S comme Statistiques

0
Publié par Alina Cantau le 22 juin 2015 dans Collections, Partenaires

Tout au long du mois de juin, dans le cadre du Challenge AZ, nous vous proposons d’explorer les ressources disponibles dans Gallica pour la recherche généalogique. Aujourd’hui, découvrez les statistiques offertes par les documents de l'Insee.

Données sociales, Insee, 1987
Données sociales, Insee, 1987

Les statistiques de recensement sur des thématiques aussi diverses que l’évolution de la population, le logement ou la famille, sont signalées dans Gallica grâce à la contribution de la bibliothèque de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Ces données, disponibles pour le territoire national, mais aussi par commune ou département, s’avèrent très utiles aux généalogistes car elles permettent d’avoir une vision de la composition de la famille, de son niveau social, de sa situation patrimoniale, et permettent d’établir des comparaisons avec la France d'aujourd’hui. Pour compléter les recensements, ont été organisées en France dès 1886 des enquêtes sur le nombre d’enfants vivants par famille, étendu en 1906 au nombre total d’enfants.  La Statistique des familles de 1906, ouvrage publié en 1912, présente un intérêt particulier.

Familles suivant la durée du mariage, aux divers recensements
Familles suivant la durée du mariage, aux divers recensements

Ce document introduit un nouvel indicateur, la productivité des mariages, qui tient compte des naissances totales par famille, et propose des résultats par âge et profession du chef de famille, et durée du mariage. Pour la première fois, la fécondité peut être étudiée sous une approche globale, en analysant les facteurs explicatifs.

Les statistiques sur l’évolution des noms patronymiques et des prénoms à différentes époques présentent aussi un intérêt évident pour les recherches généalogiques. L’étude intitulée Monsieur Dupont s’appelle Martin et son prénom est Jean présente les résultats d’une  étude qui porte d’une part sur le nom des enfants nés en 1950 dans 56 départements, et d’autre part sur les prénoms des personnes nées à des dates diverses, à Paris et en Ariège. Sans surprise le patronyme le plus répandu est Martin et le prénom le plus usuel Jean. Pour autant, la liste des prénoms utilisés est très différente d’une région à l’autre, sous l’influence notamment des phénomènes migratoires historiques.

Découvrez aussi l’enquête de Guy Desplanques, 15 ans plus tard, sur l’évolution des prénoms féminins et masculins attribués depuis la fin du XIX siècle. L’étude publiée analyse l’évolution du stock de prénoms couramment donnés, élargi de façon considérable en un siècle, avec un taux de rotation accéléré. Les statistiques présentées intéressent autant le sociologue, l’anthropologue que le généalogiste épris de démographie historique.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’Insee et ses collections patrimoniales, cette vidéo vous transportera au cœur des nombres et des statistiques…

 

Pour retrouver tous les billets du blog produits dans le cadre du Challenge AZ, voir ici

Stéphanie Groudiev et Véronique Ardouin, bibliothèque de l’Insee et Alina Cantau, BnF

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.