En 1924, Hubert Pernot devient directeur des Archives de la Parole. En 1927, l'Institut de phonétique souhaité par l'Université de Paris est doté de statuts, entraînant la transformation des Archives de la Parole en Musée de la parole et du geste, et leur déménagement en 1928 de la Sorbonne vers le 19 rue des Bernardins.

Le travail d'Hubert Pernot opère un tourant épistémologique de la linguistique au "folklore musical". Pernot réalise trois missions de collecte à l'étranger : en Roumanie en 1928, en Tchécoslovaquie en 1929 et en Grèce en 1930.
En 1930, Pernot est appelé à occuper une chaire de grec postclassique et moderne et quitte l'Institut de phonétique. Philippe Stern, futur conservateur du Musée Guimet, alors attaché au Musée de la parole et du geste, enregistre pour ce dernier l'anthologie musicale des "chants, musiques et dialectes indigènes" lors de l'Exposition coloniale internationale de Paris en 1931.

Consulter la description détaillée de ce fonds dans le catalogue BnF-Archives et manuscrits.