Detailed information

Title : 
Nicomaque de Gerasa, Introduction arithmétique ; Euclide, Eléments .
Author : 
Nicomaque de Gérase (01..-01..). Auteur du texte
Author : 
Euclide (0323-0285 av. J.-C.). Auteur du texte
Publication date : 
1480-1530
Type : 
manuscript
Language : 
greek, ancient
Language : 
latin
Format : 
145 x 215 mm. - I-II + (1-24) + (25-40) + (41-147) + I-II. - ECRITURE Copiste anonyme du XVè siècle. L’écriture est de petit module, tracée à l’encre très noire. Un certain nombre de lettres présentent des tracés majuscules, et contribuent à l’aspect général peu ligaturé. Les hastes et les hampes sont d ‘une amplitude très limitée, elles ne descendent presque pas sous la ligne, et les parties supérieures s’alignent avec les accents et esprits, comme si l’écriture entrait dans un modèle trilinéaire.Surface écrite : 90 x 150 mm. Marge supérieure : 20 mm. Marge extérieure : 40 mm. Marge inférieure : 45 mm. Marge intérieure : 15 mm. 28 lignes par page. - DECORATIONLe copiste fait largement usage de la rubrication pour mettre en valeur les titres des ouvrages et des chapitres. Pour le texte d’Euclide, un plus grand soin est apport aux titres de livres, dont les lettres rubriquées sont des majuscules droites et liées les unes aux autres. Un grand nombre d’initiales de chapitres sont également rubriquées, ainsi que des figures marginales. - MATIEREQuatre feuillets, deux en garde supérieure et deux en garde inférieure, sont en parchemin. Il s’agit de parchemin de remploi utilisé lors de la réfection de la reliure.Le texte est copié sur papier filigrané à grosses vergeures. On peut reconnaître quatre filigranes différents : une arbalète, un cercle entre trois lignes horizontales, un trois-monts surmonté d’une croix et enfin une grande lettre A stylisée. Pour aucun de ces filigrane, on ne trouve de modèle proche ni dans le répertoire de Briquet, ni dans celui de Mosin-Traljic. En revanche, des exemples relativement semblables sont attestés entre la fin du XIVè siècle et le début du XVè. - FOLIOTATIONFoliotation à l’encre noire dans le coin supérieur droit de la page. Elle est contemporaine ou postérieure à l’arrivée du volume dans la collection de la Bibliothèque Royale. - CAHIERSCe codex comporte 18 cahiers, qui sont principalement des quaternions réguliers. On note cependant que les ff. 49-63, deux quaternions réguliers à l’origine, ressemblent maintenant à un ternion suivi d’un quinion amputé de son premier folio. En vérité, le f. 63 doit être déplacé à la suite du f. 54, avec lequel il forme la fin d’un quaternion amputé de son feuillet initial.Le ff. 112-131 constituent deux quinions réguliers.Les ff. 25-40 enfin portent les signatures ιθ’ et κ᾿, ils se trouvaient donc originellement à la suite du f. 147. Il manque donc le cahier signé ιη’, ce qui correspond bien à la lacune textuelle entre f. 147v et f. 25r. - SIGNATURESLes cahiers sont généralement signés à l’aide de lettres grecques avec abréviation de l’ordinal, dans le coin inférieur intérieur du premier folio de chaque cahier. La signature α’ a disparu au cours d’une restauration du talon de cahier, et la signature ε était apposée sur le folio perdu entre les ff. 48 et 49. Toutes autres signatures sont visibles, certaines cependant presque effacées et illisibles. - REGLURERéglure à pointe sèche type Leroy-Sautel 00D1. - RELIURELa reliure est byzantine, et probablement assez proche de la copie. Il s’agit d’une couvrure de cuir anciennement rouge sur ais de bois rainurés. Le dos, très abîmé, était lisse, mais a été replacé sur deux nerfs saillants. On reconnaît sur le plat inférieur la trace de fermoirs ainsi que celle d’une étiquette arrachée.Les erreurs de placement de cahiers ainsi que la présence de parchemin de remploi portant un texte et des partitions liturgiques latins invitent à considérer la possibilité que la reliure d’origine a été démontée puis remontée après restauration dans un atelier occidental. - ESTAMPILLESff. 1r et 147v : estampille du XVIIè siècle, modèle Josserand-Bruno n.1
Description : 
Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution.
Description : 
ff. 1r-24v et ff. 41r-52v : Nicomaque de Gérasa, Introduction Arithmétique, éd. R. Hoche, Nicomachi Geraseni pythagorei Introductionis arithmeticae libri II, Leipzig Teubner (1866). ff. 1r-19r : Livre I, Νικομάχου Γερασηνοῦ πυθαγορικοῦ ἀριθμητικῆς εἰσαγωγῆς βιβλίον πρότερον. Inc. Οἱ παλαιοὶ καὶ πρῶτοι… Expl. ἀνάλογα καὶ εὐάρμοστα εὑρήσεις.ff. 19v-52v : Livre II, Νικομάχου Γερασηνοῦ πυθαγορικοῦ ἀριθμητικῆς εἰσαγωγῆς βιβλίον δεύτερον. Inc. Ἐπειδὴ στοιχεῖον λέγεται καὶ ἔστιν…, Expl. … ἐν πρώτῃ εἰσαγωγῇ ἀρκείτω / τέλος τῆς Νικομάχου εἰσαγωγῆς (+ figure). f. 53 : vacat. ff. 54r-147v et 25r-40v : Euclide, Eléments (édition de Théon), éd. E.S. Stamatis (post J.L. Heiberg), Euclidis elementa, vols. 1-4, Leipzig Teubner, 1969-1973. Εὐκλείδου γεωμετρουστοιχείων πρῶτον ἐκ τῆς Θέωνος ἐκδόσεως. f. 54r : Livre I. f. 68 : livre II. f. 75r : Livre III. f. 88r : Livre IV. F. 94v : Livre V. f. 103v : Livre VI. f. 117v : Livre VII. f. 127v : Livre VIII. f. 196v : Livre IX. f. 146v : Livre X, qui s‘ouvre en réalité sur les scholies 1 et 2 au livre X (éd. E.S. Stamatis (post J.L. Heiberg), Euclidis opera omnia, vols. 5, Leipzig Teubner, 1977). La fin du livre X se trouve aux f. 25-40, avec une lacune textuelle au début. f. 25r inc. ...] τὸ ΑΖ, ἴσον ἔσται τὸ ΕΓ τῷ ΑΖ· ἑκατέρον γὰρ αὐτῶν διπλάσιον..., expl. …παραλληλόγραμμον, καὶ συμπληρώσωμεν [… gardes : extraits de la Vulgate, textes de lectures, accompagnées de deux partitions de chant grégorien : repons dominus qui eripuit me (René-Jean Hesbert, Corpus antiphonalium Officii, nr. 6524) et le repons Benedictus Dominus Deus Israel (René-Jean Hesbert, Corpus antiphonalium Officii, nr. 6249).
Description : 
Le f.1 porte un certain nombre de cotes et d’ex libris qui permettent de retracer l’histoire du manuscrit jusqu’en 1498 au moins. Un fragment d’étiquette en parchemin, conservé dans la restauration du f. 1, porte le n. 968, qui correspond à la cote de ce volume dans la bibliothèque personnelle de Pic de la Mirandole (voir les catalogues de sa bibliothèque publiés par Cesis (p. 61) et Kibre (p. 245)).En 1498, le cardinal Domenico Grimani acquiert la bibliothèque de Pic de la Mirandole, constituant ainsi la première partie importante de son propre fonds. C’est sans doute à lui qu’on doit la cote C 37 inscrite en haut du f. 1. Ce volume est en tout cas répertorié dans le catalogue de sa bibliothèque sous la cote 3.11.186 (voir Saffrey et alii p. 138). C'est son ex libris qui a été gratté au bas du f. 1r.Grimani a fait don de sa bibliothèque au monastère de San’ Antonio di Castello, pour qu’elle devienne publique. La plus grande partie de cette bibliothèque a péri en 1687 dans un incendie, mais quelques volumes ont survécu, sans qu’on sache comment ils avaient quitté la bibliothèque parfois depuis longtemps. C’est le cas de ce manuscrit, qui fut acquis par Jean Hurault de Boistaillé entre 1561 et 1564, lorsqu’il était ambassadeur du Roi de France auprès de la République de Venise. Il a laissé deux ex-libris (ff. 1r et 147v) ainsi qu’une mention de prix : Emi 5 aureis ab Andrea. Dans le catalogue des livres de Hurault établi par Zacharie Scordylis (Bern MS 360), ce volume porte les numéros CLXXXVI-CLXXXVII (Jackson).Le manuscrit se transmet au sein de la famille Hurault, jusqu’à la vente de la bibliothèque en 1622 au Roi. Dans la marge inférieure de la première garde, la cote 40. Elle correspond à une numérotation par série apposée peu avant, ou dans le cadre, de la cession de la bibliothèque Hurault au Roi (Laffitte, p. 53). Dans l’inventaire d’entrée dans la bibliothèque royale de Rigault, le manuscrit portait les numéros 122-123 (Paris. lat. 17174 ff. 2-24).
Rights : 
public domain
Identifier : 
ark:/12148/btv1b107235919
Source : 
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Grec 2481
Relationship : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc102764k
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date of online availability : 
27/02/2019


Help with consultation

Pictograms used