La mission Sahara-Soudan est la troisième expédition ethnographique dirigée par Marcel Griaule et la première consacrée exclusivement à l’étude des Dogons du Soudan français (actuel Mali). De janvier à avril 1935, elle regroupa autour de son chef cinq ethnographes français ainsi qu’un opérateur cinématographique. En dépit de sa brièveté et de son recentrage sur la population dogon, cette mission a présenté les mêmes caractéristiques que l’expédition précédente, la mission Dakar-Djibouti : quête d’aventures et d’exploits avec la traversée du Sahara, enquêtes pluridisciplinaires, collecte massive d’objets ethnographiques et volonté de tout enregistrer, par l’écrit et par l’image.

D’un point de vue méthodologique et médiatique, Marcel Griaule innova toutefois en prenant pour la première fois des photographies aériennes et en se transformant, avec Hélène Gordon (future Hélène Lazareff), en reporter de presse. Plusieurs grands quotidiens et hebdomadaires nationaux ont ainsi publié sous forme de feuilletons leurs récits et leurs reportages photographiques. Ont ainsi été reportées leur traversée du Sahara, leurs virées aériennes et leurs découvertes les plus extraordinaires, en particulier dans le domaine des mythes et des objets rituels les plus anciens et les plus « sacrés ».