Detailed information

Title : 
Andreas Contrarius , Objurgatio in calumniatorem Platonis .
Author : 
Contrario, Andrea (....-1471?). Auteur du texte
Author : 
Cola Rapicano. Enlumineur
Publication date : 
1401-1500
Contributor : 
Alphonse d'Aragon
Contributor : 
Paolo Uccello
Contributor : 
Andrea deI Castagno
Contributor : 
Gattamelata de Donatello
Type : 
manuscript
Language : 
latin
Format : 
Naples. - F. 2 : dessiné à l'encre noir rehaussé d'or, le roi Ferdinand en armure, chevauchant un destrier, se détache sur un fond violet. Au verso, de riches motifs ornementaux mettent en valeur la dédicace et le titre de l'oeuvre écrits en grec. F. 3 : l'encadrement est constitué d'un riche tapis de bianchi girari coupé par une frise habitée de putti et d'animaux, déterminant des losanges et des médaillons. Ces derniers présentent: les portraits des empereurs Claude, Galba, Antonin le Pieux et d'Hannibal, inspirés de camées antiques; le portrait de profil du Magnanime et un aigle veillant sur la dépouille d'une biche, d'après la médaille frappée par Pisanello à la commande d' Alphonse d'Aragon . Les armoiries et les diverses emblèmes de la maison d'Aragon complètent le décor de l'encadrement. Le commanditaire du manuscrit, Ferdinand, est à nouveau représenté dans l'initiale C. F. II : un rinceau d'acanthes, d'où émergent des putti et des animaux, est régulièrement interrompu par une série de personnages en buste, inscrits dans des cercles. Le profil de Contrario dans l'initiale Q dérive également d'une médaille. Deux paiements de la trésorerie royale se rapportent à l'exécution du manuscrit. Le premier, daté de juin 1471, a été versé à Giovanni Marco Cinico pour la transcription du texte, lequel a d'ailleurs apposé son paraphe à la fin du manuscrit. Le second, en date du 6 novembre de la même année, indique le nom de l'enlumineur: Cola Rapicano . Bien que celui-ci apparaisse dans les documents dès 1451, ce manuscrit représente la plus ancienne des oeuvres datées de l'artiste. C'est à partir de ce précieux jalon que nous avons pu identifier une série de manuscrits antérieurs à cette date enluminés par Cola. L'oeuvre témoigne d'une double source d'inspiration. D'une part le retour à l'antique se manifeste à travers l'utilisation des caractères grecs, de la couleur violette dans le bifolium initial, imitant le parchemin pourpré des anciens, et par la présence des bustes directement inspirés de camées romains. D'autre part, l'influence d'oeuvres modernes frappe tout autant. En effet la figure, équestre de Ferdinand dérive tant des célèbres fresques de Paolo Uccello et d' Andrea deI Castagno , à la cathédrale de Florence , que du Gattamelata de Donatello , dont l'oeuvre était certainement appréciée à la cour du Magnanime. Quant au buste d'Alphonse et le groupe de l'aigle défendant le cadavre de la biche, il copie fidèlement la médaille de Pisanello frappée en 1449 à la commande du Magnanime. La réfèrence aux camées antiques, mais surtout à la médaille de Pisanello, vingt ans après son exécution, prouve que les artistes au service de la cour avaient accès aux collections royales. - Parchemin. - 11+147 ff. - 330 x 220 mm. - Reliure de carton et maroquin du XIX e siècle
Description : 
Numérisation effectuée à partir d'un document original.
Description : 
Appartient à l'ensemble documentaire : RegiaAragon
Description : 
Ce manuscrit est issu de la Bibliothèque de Ferdinand Ier d'Aragon et a ainsi fait partie de la Bibliothèque des rois Aragonais de Naples ; vendu à Georges Ier d'Amboise (avant 1504), cf. inventaire de 1508 : "Andree Contrarii reprehensio in Platonis couvert de cuyr violet gamy de fermaus de loton.". On le trouve inscrit dans l' inventaire du château de Gaillon après le décès de Georges II d’Amboise en 1550 : "Joannis Andree reprehensio in Platonis etc.". Il disparaît de Gaillon après 1550. On peut reconnaître différents possesseurs avant l'entrée de ce manuscrit dans la bibliothèque de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés : René de Sanzay ; le chancelier Pierre Séguier ; l'héritier de sa bibliothèque, Henri du Cambout, duc de Coislin , évêque de Metz. Il entre en 1796 dans les collections de la Bibliothèque nationale. Bibl. : Deville, p. 527 [n° 159] ; De Marinis, La Biblioteca napoletana , p. 53-55 et II p. 203 n° 83 ; Putaturo Murano, Miniature napoletane , p. 25s. ; Dix siècles d'enluminure , p. 174-176 n° 154.
Rights : 
public domain
Identifier : 
ark:/12148/btv1b84470967
Source : 
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. Latin 12947
Relationship : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc71734s
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date of online availability : 
27/02/2019


Help with consultation

Pictograms used