Detailed information

Title : 
Origenes, Homiliae, interpretibus Rufino et Hieronymo
Author : 
Origène (0185?-0254?). Auteur du texte
Publication date : 
1146-1155
Type : 
manuscript
Language : 
latin
Format : 
France (Sens ou Saint-Denis). - Minuscule caroline du milieu du XIIe siècle ; plusieurs copistes. - 19 initiales décorées : O (Observandum, f. 30va, 11 lignes), deux anges soutenant un cercle dans lequel est représenté l’agneau pascal, nimbé, sur fond bleu pointillé, vert, ou rouge, avec rinceaux. V (Vendiderunt, f. 33ra, 12 lignes), sur fond bleu et rouge, entrelacs de figures zoomorphes (chiens, dragons) se mordant l’un l’autre, une figure humaine, et décoration végétale, dessinés à l’encre brune et rehaussés en vert ou rouge. S (Sciendum, f. 35va, 13 lignes), sur fond bleu, vert, et rouge, pointillé, deux figures humaines (demi buste) dessinées à l’encre brune et inscrites dans les courbes, décorées à motifs végétaux, et deux oiseaux sur les côtés externes de la lettre. M (Multa, f. 41va, lignes), sur fond bleu, vert, et rouge, pointillé, entrelacs à motifs végétaux et zoomorphes, dessinés à l’encre brun foncé et rehaussés en vert et rouge. D (Doctor, f. 50ra, 9 lignes), sur fond bleu, vert, et rouge, pointillé, deux figures humaines prises dans les entrelacs de végétaux, dessinées à l’encre noire et repassées en vert et rouge ; une tête de chien achève la haste du D. M (Multa, f. 52vb, 11 lignes), sur fond bleu, rouge, et vert, entrelacs de feuillage et deux oiseaux, dessinés à l’encre brune et repassés en vert et rouge. P (Post, f. 56va, 16 lignes), sur fond bleu, rouge, vert, pointillé, la panse du P est décorée par un feuillage et par un animal à une tête et deux corps, dessinés à l’encre brune et repassés en vert et rouge. La haste du P est décorée par une scène de chasse : un homme dont le pied droit est tenu par le bec d’un oiseau, pointe son arc vers un autre oiseau. O (Omnis, f. 60va, 11 lignes), sur fond rouge, bleu et vert, pointillé, Christ en majesté, bénissant avec la main droite et tenant un livre ouvert dans la main gauche, deux oiseaux situés à ses côtés. S (Si, f. 65rb, 12 lignes), sur fond bleu et rouge, pointillé, la ligne du S constituée par un corps hybride (animal et végétal) sans tête, dans la courbe supérieure un homme pris dans les entrelacs, et dans la courbe inférieure deux oiseaux pris dans les entrelacs végétaux. Q (Quid, f. 68vb, 10 lignes), sur fond bleu et rouge, pointillé, entrelacs de feuillage, dessinés à l’encre brune et repassés en vert et rouge. Q (Quoniam, f. 71rb, 10 lignes), sur fond bleu, rouge, et vert, pointillé, deux dragons forment les limites extérieures du Q, leur queues sont réunies au centre de la lettre et ramifiées en riche feuillage, dessiné à l’encre brune et repassé en rouge et vert. L (Lectio, f. 74rb, 7 lignes), sur fond bleu et rouge, pointillé, un homme tenant le bras droit soulevé (en correspondance de la haste verticale du L) affronte deux figures : un dragon (en correspondance de la haste horizontale du L) et une figure hybride sortant d’un feuillage. Les figures sont dessinées à l’encre brune et repassées en vert et, en moindre mesure, en rouge. I (Iam, f. 76vb, 16 lignes), sur fond bleu, pointillé, entrelacs de feuillage repassé à l’encre verte et rouge, et un oiseau surmontant la pointe supérieure du I. S (Sicut, f. 80rb, 12 lignes), sur fond rouge, bleu et vert, pointillé, dragon dont la queue et la bouche se terminent en feuillage. D (De, f. 83r, 11 lignes), sur fond bleu, vert et rouge, pointillé, trois hommes dont deux assis, discutant entre eux. Leurs vêtements sont repassés à l’encre rouge, verte et bleue. D (De, f. 87r, 11 lignes), sur fond bleu, rouge, et vert, non pointillé, entrelacs d’animaux (oiseaux, chiens, dragons), figures hybrides et feuillage, dessinés à l’encre brune et repassés en vert et rouge. S (Si, f. 92va, 11 lignes), sur fond rouge, bleu, vert, et vert olive, non pointillé, au centre du S un homme. M (Medicum, f. 177rb, 9 lignes), sur fond bleu et vert, pointillé, trois hommes dont deux avec chapeau à pointe, et deux oiseaux. Le corps du M est décoré à motif géométrique. Q (Qui, f. 139ra, 6 lignes), un homme assis, habillé en vert, vert olive, et tenant en main un bâton trilobé, est inscrit dans la lettre, dont un dragon forme la queue.Initiales décorées plus simplement, par du feuillage repassé à l’encre rouge sur fond bleu et vert (par ex. f. 151rb), ou bien initiales à l’encre rouge, verte ou bleue (de 3 à 8 lignes), parfois dépassant la justification. Incipit et explicit des homélies, ainsi que rubriques à l’encre rouge.Dessins à la plume : animal quadrupède avec tête d’homme (f. 25v, en marge inférieure), rehaussé à l’encre rouge et verte ; une tête de chien (f. 79v, en marge inférieure) ; un visage montrant sa langue (f. 99r) ; une tête hybride (f. 103r) ; essais de plume à l'encre (f. 206r, 241r) et au crayon (f. 73v, 74r). - Signes de nota bene (par ex. f. 11v-12r), de cave (f. 19r) ; rubriques d'attente rognées en marge de gouttière (f. 80r : rubrique non exécutée) ou en marge interne (f. 83r : rubrique non exécutée). Annotations d’époque moderne (peut-être de la main de Nicolas Le Fèvre) : « In editis est initium homeliae primae( ?) in Exodum » (f. 38v) ; « et quaedam desiderantur » (f. 197v), « et haec est homilia IX in lib. Iudicum » (f. 206r). - Parchemin. - 279 ff. précédés et suivis, respectivement, par deux gardes modernes en papier. - 350 × 250 mm (justif. 260 x 170 mm). - Le ms. se composait originairement de 36 cahiers, pour la plupart des quaternions, auxquels on a ajouté un cahier supplémentaire (l'actuel 19, f. 141-143, non signé) pour combler une lacune textuelle. Ils s’ouvrent sur le côté poil, portent une signature en chiffres romains en fin de cahier, sauf pour les cahiers 29-30 (f. 213-220, 221-228), 33 (f. 245-249), 36-37 (f. 266-273, 274-279). Réclames seulement aux f. 173v et 181v. Des irrégularités sont à enregistrer pour les cahiers suivants : cahier 1 (f. 1-5), ternion manquant du premier feuillet ; 18 (f. 134-140), quaternion manquant du dernier feuillet ; 19 (f. 141-143), binion manquant du deuxième feuillet ; 20 (f. 144-149), quaternion où deux talons restent au lieu des solidaires des f. 146 et 147 ; 25 (f. 182-188), un quaternion manquant du cinquième feuillet ; 33 (f. 245-249), un binion auquel on a ajouté un feuillet (f. 249) sans respecter la règle de Gregory ; 37 (f. 274-279), un ternion clôturant le manuscrit. - Réglure à la pointe sèche sur le côté poil (Muzerelle 1-1-11/0/3-3/C). Deux colonnes de 37 lignes. - Reliure du XIXe s. en chagrin rouge sur ais en carton épais, plats décorés à encadrement de filets simples d’or, chants à double filets d’or et chasse décorée à poinçons floraux en or. Dos à quatre nerfs, titre imprimé en or « Origenes homiliae in Genesim » et chiffre de Louis-Philippe (couvert par l’étiquette de la cote). Deux gardes supérieures et deux gardes inférieures en papier, contregardes et feuillets marbrés. - Estampille de la « Bibliotheca Regia » (Ancien Régime) identique au modèle Josserand-Bruno type B, n° 5, en usage avant 1735 (f. 1r lavé et 279v presque effacé)
Description : 
Numérisation effectuée à partir d'un document original
Description : 
Collection numérique : Programme Polonsky (BnF/British Library)
Description : 
Collection numérique : Théologie et philosophie
Description : 
Mécénat : Ce manuscrit a été numérisé dans le cadre de « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library, un programme de la Fondation Polonsky ».
Description : 
F. 1ra-35rb : Origenes, In Genesim homiliae I-XVI, interprete Rufino ; inc. « In principio fecit Deus celum et terram. Quod est principium nisi Dominus noster et salvator … », expl. « … semper que Dei sunt cogitare, que Dei sunt querere, et Deus erit semper nobiscum, per Iesum Christum ... » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1920, vol. VI, p. 1-144).F. 35rb-38vb : Origenes (?), In Genesim homilia XVII, incompl. ; inc. « Incipit explanatio de bendictionibus patriarcharum. Omilia I. /f. 35va/ Sciendum primo est quod in singulis quibusque … », expl. « …filios patris sui quasi in morali loco posuimus » (P.G. 12, 253-262).F. 38vb-80rb : Origenes, In Exodum homiliae, interprete Rufino ; inc. « Videtur mihi unusquisque sermo scrip-/f. 39ra/-ture divine similis esse … », expl. « … proferre in tempore et aptare possimus et componere atque ex his adornare tabernaculum Deo Iacob, per Christum Dominum ... » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1920, vol. VI, p. 145-279).F. 80rb-150vb : Origenes, In Leviticum homiliae, interprete Rufino ; inc. « Sicut in novissimis diebus Verbum Dei ex Maria carne vestitum … », expl. « … iugum fidei et karitatis et spei ac totius sanctitatis imposuit. Ipsi gloria in eternum ... » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1920, vol. VI, p. 280-507).F. 150vb-151ra : Rufinus Aquileiensis, Prologus in Origenis homilias ; inc. « Incipit expositio in Iesu nave omelie numero viginti et sex. In divinis voluminibus refertus quod ad constructionem… », expl. « … eruditis deberet iniungi expetis ab indoctis » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1921, vol. VII, p. 286-287).F. 151ra-193rb : Origenes, In Iesu Nave librum homiliae, interprete Rufino ; inc. « Donavit Deus nomen quod est super omne nomen, Domino et salvatori nostro Iesu Christo. Est autem nomen quod est super … », expl. « … ecclesia Dei viventis et ubi est verus Israel in Christo Iesu Domino nostro, per quem ... Explicit omelia XXVI in Iesu Nave » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1921, vol. VII, p. 287-463).F. 193rb-206rb : Origenes, In Iudicum librum homiliae, interprete Rufino, avec lacune de VIII, 5 à IX, 2 ; inc. « Incipit de eo quod scriptum est in libro Iudicum : et servivit populus Domino omnibus diebus Iesu qui viderunt omnia opera Domini magna que fecit cum Israel. Lector quidem presentis lectionis … », expl. « …ut ab ipso victoriam consequi mereamur in Christo Iesu Domino nostro, cui est ... Explicit omelia octava Iudicum » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1921, vol. VII, p. 465-514, 519-522).F. 206rb-213rb : Origenes, In Regnorum librum homiliae ; inc. « Incipit nona in Regnorum, de Helcana et Fenenna et Anna et Samuel[e] et Heli et Ofni et Finees. Non tunc tantummodo Deus plantavit paradisum sed donec stat vita mortalium … », expl. « … ut in novitate vite ambulem in Christo Iesu Domino nostro cui est ... Explicit omelia prima in Regnorum » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1925, vol. VIII, 1-25).F. 213rb-222vb : Origenes, In Canticum Canticorum homiliae, interprete Hieronymo ; inc. « Incipit cantica canticorum in exordium canticorum /f. 213va/ usque ad eum locum in quo ait : quoadusque rex veniat in recubito suo. Quomodo didicimus per Moysem esse quedam non solum sancta sanctorum … », expl. « …ut digni efficiamur sponsi sermone sapientia Iesu, cui est ... Finit in canticis canticorum omelia secunda » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1925, vol. VIII, p. 27-60).F. 222vb-238rb : Origenes, In Isaiam homiliae, interprete Hieronymo ; inc. « Incipit in Ysaia propheta omelia prima. Quamdiu Ozias rex vixit videre non potuit visionem … », expl. « … a domino per singulos intellectus per singula opera et efficeris filius Dei in Christo Iesu, cui est ... Finierunt omelie in Esaya novem feliciter » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1925, vol. VIII, p. 242-289, incompl. + P.L., XXIV, col. 935D-936D). F. 238rb-242vb : Origenes (?), In Ieremiam homiliae, I ; inc. « Incipit in Ieremia omelia prima. Deus ad benefaciendum promtus est et ad puniendum autem eos qui pena digni sunt dissimulatur … », expl. « … sed plantatio paradisi ubi templum Dei sit in Christo Iesu, cui est ... » (P.L. 25, 586-598).242vb-250rb : Origenes, In Ieremiam homiliae, II-III ; inc. « In eo quod scriptum est : fugite de medio Babylonis usque ad eum locum in quo continetur adproximavit usque ad celum iudicii et elevavit usque ad sidera. Quomodo corpus nostrum in aliquo terre loco consistit … », expl. « … mundatus Ierusalem transgredi civitate Dei in Christo Iesu, cui est ... Finit omelia tertia » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1925, vol. VIII, p. 290-317).F. 250rb-278ra : Origenes (?), In Ieremiam homiliae, IV-XIV ; inc. « Incipit omelia quarta. Clamavit perdix congregavit que non peperit faciens divitias suas non cum iudicio. In medio dierum eius derelinquent eum. In novissimis eius erit insipiens thronus glorie exaltatus. /f. 250va/ Ab initio locus sanctificatio nostra sustentatio … », expl. « …fiet unus grex et unus pastor docens in commune populum suum magnificare omnipotentem Deum cum Christo Iesu, cui est ... Finit omelia XIIII » (P.L. 25, 615-692).F. 278ra-rb : Hieronymus Stridonius, Prologus in Origenis homilia ; inc. « Incipit omelia XV. Magnum est quidem amice quod postulas ut Origenem faciam latinum … », expl. « … ea lege, qua tibi sepe constitui, ut ego vocem prebeam, tu notarium » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1925, vol. VIII, p. 318).F. 278rb-279vb : Origenes, In Ezechielem homilia I, interprete Hieronymo, 1-3 incompl. « Non omnis qui captivus est propter peccata sustinet captivitatem … », expl. « … quis est ignis iste sic sapiens ut custodiat aurum meum aut argen/ » (Origenes Werke, éd. W. A. Baehrens, Leipzig, 1925, vol. VIII, p. 318-324).
Description : 
Le ms. semble originaire de l’abbaye de Saint-Denis (Île de France) et produit au milieu du XIIe siècle, sous l’abbatiat de Suger, par plusieurs copistes. Deux cotes de cette abbaye sont encore lisibles au f. 1r : « OR + » (XIIIe siècle) ; « XIIII. IIIC. IIIIXX. XIIII » (XVe siècle). Cf. Delisle, Cab. des mss., I, p. 201 et 203. D’après la notice de Lauer (Cat. mss latins, Paris, 1940, vol. II, p. 97), le ms. passa au Collège de Clermont avant d’entrer dans la collection de Colbert. Néanmoins, aucune trace de ce passage n'est conservée dans le ms., ni dans l’inventaire des manuscrits ayant appartenu audit collège et entrés ensuite dans la collection de Jean-Baptiste Colbert par l’intermédiaire d’Etienne Baluze. Comme l’a montré Nebbiai (La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Denis en France…, p. 130-134), le ms. faisait partie de ceux rentrés dans la collection de l’humaniste Nicolas Le Fèvre (1544-1612), précepteur de Louis XIII, suite aux premiers pillages subis par l’abbaye de Saint-Denis et ayant eu lieu au milieu du XVIe siècle. Il est possible que Nicolas Le Fèvre lui-même ait ajouté le titre figurant dans la marge supérieure du f. 1r : « Origenis homiliae » et quelques annotations marginales comparant le texte du ms. aux éditions imprimées.Après la mort de Le Fèvre, le ms. rentra dans la collection du président Jacques-Auguste de Thou (1553-1617). Son ex-libris aux f. 1r et 279v : « Jac. Aug. Thuani ». Dans le catalogue de sa bibliothèque rédigé par Dupuy (cf. ms. BnF, Dupuy 653, f. 4v), le manuscrit est enregistré : « 25. Origenis homiliae lat. fol. ».Le ms rentra ensuite dans la bibliothèque de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), avec les autres manuscrits du président de Thou acquis par Baluze en 1679. Sa cote au f. 1r : « Cod. Colb. 799 ».Enfin, le ms. rentra dans la Bibliothèque royale avec d’autres manuscrits de la collection Colbert en 1732, en recevant la cote « Regius 3731.7 » (f. 1r).Le ms. a été restauré en 1955 (cf. l’annotation au f. 2r).
Description : 
Lieu de copie : France (Sens ou Saint-Denis)
Rights : 
public domain
Identifier : 
ark:/12148/btv1b10539531n
Source : 
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Latin 1626
Relationship : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc59581n
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date of online availability : 
27/03/2017


Help with consultation

Pictograms used