Le collectionneur américain Atherton Curtis (1863-1943) a réuni au cours de sa vie un ensemble d’estampes colossal, tant dans son nombre (plus de dix mille œuvres) que dans la variété des époques, des techniques et des origines géographiques représentées. En 1939, il en lègue une sélection à la Bibliothèque nationale, parmi lesquelles huit cent estampes japonaises.

Élements de biographie

Curtis avait commencé sa collection à New York en 1896 par l’achat d’épreuves de Hokusai et de Hiroshige. S’installant à Paris, il y fait transporter ses caisses d’estampes, et poursuit ses acquisitions auprès de marchands français, dans des ventes publiques en France, en Angleterre et en Allemagne.

Focus sur quelques oeuvres

Plusieurs pièces de la collection Curtis sont rarissimes, voire uniques. L’une des plus précieuses consiste en un recueil de 150 dessins originaux d’Hokusai, que Curtis a acquis auprès de Samuel Bing. Dans la lettre de vente qui l’accompagne, Bing en parle comme d’un « monument remarquable pour l’histoire de l’art japonais ».