Informations détaillées

Titre : 
Traités d'astrologie arabe: Zahel, Introductorium ad astrologiam, trad. française (f. 1-51) ; Messahallah, De interrogationibus, trad. française (f. 53-75v) ; Messahallah, De interpretatione cogitationis, trad. française (f. 76-78) ; [Messahallah], Libellus Dorothei de occultis, trad. française (f. 78-83v) ; Messahallah, Epistola de conjunctionibus planetarum et De revolutionibus annorum mundi, trad. française (f. 83v-88v)
Auteur : 
Zahel. Auteur du texte
Auteur : 
Messahallah. Auteur du texte
Date d'édition : 
1349
Type : 
manuscrit
Langue : 
français
Format : 
Décoration. Lettre historiée introduisant au f. 1 le premier texte : scène de dédicace (30 x 30 mm, 6 lignes) qui rappelle la peinture du ms. BnF, ms. Français 1348 (Ptolémée, Quadripartitum) : le traducteur agenouillé présente son ouvrage au dauphin Charles, imberbe assis sur un siège orné de lions. Le ms. est mutilé. Initiale (6 lignes), introduisant le premier texte de Messsahallah, découpée au f. 53. Encadrement vignetté, sur les quatre bordures de la page au f. 1, en prolongement marginal (bordure gauche) de la lettre découpée au f. 53.Décoration secondaire : Initiales puzzle filigranées (4 lignes), avec prolongement marginal accompagné d’un motif de fleurs de lys au f. 76 (De interpretatione cogitationis), d’une bande de « I » au f. 78 (Libellus Dorothei de occultis) (f. 78) et 83v (Epistola). – Initiales filigranées (2 lignes) introduisant les différents chapitres. - Parchemin. - 88 f. à longues lignes, précédés et suivis de 2 gardes de papier. - 225 × 160 mm (justification : 155 x 110 mm). - 12 quaternions réguliers, à l’exception des 7. - e. - et 12. - e. - cahiers: 1-6. - 8. - (f. 1-48) ; 7. - 4. - (f. 49-52 ; fin du traité de Zahel), 8-11. - 8. - (f. 53-84) ; 12. - 4. - (f. 85-88)Réclames apparentes aux f. 24v, 32v, 40v, 48v. – Foliotation moderne. – F. 51v, 52r-v blancs. –Titres des œuvres rubriqués. – Ms. mutilé : initiale du f. 53 découpée ; déchirure au f. 87. - Annotation moderne collée sur la contregarde du plat supérieur indiquant que la traduction fut faite pour le dauphin Charles, avec une erreur sur le nom du prince emprisonné avec Jean le Bon : Philippe, dernier fils du roi, et non Charles. - Parchemin. - Reliure XIXe s. de maroquin bleu à grain long, à motifs dorés et estampés à froid courant sur les quatre côtés de chaque plat, les carrés d’angle étant remplis par une grosse fleur de lys, présent aussi dans les entrenerfs du dos. - Réglure à l’encre brune. - Aux f. 1 et 88v, estampille de la Bibliothèque nationale
Description : 
Ce recueil contient la traduction française de cinq opuscules astrologiques traduits en latin par Johannes Hispalensis. Le premier est dû à l’astrologue juif Sahl ibn Bishr al-Israili (Zahel [vers 786-845]). Les autres sont placés sous le nom de l’astrologue arabe Māshā’allāh ibn Atharī (Messahallah [730 ?-815 ?]) ; il s’agit du De interrogationibus et de deux traités Epistola de conjunctionibus planetarum et De revolutionibus annorum mundi réunis dans la même traduction, celle-ci semblant incomplète de la fin. Entre le De interrogationibus et l’Epistola, le traducteur a placé le Libellus Dorothei de occultis, inspiré par le Carmen astrologicum, poème didactique en cinq livres d’un astrologue grec du Ier siècle, Dorothée de Sidon, essentiellement connu par des citations (notamment chez Héphestion de Thèbes ou Firmicus Maternus) et par cette paraphrase arabe traduite en latin.F. 1-51. Zahel, Introductorium ad astrologiam, traduction française. F. 1. « Ci commence le livre que fist Zehel [Sahl ibn Bisr] des jugemens de astrologie translaté de latin en françois du commandement de Charles aisné fils du Roy de France, duc de Normandie et dalphin de Vienne l'an 1349 (rubr.)». « U non de nostre signour, plain de pitié et de misericorde, Zehel, homme du peuple de Israel, si dit ... -... adonc l'en a paour que le signour ne soit naié ou telles aultres choses semblables de moisteur et moulleure ».F. 53-75v. Messahallah, De interrogationibus, traduction française. « Ou non de Nostre Signour Jhesu Crist piteus et misericort. Cy commence le livre Messehallath [Masha Allah] astrologien des conjunctions et receptions es interrogations translaté de latin en françois du commandement de Charles ainsné fils du Roy de France, duc de Normandie et dauphin de Viene l'an 1349 (rubr.) ». « [Un?] des sages trouva un des livres des Secrés des estoilles de ceulz que les roys avoient gardez en leurs tresors ...-... et il estoit le plus legier d'euls deux, et pour ce estoit l'adversaire contraint ce du plesir de Dieu ». « Cy fine le Livre Messehallath des interrogations ».F. 76-78. Messahallah, De interpretatione cogitationis, traduction française. « Icy commence le traitié Messehallath arabes pour savoir la pensee et cogitacion d'aulcun qui veult demander aucune chose (rubr.) ». « Messehallach commanda que tu constitues l'ascendent par son degré et son minut ...-... Et je t'ay ja exposé par dessus en quelle maniere tu mesles les significations des signes ». « Cy fine le Livre Messehallach de l'interpretation de la pensee. Ici commence le Livre Messehallath des choses occultes et muciees (?) (rubr.)». F. 78-83v. Libellus Dorothei de occultis, traduction française. « Ou non de Dieu commence le Livre des interpretations, lequel je cuide estre de Messehalach, car je le trouve extrait de son Livre des interrogations ...-... Et saches que ce est des secrez d'astronomie que muçoient et occultoient les anciens sages astrologiens aus autres qui estoient moins sages en cest art ». F. 83v-88v. Messahallah, Epistola de conjunctionibus planetarum et De revolutionibus annorum mundi, traduction française. « Ou non de Dieu commence l'epistre Messehallach des choses des eclipses de la lune et du soleil et des conjunctions des planetes et des revolutions des ans briefment esclairciee. Et contient .12. chapitres (rubr.) ». – F. 83v-84. [Table des chapitres]. – F. 84-88v. [Texte]. « Le premier chapitre de la raison du cercle celestiel et des estoilles et comment il euvrent en cest siecle (rubr.) ». « Dist Messehala que le tres haut seigneur fist la terre a similitude de spere et fist cercle plus haut tournable en la circuité ...-... qui ara en seignourie en la conjunction ne soit fortuné. Entent cest le darrenier que nous avons prononcié en cest livre». – F. 88v. « Parfait est le livre Messehallath translaté par Jehan d'Espaingne ».
Description : 
Le ms. BnF, NAF 18867 est l’exemplaire personnel du commanditaire de la traduction en 1349 (f. 1r), le dauphin Charles, futur Charles V : son nom est cité comme commanditaire de la traduction française dans la première rubrique (f. 1) ; dans la marge inférieure du même f. sont peintes les armes parti France et Dauphiné ; l’initiale historiée du f. 1 représente le traducteur dédiant son livre au dauphin. Le ms. a appartenu à la Librairie du Louvre. Il est répertorié dans les inventaires qui en furent établis entre 1380 et 1424: - Zahel et Messehalach, de celle meisme couverture [de soie tennee, ouvree d’arbrez vers et de roses blanchez], et fermoers d’argent. – En marge gauche : Il y est (inventaire 1380: ms. BnF, Français 2700, f. 5v , art. 62)- Zahel et Messehalath, de celle mesme couverture [de soie tennee, ouvree d’arbrez vers et rosez blanchez], et fermouoirs d’argent (Inventaire 1380, ms. BnF, Baluze 397, f. 2, art. 63)- Item Zahel et Messehalach, couvert et fermant semblablement [de soye tannee ouvree d’arbres vers et roses blanches, a deux fermouers d’argent doré], escript de lectre de forme en françois, commençant ou .II.e foillet : et nobles, et ou derrenier : en aucun (inventaire 1411, ms. BnF, Français 2700, f. 55v, art. 33)- Item Zael et Messehalach, couvert et fermant semblablement [couvert de soye tannee ouvree d’arbres vers et roses blanches, a deux fermouers d’argent doré], escript de lettre de forme en françois, commençant au .II.e foillet : et nobles, et ou derrenier : en aucun. – En marge gauche : Il y est sanz aiz et descouvert (inventaire 1413, ms. BnF, Français 9430, f. 3, art. 32)- Item Zael et Messehalach, couvert et fermant semblablement [couvert de soie tannee, ouvree d’arbres vers et roses blanches, a deux fermoirs d’argent doré], escript de lettre de forme en françois, commençant ou .II.e foillet : et nobles, et ou derrenier : en aucun. – En marge droite : .III.e fo (récolement 1415, BnF, ms. Français 9430, f. 65v, art. 920)- Item Rasel et Messehalat, jadis couvert et ferment semblablement [couvert de soye tennee, ouvree d’arbres vers et roses blanches, a deux fermouers d’argent doré], et de present est sans aiz et descouvert, escript de lettre de forme, en françois ; commenceant ou .II.e fueillet : et nobles, et ou dernier : sy aucun. Prisé : .XX. s. p. (inventaire 1424, ms. Bibl. Mazzarine, ms. 2030, f. 4, art. 21).Les incipits figurent à la place indiquée dans les inventaires. L’incipit du 2e f. apparaît bien au f. 2, l. 1 : « et lieus haus [2] et nobles » ; celui du dernier f. se lit au f. 88, l. 1 : « en aucun des angles ». En 1413, le ms. est « sans aiz et descouvert » (E 32). Noté parmi les déficits entre 1414 et 1415 (E 920), il réintégra la Librairie du Louvre avant la prisée de 1424 où il est estimé 1 livre (F 21). Le volume sortit de la librairie au moment de sa dispersion. Acheté par le duc Jean de Bedford, il passa peut-être en Angleterre, mais se trouvait à nouveau en France au XVIIIe s. Dans la bordure inférieure du f.1 se lit la mention (écriture XVIIIe s.) : « Par ordre du duc de Normandie, fils de Charles le Chauve (sic), roy de France, il lia (sic) 368 ans [à] compter de cette année 1717 ». Au f. 51, sont été apposées des signatures restées non identifiées : « Gaspar Dexmier ; Marie Achart ; Chassenet ; Gaspar Roesmer ; Marie Achart ; Marie Achart ».Le volume réapparaît en Angleterre au XIXe s, époque à laquelle il reçoit sa reliure de maroquin bleu, exécutée vraisemblablement pour le collectionneur John Borthwick, de Crookston, dont l’ex-libris armorié et gravé est collé au verso du 1er feuillet de garde. On peut dater de cette époque les deux inscriptions en anglais, la 1re collée sur la contregarde du plat supérieur indiquant que la traduction fut faite pour le dauphin Charles, avec une erreur sur le nom du prince emprisonné avec Jean le Bon : Philippe, dernier fils du roi, et non Charles ; la 2e apposée au f. 52v, attribuant la lacération du f. 53 à un enfant ou une fille stupide : « The barbarous mutilation of the opposite leaf for the sake of the small gilt flower ornament was perhaps done by a child or a silly girl : for that ther were no figures as on the fist page is apparent from the impression on this leaf ».Le ms. fut acheté avec l’aide du fonds du Patrimoine à la vente de Christie’s, Londres, 22 juin 1988, lot 211 (Achat 88-15).
Droits : 
domaine public
Identifiant : 
ark:/12148/btv1b105494410
Source : 
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. NAF 18867
Notice du catalogue : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc9069z
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne : 
29/08/2017


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés