographe.

Elle est aussi la première à employer l’automobile comme moyen de transport. La société Alda fournit en effet "une limousine de 30 chevaux Charron en location pour une durée de 3 à 4 semaines". L’itinéraire retenu pour "l’exploration" couvre un territoire d’environ 100 kilomètres au nord-est et à l’est de Mézière, englobant les Ardennes franco-belges.35 villages sont visités : 15 en Belgique, 20 en France, soit 2 à 3 villages par jour.

De leur mission dans les Ardennes, Ferdinand Brunot et Charles Bruneau ramènent 166 documents sonores enregistrés sur disques plats Pathé saphir de 25 cm de diamètre, grâce à un matériel d’enregistrement spécialement conçu pour l’enquête par Pathé. Les récits de vie et les dialogues dominent, mais on y trouve également trois contes et 22 chansons. Les sujets abordés ont trait évidemment à l’agriculture, à l’élevage, mais aussi à la lessive et à la contrebande.