Informations détaillées

Titre : 
Épigrammes de l'Anthologie grecque
Date d'édition : 
1630-1665
Contributeur : 
Simon de Val-Hébert. Ancien possesseur
Contributeur : 
François Guyet. Copiste prétendu
Type : 
manuscrit
Langue : 
grec ancien
Format : 
347×223 mm. - [I-III]+1-63+[I-VII]. - ECRITURE :D’après la note de Simon de Val-Hébert ce manuscrit a été copié par François Guyet (1575-1655), philologue français qui fréquentait l’hôtel de Jacques-Auguste de Thou aux côtés de Pierre Dupuy et Gilles Ménage. Si ce savant n’a publié aucune œuvre de son vivant, on possède en revanche nombre d’éditions anciennes qui ont été annotées largement, en grec et en latin, par lui. Toutefois R. Aubreton a remis en doute cette attribution car il soupçonne Simon de Val-Hébert d’avoir voulu donner une valeur marchande accrue à ce manuscrit en lui associant le nom du célèbre philologue français (p. 30-31). Il avance un second argument qui est que l’écriture du Paris. Suppl. gr. 886, également attribué à François Guyet, est différente.Une main a ajouté des notes et épigrammes dans les marges, d’après R. Aubreton il pourrait s’agir de la main de Gilles Ménage.Au f. 1r a été inscrit l’explication des abréviations : lo = lego, lum = legendum etc. Au f. 3r, une main autre a copié l’index du Palatinus gr. 23.Surface écrite : 285×190 mm. Marge externe : 20 mm. Marge supérieure : 15 mm. Marge inférieure : 50 mm. Marge interne : 25 mm. Nombre de lignes par page : environ 40. - DECORATION :Aucune rubrication, aucune décoration. - MATIERE :Le papier des quatre premiers cahiers est un peu moins large que le papier du reste du manuscrit. Il est plié in-folio et le filigrane représente une grappe de raisin accompagnée d’une couronne sous laquelle se trouvent les lettres CV. Ce filigrane ne se trouve pas dans le répertoire d’E. Heawood. L’écart moyen des fils de chaîne est de 21 mm.La majeure partie du manuscrit est constituée par un papier plié in folio dont le filigrane représente deux cercles concentriques au centre desquels se trouve une étoile. Ce filigrane est accompagné d’un cartouche contenant les lettres I et T. Une telle marque ne se trouve pas exactement dans le répertoire d’E. Heawood, toutefois, la marque 336, attestée à Paris en 1664, est assez proche. L’écart moyen des fils de chaîne est de 24 mm.Les quatre premiers folios de garde postérieure et les folios 1-2 sont pliés in-folio également. Leur filigrane représente un écu très élaboré surmonté d’une couronne dans laquelle se trouve une fleur de lis. Sous l’écu se trouve la lettre L. A côté de ce filigrane se trouve un cartouche. Nous n’avons pas trouvé d’équivalent dans le répertoire d’E. Heawood. L’écart moyen des fils de chaîne est de 23 mm. Le folio 3 est un folio qui a été ajouté après la copie du manuscrit. Il a pour filigrane une grappe de raisin différente de celle présente dans le corps du manuscrit. Les trois premiers folios de garde antérieure et les trois derniers folios de garde postérieure ont pour filigrane une grappe de raisin accompagnée d’un cartouche portant les lettres F et L. Cette marque ne figure pas non plus dans le répertoire d’Heawood. L’écart moyen des fils de chaîne est de 28 mm.L’angle inférieur interne du f. 59v est déchiré. - FOLIOTATION :Le manuscrit a été initialement paginé à partir de l’actuel f. 4r. Cette pagination n’est pas continue. Le manuscrit a ensuite été folioté dans la marge supérieure externe. Les ff. 1-3 sont en réalité des folios de garde. Les marges inférieures de la fin du manuscrit portent la trace d’une foliotation à l’aide des lettres de l’alphabet latin. C’est ainsi que les ff. 31-63 sont foliotés de a à kk. En outre les épigrammes ont été numérotées à l’encre puis au crayon de papier.CAHIERS :Le manuscrit est composé de quatre ternions suivis de quatre quaternions et d’un binion.4×6 (27) + 4×8 (59) + 1×4 (63)Le fil de couture est rarement visible.SIGNATURES :Absence de signatures.PIQÛRES :Pas de piqûre conservée. - REGLURE :La réglure, tracée à la pointe sèche, est du type 20D1. Le copiste a ménagé deux espaces sur sa page : dans la partie centrale il copie les poèmes de l’Anthologie et dans la marge externe il insère des commentaires ou corrections. - RELIURE :Ce manuscrit de grand format et peu épais a été relié aux armes de Louis XIV. Les plats sont couverts d’un maroquin rouge. Sur le dos se trouvent cinq fers dorés représentant deux L en majuscules fleuronnées, surmontées de la couronne royale (Olivier-Hermal-de Roton, XXV, pl. 2494, fer n° 21). Un titre en majuscules dorées apparaît sur le dos, entre deux fers : STRAT EPIGR GRAECA. Au centre des plats supérieur et inférieur se trouve un médaillon doré (Olivier-Hermal-de Roton, XXV, pl. 2494, fer n° 10) entouré d’une couronne de laurier. Les plats sont entourés par un triple filet doré. - ESTAMPILLE :Estampille utilisée par la Bibliothèque royale à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°5) aux ff. 3r et 63v
Description : 
(ff. 4r-63v) Anthologie grecque : (ff. 4r-18v) Livre XII, épigrammes 1-13, 26-27, 29-41, 14-25, 42-46, 49-59, 61-81, 83-91, 100-102, 104-110, 115-130, Livre IX, épigramme 317, Livre XII, épigrammes 131-135, 138-207, 213-217, 219, 218, 220-225, 238-258, [titre] ΣΤΡΑΤΩΝΟΣ ΠΑΙΔΙΚΗ ; (ff. 18v-21r) Livre XIII, épigrammes 1-2, 4-7, 9-28, 30-31, livre XII, épigrammes 209, 211-212, 103-104, proème d’Agathias (IV, 4), [titre] ΕΠΙΓΡΑΜΜΑΤΑ διαφόρων μέτρων Φιλίππου πεντάμετρον μόνον ; (ff. 21r-31r) Livre V, épigrammes 1, 5, 17-18, 31-32, 35, 37-38, 40, 44-47, 49-50, 52-55, 57-58, 60-62, 71-73, 77, 84, 86, 104, 108-109, 116, 120, 122-123, 126, 128-129, 134-138, 140, 146, 150, 153, 156-158, 160, 162, 164-167, 170, 173-175, 181-186, 191, 193, 195, 198-206, 213-214, 219, 227, 233, 235, 243-244, 246, 248-250, 252-253, 255, 258-259, 264-265, 271-272, 275, 276, 283, 285, 289-291, 294, 296, 303, 309-310 [titre] Ἀρχὴ τῶν ἐρωτικῶν ἐπιγραμμάτων, ἐπιγράμματα διαφόρων ποιητῶν ; (ff. 31r-44r) Livre VI, épigrammes 3, 10, 34, 37, 78, 88, 90-91, 94, 93, 95, 96, 98-100, 107-108, 112, 119, 122-123, 126-128, 132-133, 135-151, 153, 159, 162, 165, 168, 170, 173, 177-178, 192-195, 197, 199-203, 205-207, 209-214, 216-217, 220, 222-227, 229-235, 237-239, 242, 244-245, 248, 250-251, 253-255, 257, 258, 261-262, 264-282, 284, 288-291, 293-301, 305, 307, 310-311, 313, 330, 332, 335, 345-358, [titre] Ἀρχὴ τῶν ἀναθηματικῶν ἐπιγραμμάτων ; (ff. 44r-57v) Livre VII, épigrammes 14, 31, 48, 77, 79, 82, 86, 131-132, 144, 158, 164-165, 181, 194, 364, 214-215, 228, 262, 276-277, 292, 296, 299, 306, 322, 331-332, 341, 343, 346-347, 357, 363, 365, 375, 366-367, 377, 379-380, 385-386, 391, 393-394, 399, 402, 406-407, 410-411, 415-416, 418, 424-428, 430, 496-497, 509-511, 514, 523, 531, 533, 544, 580-581, 592, 609, 614, 618-619, 625-626, 633, 636, 638, 733, 706, 606, 469, 448-449, 446, 450, 454, 457-458, 473-475, 481-482, 484, 495-496, 640-642, 270, 651-652, 660, 665, 672, 678, 685, 690, 692-694, 698-700, 705, 707-712, 717-720, 722, 724-728, 730-732, 734, 736-737, 739, 742-743, 745-746, [absence de titre] ; (ff. 57v-63v) Livre IX, épigrammes 6, 60, 63-64, 90-91, 98, 139-140, 193-196, 200-203, 209-210, 217, 220, 225-227, 235, 239, 249, 251, 256, 264, 268, 272-273, 284, 297, 300, 318-319, 325-326, 328, 330, 332, 334-335, 337, 340, 350, 352-353, 355, 361, 364, 381, 399, 403, 409, 414-415, 418-419, 421, 429, 282, 430, [titre] Ἀρχὴ ἐπιδεικτικῶν ἐπιγραμμάτων.
Description : 
Une note qui se trouve dans la marge supérieure du f. 1r et signée Simon de Val-Hébert nous renseigne sur une partie de l’histoire de ce manuscrit : Fasciculum hunc epigrammatum ineditorum collegit et manu propria exaravit notisque illustravit Franciscus Guyetus Andegavensis, cujus post obitum χειρόγραφον istud, una cum plurimis aliis vario eruditionis genere plenis, pecunia sibi comparavit Aegidius Menagius Andegavensis. Quae omnia mss. cum omnibus suis propriis quotquot reperti fuerint moriens testamento mihi legavit Menagius, cujus tunc eram ante annos 4 a studiis et negotiis. Obiit autem Aeg. Menagius die Merc. 23 julii anni 1692 ad horam septimam serot. Natus ann. 78 menses II.Cette note explique donc que ce manuscrit, copié par François Guyet, a été acheté après sa mort par le philologue Gilles Ménage. Ce dernier légua ses manuscrits à Simon de Val-Hébert, auteur de cette note. D’après R. Aubreton l’attribution à François Guyet de la copie n’est pas certaine. En revanche il est certain que le philologue français en a été le propriétaire (p. 31).Ce manuscrit est une copie du manuscrit de l’Anthologie découvert par Claude Saumaise en 1607 dans la bibliothèque de l’électeur palatin (Heidelberg, Palatinus gr. 23). La version de l’Anthologie y est plus complète que dans la seule version connue jusqu’à son époque, celle de Maxime Planude. Le Palatinus gr. 23 présente en effet l’édition de Constantin Céphalas. De tous les savants de l’époque qui désirèrent consulter le manuscrit de Saumaise, François Guyet fut le premier à faire (ou faire faire) une copie de ce témoin. Le Parisinus gr. 2742 est le résultat de cette copie. Il a lui-même servi de modèle à d’autres manuscrits parmi lesquels les Parisini suppl. gr. 45 et 1168. Quant aux Suppl. gr. 557 et 886, ils semblent dériver d’un modèle commun.Ce manuscrit a été acheté par l’abbé de Louvois, qui le donna à la Bibliothèque nationale de France en 1700, où il entra sous la cote Regius 2219, comme l’indique la note manuscrite du bibliothécaire du Roi, Boivin, dans la partie inférieure du f. 1r.
Droits : 
domaine public
Identifiant : 
ark:/12148/btv1b520010295
Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Grec 2742
Notice du catalogue : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc22916t
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne : 
12/11/2012


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés