Informations détaillées

Titre : 
Ibn Butlân Tacuinum sanitatis .

Date d'édition : 
1250-1300

Type : 
manuscrit

Langue : 
latin

Format : 
Paris. - Écriture pré gothique. - Le manuscrit n’est pas enluminé. L’ouvrage ne comporte qu’une lettre historiée « T » sur fond or, représentant l’auteur assis à sa table de travail, tenant dans sa main un pot de pharmacie (f. 1). Décoration secondaire : Initiales filigranées (2 lignes), généralement à prolongement de « I » dans la marge. - Parchemin. - 66 ff., précédés d’un feuillet de parchemin, suivis de deux feuillets de parchemin. - 230 x 175 mm (justification : 170/180 x 120 mm). - 8 cahiers : 18 (ff. 1-8) ; 28 (ff. 9-16) ; 38 (ff. 17-24) ; 48 (ff. 25-32) ; 58 (ff. 33-40) ; 68 (ff. 41-48) ; 78 (ff. 49-56) ; 88 (ff. 57-64) ; ff. 65-66. Réclames. Double foliotation : contemporaine du manuscrit à l’encre rouge et moderne. Lettres d’attente dans les marges des initiales ornées. Corrections interlinéaires à l’encre brune, ratures. Mise en page : Après une courte introduction où l’auteur expose son propos, l’ouvrage se présente comme une suite de 41 tables recensant les végétaux et les animaux indispensables à l’alimentation de l’homme, ainsi que les phénomènes météorologiques ou les comportements qui peuvent influer sur sa santé : f. 2, 2v, 4v, 6, 7v, 9v, 11, 12v, 14, 15v, 17v, 19, 20v, 22, 23v, 25, 26v, 28, 29v, 31, 32v, 34, 35v, 37, 38v, 40, 41v, 43, 44v, 46v, 48v, 50, 51v, 53, 54v, 56, 57v, 59, 60v, 62, 64), soit une table de plus que dans le texte originel (f. 2). 26 tables sont consacrées à l’alimentation sous différentes formes : les fruits (f. 2v, 4v, 6, 7v), les grains et le pain (f. 9v, 12v), les légumes et les herbes (f. 11, 14, 15v, 17v, 19) ; le lait, les produits laitiers et les œufs (f. 20v, 22) ; la viande, y compris les volailles, le gibier et les abats (f. 23v, 25, 26v, 29v, 31) ; le poisson (f. 28), les plats cuisinés (f. 32v, 34 , 35v, 37, 38v), les eaux (f. 43), les variétés de vin (f. 44v). Les tables restantes envisagent différents aspects de l’hygiène. Chaque table est organisée selon un tracé géométrique à la fois vertical et horizontal. Le contenu de la table est divisé en sept bandes horizontales parfois soulignées à l’encre brune ou rouge et en treize colonnes surmontées d’un titre inscrit à l’encre rouge. Dans la marge de gauche, les cases sont numérotées dans la marge par des lettres majuscules rubriquées (B à H). Les colonnes sont respectivement consacrées aux rubriques suivantes (de gauche à droite) : 1. numéro d’ordre du produit traité (« Numerus ») ; 2. son nom (« Nomina ») ; 3. sa nature déterminée en fonction des quatre qualités (humide, chaud, froid et sec (« Nature ») ; 4. son degré : le taux atteint par le produit dans les qualités évoquées ci-dessus (« Gradus ») ; 5. la meilleure variété (« melius ex eo ») ; 6. son utilité (« juvamentum ») ; 7. sa nocivité (« nocumentum ») ; 8. le moyen de neutraliser sa nocivité (« remotio nocumenti ») ; 9. l’effet résultant de l’usage du produit (« generatum ») ; son utilité envisagée en fonction du tempérament et de l’âge de celui qui en fait usage, de la saison et du pays qui conviennent à cet usage (10. « complexiones », 11. « etates », 12. « tempora », 13. « regiones »). On distingue trois parties : dans la partie centrale, les éléments écrits à l’encre brune ou rouge sont disposés en diagonale dans les différentes cases ; les éléments correspondant aux rubriques 1-4 occupent la partie gauche de la table inscrite horizontalement ; les éléments correspondant aux rubriques 9-13 sont reportés à droite, toujours horizontalement. La légende des tables est indiquée à l’encre brune ou rouge « Hec est jamdicti domus demonstratio (rubr.) (f. 2) ; « de fructibus recentibus » (à l’encre brune : f. 2v), etc. Les tables sont accompagnées d’un texte écrit en longues lignes sur une seule colonne, sauf au f. 10 où la page est divisée en deux colonnes. Incipit souligné à l’encre rouge (f. 1). Explicit rubriqué (f. 66). Les titres des paragraphes sont rubriqués ou soulignés à l’encre rouge : « Opiniones philosophorum » (rubriqué) ; « Electiones et proprietates » (souligné à l’encre rouge), introduits par des pieds de mouche à l’encre rouge. Nombreuses annotations marginales inscrites dans un cadre rouge de forme généralement triangulaire, parfois ornementé. Quelques annotations marginales rubriquées (f. 45, 45v, 47v, 49v, 51v, 58, 58v). Au f. 34 : note à l’attention du copiste lui indiquant l’emplacement d’une table : « tabula 23a » (il s’agit en réalité du 22e tableau). Dans les marges, indications abrégées des sources de l’auteur, dont le traducteur a dressé un tableau récapitulatif au f. 66 : Hippocrate, Galien, Rufus d’Éphèse, Dioscoride, Paul d’Égine, Oribase, Théodore, Jean d’Alexandrie, Masericus, Yesus (Gésios), Mesué, Johannitius, Isaac : cf. F. Moly-Mariotti, « Le Taqwim-as-sihhah, traité de médecine arabe ...» , p. 46. - Réglure à l’encre. - Reliure : le volume a conservé son ancienne reliure à ais de bois recouverte de velours violet mentionnée dans l’inventaire de 1544. On distingue la trace de cinq clous : cf. infra Historique. - Aux f. 1 et 66v, estampille de la Bibliothèque royale (Ancien Régime, avant 1725), correspondant au modèle Josserand-Bruno, type A, fig. 1

Description : 
F. 1-66. [Ibn Butlân, Tacuinum sanitatis]. Le manuscrit contient la version latine du traité intitulé Taqwim-as-sihha, composé par le médecin arabe Ibn Butlân au XIe siècle. La traduction de l’arabe en latin a probablement été rédigée à la cour de Manfred de Sicile entre 1254 et 1256, sous le titre Tacuinum ou Tacuinus in medicina. « Livre de santé », le texte est une sorte de manuel donnant des conseils sur le maintien de la santé, la diététique et la vie quotidienne de l’homme en fonction du calendrier, principalement sous forme de tableaux synoptiques : cf. F. Moly-Mariotti, « Le Taqwim-as-sihha, traité de médecine arabe… », p. 41-54. « Tacuinum sanitatis in medicina ad narrandum .VI. res necessarias, et in narratione juvamentis ciborum et potus et indumentorum nocumenti ipsorum, et in remotione nocumentorum juxta consilia meliorum ex antiquis. Composuit autem librum istum Elbusachascin Elmuchar, filius Hahadum filii Bucellam, medici de Baldach (souligné à l’encre rouge) ». « Tacuinum sanitatis de sex rebus que sunt necessarie cuilibet homini ad cotidianam observationem sanitatis sue cum suis rectificantibus et operationibus …-… Rogamus igitur Deum ut perducat nos ad viam congruitatis, eo quod prebeat nobis intellectum habendi noticiam glorificandi et laudandi eum sicut sue pertinet majestati. Amen ». F. 66. [Liste des abréviations des noms des auteurs cités comme sources]. « Hic nominamus omnia nomina proposita in hoc libro et designata per primam litteram istius nominis : Ypocras per grecum .Y. …-… Jehus per .Je. ». « Explicit Tacuinus (rubr.) ».

Description : 
Le manuscrit est entré du vivant de Charles VI dans la Librairie du Louvre. Il figure dans les inventaires dressé entre 1411 et 1424 : 1° inventaire de 1411 [inv. D] : « Item Tacuinum sanitatis, de lettre de forme, a une coulombe et en latin, commençant ou .II.e foillet : in octava, et ou derrenier : ta diversa cibaria, couvert de cuir tanné, a .II. fermoirs de laton » (BnF., Français 2700, f. 118, art. 773) ; 2° inventaire de 1413 [inv. E] : même description (Bn.F., Français 9430, f. 55, art. 797) ; 3° estimation de 1424 [inv. F] (Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 964, art. 720). Le volume est alors prisé 12 sous parisis. L’incipit du 2ème feuillet figure au début du f. 2 : « In octava : [remotiones nocumenti …] ». Le f. 66 commence par les mots : « [mul]ta diversa cibaria…] ». Au moment de la dispersion de la librairie en 1429 (cf. Delisle, Recherches…, I, p. 138-139), le volume passa vraisemblablement en Angleterre, où il fut racheté par Charles d’Orléans. Le manuscrit figure, en effet, sur la liste des ouvrages que le duc rapporta à son retour d’exil : « Ung livre de medecine commansant : Tacuinum sanitatis, couvert de cuir rouge » (Arch. nat., KK 500, n° 7, f. 4 [inv. ap. 1440] ; cité par Ouy, La librairie des frères captifs…, p. 47, n° 84). Au bas du f. 66 figure l’ex-libris du duc: « Iste liber constat Karolo duci Aurelianensi etc », ainsi que sa signature, accompagnée du chiffre « 40 » en caractères romain et arabe que l’on trouve sur nombre de ses manuscrits : « .XL. Karolus .40. » : cf. Champion, La librairie de Charles d’Orléans…, p. XLII-XLIII. Au verso du plat supérieur, on note d’une écriture du XVIe s : « Hoc Tacuinum habet in fine paragraphum Karoli ducis Aurelianensis ». À la mort de Charles d’Orléans, ses livres restèrent au château de Blois, sous la garde de la Chambre des comptes dont l’ex-libris figure au recto du f. 66 : « de camera compotorum Bles[ensi] ». En novembre 1501, Louis XII reprit les manuscrits de ses parents (cf. U. Buarmeister et M.-P. Laffitte, « La bibliothèque des rois de France », dans Des livres et des rois. La bibliothèque royale de Blois, Paris, 1992, p. 23-31). Dans la marge supérieure du f. 1 est indiquée la place du manuscrit dans la bibliothèque de Blois : « tab[ula] .IIII. medicine liber X » : cf. Omont, « Répertoire de la librairie de Blois » (1518), « Index librorum medicine, coopertorum veluto, secundum ordinem alphabeti », dans Anciens inventaires…, I, p. 95, n° 672. Le volume est répertorié dans les catalogues postérieurs de la Bibliothèque royale : inventaire de 1544 (Blois), n° 435 ; inventaire de Nicolas Rigault (1622), n° 1250 ; inventaire de Pierre et Jacques Dupuy (1645), n° 1179 ; inventaire de Nicolas Clément (1682), n° 5426 ; Catalogus codicum manuscriptorum (1744), n° VI M LXXVII.Anciennes cotes inscrites au recto du f. 1 : [Rigault II] « MCCL », [Dupuy II] « 1179 » ; [Regius] « 5426 ». Inventaire 1518 : « Tacuinum sanitatis » (Omont, I, p. 95, n° 672). Inventaire 1544 : « Tacuinum sanitatis ; couvert de veloux viollet (Omont, I, p. 179, n° 435). Inventaire 1622 : « Elbuschascin Elmuchar tacuinum sanitatis » (Omont, II, p. 326, n° 1250). Inventaire 1744 : « Codex membranaceus , quo continetur Elluchasem Elmithar, filii Hahadum, filii Bucellam, medici de Baldach, Tacuinum sanitatis, de sex rebus quae sunt necessariae cuilibet homini ad quotidianam observationem sanitatis suae, cum suis rectificantibus et operationibus. Is codex decimo quato saeculo videtur exaratus ».

Droits : 
domaine public

Identifiant : 
ark:/12148/btv1b8452202k

Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Latin 6977

Provenance : 
Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 
28/11/2011


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés