Detailed information

Title : 
Recueil composite. Lex Salica (1r-13r) et Recapitulatio solidarum (50r-51r). — Capitularia (18v-28v). — Lex Ribuaria (30r-50r). — Isidorus Hispalensis, Mysticorum expositiones sacramentorum (29); De orthographia (51v-53r). — Alcuinus, Epistula ad Widonem comitem (55r); Epitaphium Alcuini (56r-v). — Venantius Fortunatus, carmina VI (56r). — Formula Bituricensis septima (56v).
Publication date : 
0805-0815
Type : 
manuscript
Language : 
latin
Format : 
Sud de la Loire (Bourges?). - Minuscule caroline de module moyen, à l'aspect rond d'au moins cinq mains différentes; séparation des mots en bloc. – La main principale, qui copie le recueil de lois offre de nombreuses ligatures archaïsantes. La seconde main par ordre d'importance ajoute le traité d'orthographe et le chant de Venance Fortunat. Elle présente des caractéristiques similaires à la première, bien que son écriture soit moins aérée. Les autres mains interviennent à l'occassion d'un ou deux f. seulement, mais semblent contemporaines ou de peu postérieures aux deux principales. Titres en capitales rubriquées, avec lettres enclavées. - Lettres ornées (f. 15v, 16v, 18v, 23v, 39r, 44v, 51v, 55r, 55v, 56r). - Parch. - I+56 f.+I à longues lignes. - 240 x 160 mm (just. 185 x 110 mm). - à 26 lignes. - Reliure de maroquin rouge Bibliothèque du Roi, XVIIIe siècle. - Estampille de la Bibliothèque royale (Ancien Régime, à partir du XVIIe s.), modèle identique à Josserand-Bruno, p. 265, type A n° 3
Description : 
Numérisation effectuée à partir d'un document original.
Description : 
Appartient à l'ensemble documentaire : RegiaCarol
Description : 
Matériellement homogène, ce recueil propose un contenu varié, résultant de la succession des mains, qui dans les espaces laissés vacants à l'origine ont ajouté diverses pièces. On notera une inscription marginale en caractères grecs assez corrompus, sans relation évidente avec le texte en regard (f. 42v): « ΔΗΟΗΝΞΚΥΩ ΞΥΒΟC » [on reconnaît peut-être le mot ξίφος (?); et en dessous, effacé, mais lisible à la lampe de Wood]: «sic psalterialiq »; cette note laisse penser que le glossateur a eu accès à un psautier bilingue. F. 1r-51r. Leges et capitulariaf. 1r-13r. Lex Salica en 99 titres [acéphale, débute en 24, 3 ; avec lacunes]: « … ]XIII cul(pabilis) iud(icetur). quis homo ingenuus feminam in digitum aut manum (…) XCVIIII. Sdechre nech rucx legem [sic : de chrene chruta lege] (…) per ipsam cecidit multorum potestas » (ms. siglé E 15; éd. Eckhardt, MGH leg., nat. Germ. 4,1, p. 67-171; Pardessus, 1843, p. xx et 113 sqq.). f. 13r-15v. Decretio Childeberti, anno regni sui XX [Childebert II, décret de 596]: « Incipit decretum Hildeberti. Hildebertus rex Francorum vir inluster (…) [15r] Expliciunt lege [sic] salicae libri III, quem vero rex Francorum statuit (…) inde vero Hildebertus post multum tempus tractavit (… [15v] …) omnique tempore conservata fuissent » (éd. Eckhardt, MGH leg., nat. Germ. 4,1, p. 175-191). f. 15v-16r. Interrogatio de Trinitate [les deux interrogations sont d'une autre main]: « Incipit questio de trinitate. Quomodo credis Deum? (…) gulfila, iecicas. Amen ». f. 16v-18v. Interrogatio de virtute [le titre, très corrompu, pourrait se lire 'Philosophi aeruditio’? Cf. Pardessus, 1840, p. 218; ces deux interrogationes se rencontrent aussi dans un ms. jumeau, du Xe s., Berlin Phillipps 1736, cf. McKitterick, 1980, p. 25]: « Incipit filosofia i(n)kuditio cum […]. Inter.: Quid est initio uirtutis? R.: non facere malum (…) tunc in pace uel carnis nexibus absoluti. FINIVNT ». f. 18v-21v. Capitulare legibus additum, anno 803, addita a Carolo Magno, anno tertio imperii sui [second capitulaire de 803 comprenant les décrets ajoutés à la loi salique par Charlemagne dans la troisième année de son règne. L'introduction semble être un ajout placé sous l'explicit du texte précédent, d'une main différente de celle qui copie la suite]: « Haec capitula missi nostri cognita faciant omnibus partibus (…) ut similis damnetur. [19r] Capitulumque in legem saligam [sic] mitenda sunt. I. Primo capitulo. De homicidis clericorum (…) nullum crimen possit indicere » (éd. Boretius, MGH leg. Capitularia, I, n° 39, p. 111-114). f. 21v-22v. Capitulare missorum (a. 803) : « Item capitulum. I. De causis admonendis ; de ecclesiis emendandis (…) generale placitum habere volumus » (éd. Boretius, MGH leg. Capitularia, I, n° 40, p. 115-116). f. 22v-23v. Capitulare legi Ribuariae additum (a. 803) : « Item alios capitulos. I. Si quis ingenuus ingenuum ictu percusserit (…) et aliut tantum sine damnum restituat » (éd. Boretius, MGH leg. Capitularia, I, n° 41, p. 117-118). f. 23v. Capitula omnibus cognita facienda (801-806?) [un titre abrégé (art. n° 7) se trouve inséré entre les deux capitulaires de la main du copiste, tandis que l'art. n° 5 a été ajouté dessous, sans doute peu après, en notes tironiennes par une autre main (les astérisques signalent l'emplacement de deux notes dont le déchiffrement demeure incertain)]: « [7] Ut nullis [sic] presumat teloneum per vias (…) nec pulveraticum recipere » ; [5] «omnimodis (?) homo qui caballum donat * * in unumquemque caballos habeat suum nomen scriptum » (éd. Boretius, MGH leg. Capitularia, I, n° 57, p. 143-144). f. 23v-24v. Capitulare missorum in Theodonis villa datum primum (a. 805) [premier capitulaire de 805]: « I. Capitula infra aecclesiam (…) quidam vero constringantur » (éd. Boretius, MGH leg. Capitularia, I, n° 43, p. 121-122). f. 24v-27v. Capitulare missorum in Theodonis villa datum secundum (a. 805) [second capitulaire de 805]: « Communitus [sic] aecclesiae et populi. I. De pace (…) servatum esse cognoscimus » (éd. Boretius, MGH leg. Capitularia, I, n° 44, p. 122-126). f. 28r-v. Capitula legis Ribuariorum I-LI [table des chap. incomplète]: « Incipiunt capitula legis Ribuarii. I. de ictu ingenuorum (…)LI. De eo qui grafionem interficerit » (ms. siglé A 3, éd. F. Beyerle – R. Buchner, MGH, leg. 3.2, voir p. 34 et 52-62). f. 29r-v. ISIDORUS HISPALENSIS, Mysticorum expositiones sacramentorum seu Questiones in vetus testamentum, frg. in Exodum cap. XXVII-XXIX [autre main ; sans titre ; seul le n° de chap. 27 est présent, les deux autres chap. 28-29, sont copié sans rupture, ni rubrique, cap. 29, 1-3 s'achève au milieu d'un mot ]: « XXVII. Successit itaque post haec (…) in vanum id est ne aestimes crea[… » (éd. PL 83, 300-301). f. 30r-50r. Lex Ribuaria [complète, chap. 1-89]: « Incipit lex ribuaria. I de ictu ingenuorum (…) ut pax perpetua stabilis permaneat. Amen » (éd. F. Beyerle – R. Buchner, MGH, leg. Nat. Germ. 3.2, p. 63-134). f. 50r-51r. Recapitulatio solidarum [addenda au texte S de la Loi salique]: « Sciendum est quibusdam salice legis capituli (…) in compositionibus teniat [sic]. Incipit enim a VII dn. (…) De romanus vero vel litus lex ista ex mediaetate solvatur » (éd. Eckhardt, MGH leg., nat. Germ. 4.2, p. 229-230). F. 51v-56v. Variaf. 51v-53r. ISIDORUS HISPALENSIS, De orthographia (ex Etymologiarum libro 1, 27) [chap. 27 complet du livre 1 des Etymologies, transmis anonymement, avec un ajout]: « Incipit orto graphia. Orto graphia grec[a]e, latin[a]e recta scriptura (…) geminandam esse litteram » (Is. Et. 1, 27, 1-29, éd. Lindsay, Isidori Hispalensis Episcopi, Etymologiarum sive originum, Oxford, 1911; cf. Degni – Peri, 2000, p. 730). f. 53r-54r. Anonymi tractatus de orthographia [ajout au chap. d'Isidore, sans incipit ; deux autres témoins sont connus, Paris, Bnf, lat. 13346 (olim St-Germ. 1313), f. 86v-89v ; ainsi que dans Berne, Burg.Bibl., cod. 178, f. 88r-90r (cf. aussi Einsideln, Stiftsbibl., 281, p. 53 sqq.), plus courts et dont le texte est de moins bonne qualité]: « Sicilius enim fit ita quo […? Figure attendue]. ‘Scripsi’, propterea per ‘p’ et ‘s’ scribitur quia aput Grecos ‘p’ et ‘s’ una littera est quia ψ ‘psi’ vocant (…) caelum caelestia et cetera ad caelum pertinentia per ‘a‘ scribenda sunt sciendum sane quia nullum ‘ce’ per ‘a’ scribendum nisi caelum et cetera ad eum pertinentia » (éd. Hagen, GL 8, p. 299-301 orthographia Bernensis III ; cf. GL 8, p. cxvii et cxxxviii ; Thurot, 1868, p. 11 et 520). f. 54v. Glossae [gloses exégétiques néoplatoniciennes dont le début prend la forme d'un tableau disposé sur deux col., dont les 9 lignes à gauche sont reliées par des traits aux 3 mots de droite] : « Summum bonum ; magnum bonum ; bonum ; creat et non creatur ; creatur nec moritur (…) mouetur tempore et loco » [à gauche] ; « Deus ; anima ; corpus » [à droite]. La table est suivie de gloses, de la même main]: « I, III, V / Turtur , -tuis, -tum (?) (…) retrorsum dictum cuiusdam auis si nomen adtendus (…) Quinque sunt quae sunt omnia tria et duo per aliquo diuiduntur et per aliquo non diuiduntur, id est pater et filius (…) Iacob(us) alphei, id est filius Alfei a distinctione superioris a Iacobi ipse appellatus est ; frater domini, quia de Maria Cleophe qua soror maris domini erat (…) et frater Iosephi fuit et pater Marie huiusque soror matris domini apellatus ; hic ergo Iacobus (…) ipse primus episcopus fuit, occiditur» (cf. Is. Et. 7, 9, 14 ; Is. De ortu et obitu patr. 135-136) f. 55r. ALCUINUS, Epistula ad Widonem comitem [= De virtutibus et vitiis liber, cap. XXXVI ; seconde partie de l'epist. 305 (Dümmler), qui cloture le traité De virtutibus et vitiis composé à la demande de Guy, comte de Nantes, dont la première partie constitue l'introduction ; sans titre]: « Haec tibi dulcissime fili [uuido] (effacé par grattage) brevis sermone (…) perpetua coronabitur gloria » (éd. PL 101, 638 ; voir CSLM, Auct. Gall. II, n° ALC 45.305 [a]-[b] et ALC 37; cf. Bloomfield, 1979, n° 5334 ). f. 55r. Anonymus, De fide et caritate seu cavanda cupiditae [autre main ; 3e strophe d'un poème rhythmique, copié à la suite de deux lignes sautées]: « omnia bona antecedit caritas (…) et corde purissimo » [un vers ajouté en dessous, par une autre main]: « Melius est nobis ut accipiamus regnum » (Rhythmi aevi merovingici et carolini, éd. De Winterfeld MGH Poet. 4.1, p. 534, 34, 3). f. 55v-56r. ALCUINUS, Epitaphium Alcuini [épitaphe composée par l'auteur à son intention vers la fin de sa vie. Le poème transmis ici rapporte la note chronologique qui avait été ajoutée après la mort d'Alcuin, dont le nom qui apparaît dans le dernier distique a été remplacé par le pronom ille; copié par la même main que l'epist. ad Widonem au recto]: « Hic rogo paxillum veniens subsiste viator (…) legens titulum. Hic requiescit beatae memoriae (…) requiem aeternam donet ei Dominus. Amen » (éd. PL, 100, 106 ; Wallach, 1955, p. 367-368 et rééd. 1959, p. 256-257; cf. CSLM Auct. Gall. II, n° ALC 46.[2].123 ; ICL n° 6688). f. 56r. VENANTIUS FORTUNATUS, carmina VI: De Palatina filia Galli Magni episcopi, uxore Bodegisili ducis [autre main (?) ; 6e chant, tiré du livre 7 des Carmina]: « Lucifer ut nitidos producit (…) gaudia vestra ferant » (éd. F. Leo, MGH Auct. Ant. 4, 1, p. 158, 1-30 ; cf. ICL n° 9036; Baehrens, 1876, p. 89-90). f. 56v. Formula Bituricensis septima [autre main ; septième modèle des formules dites de Bourges]: « Consuetudinis lecum indulgentia prestans ut quocienscumque unicuique insticate parte (…) quam inledat stibulacionem subnexa » (éd. PL 87, 897; Pardessus, 1840, p. 218-220 ; cf. Repertorium fontium, IV, p. 498, col. 1 ). f. 56v. Fragmentum de tempore quo sol singula zodiaci signa ingreditur [autre main, XIe s. (?); frg. de table astronomique indiquant les levées héliaques des signes du zodiaque]: « Principii Iani. sancit tropicus (…) dies hor. VI ».
Description : 
Il est probable, d’après son contenu — les capitulaires de Charlemagne jusqu’en 806; l’épitaphe d’Alcuin, décédé en 804, ainsi que la présence de l’une des formulae dites de Bourges —, que ce ms. a été produit dans le premier quart du IXe s., au sud de la Loire, peut-être à Bourges et a peut-être une origine commune avec Leiden, BR, BPL 114 (s. IX ; CLA 10.1576); selon Bischoff, ces ms. pourraient avoir été reliés ensemble (cf. Bischoff, 2004, p. 43, n° 2150 ; et du même, 2007.2, p. 32 = MS 3, 1981, p. 17).Ce recueil a fait partie d’un ensemble de 104 ms. ayant appartenu à M. de Rignac, conseiller à la cour des aides de Montpellier. Repérés dès 1677, ils entrent dans la collection de Jean-Baptiste Colbert en deux lots, entre mai et décembre 1682 (voir Delisle, Cab. des mss. I, p. 456, 474 et II, p. 337 ; Paris, Bnf, lat. 9364, f. 74, 81 et 86 et Paris, Bnf, Baluze, 100, f. 176). Le ms. a ensuite été acquis par la Bibliothèque du roi en 1732 avec les mss. de Colbert.
Description : 
Lieu de copie : Sud de la Loire (Bourges?)
Rights : 
public domain
Identifier : 
ark:/12148/btv1b84386755
Source : 
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Latin 4629
Relationship : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc34028b
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date of online availability : 
17/10/2011


Help with consultation

Pictograms used