Informations détaillées

Titre : 
Grandes Chroniques de France.

Date d'édition : 
1375-1380

Type : 
manuscrit

Langue : 
Français

Format : 
Paris. - Écriture gothique ronde. Deux copistes : A : Henri du Trévou (f 1-386) ; B : Raoulet d’Orléans (f. 386-492 : règnes de Jean le Bon et de Charles V). La première partie du manuscrit a été copiée d’après le ms. 782 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, qui contient en marge des instructions, dont certaines adressées à « Henri », pour l’exécution du Français 2813 (cf. Hedeman, The Royal Image…, p. 98, fig. 69). - Cette version des. - Grandes Chroniques. - , dont le texte traditionnel des moines de Saint-Denis a été poursuivi, sur l’ordre de Charles V, jusqu’en avril 1379, présente un récit sans précédent de l’histoire de la royauté française. Texte et illustration contribuent à renforcer l’idée de la légitimité et de la puissance des Valois dans le dernier quart du XIV. - e. - siècle et offrent une rare occasion d’appréhender la genèse et l’évolution de la pensée politique royale et de la propagande française contemporaine. - La décoration du manuscrit reflète les trois phases qui présidèrent à son exécution. - - La copie par Henri de Trévou des deux volumes, qui composaient à l’origine le manuscrit, est antérieure à 1375. S’y trouve relatée l’histoire de la royauté française depuis les origines jusqu’au règne de Philippe de Valois. Le cycle iconographique, composé dans sa plus grande partie de petites peintures placées en tête des divisions majeures, met en valeur les thèmes inhérents à la légitimité du jeune roi : héritage des ducs de Normandie, dévotion à Charlemagne et saint Louis, modèles pour leurs successeurs représentés par les Valois, indépendance du roi de France vis-à-vis de l’empereur. Quelques images, de plus grandes dimensions (double colonne) illustrent les règnes de Charlemagne (f. 85v, 124), de Louis le Pieux (f. 128), de Philippe Auguste (f. 223) et de saint Louis (f. 266v). - - Une seconde phase dans la composition de l’ouvrage se situe avant 1377, lorsque Raoulet d’Orléans transcrivit, sous la direction de Pierre d’Orgemont, la chronique des règnes de Jean le Bon et de Charles V, introduisant les titres courants et des modifications dans les derniers feuillets de la vie de Philippe de Valois. Un cycle de vingt-six peintures orne cette partie du texte. Un premier groupe illustre les batailles de Charles V avec Étienne Marcel ou Charles de Navarre. Une seconde série illustre les cérémonies célébrant les évènements positifs du règne. Deux thèmes y sont mis en évidence : la suprématie française sur les Anglais (cf. fête de l’Ordre de l’Étoile, f. 394), la continuité de la descendance des Valois en la personne du jeune Charles VI (cf. baptême de Charles VI, f. 446v). De même que dans la première partie, l’importance de certains évènements est soulignée par la largeur d’une double colonne des images correspondantes : entrée du roi Jean le Bon à Londres (f. 438), couronnement de Charles V et de la reine Jeanne de Bourbon (f. 439), procession de baptême de Charles VI (f. 446v), funérailles de la reine (f. 480v). La scène du banquet de l’Ordre de l’Étoile, symbole du rassemblement des chevaliers français autour de leur roi, occupe les trois quarts d’un feuillet (f. 394). - - Cette affirmation de la reconnaissance dynastique et de la consolidation du pouvoir trouvent leur pleine expression dans la seconde continuation de Raoulet d’Orléans, lors de son récit des évènements situés entre 1378 et 1379. Les quatorze feuillets relatant la visite de l’empereur Charles IV à Paris, en 1378, ajoutés entre les ff. 466 et 481, contribuent, notamment, à renforcer l’idée de la suprématie française. 19 peintures décrivent l’évènement : f. 467, 467v (2 peintures), 468v, 469, 470 (2 peintures), 470v (grand format), 471v, 472, 473v (banquet dans le palais du roi Charles V, grand format), 475, 476v, 477, 478 (2 peintures), 478v, 479, 480. - C’est de cette époque que datent les modifications apportées au texte d’Henri de Trévou : au nombre des substitutions apportées au texte primitif, on note deux textes et trois miniatures correspondantes de l’hommage dû au roi de France par le roi d’Angleterre, duc de Guyenne (f. 290, 357 et 357v) ; un texte et son illustration de la réception par ses pairs du couronnement de Philippe de Valois (353v) ; un court prologue à l’histoire de saint Louis avec insertion de la page frontispice (f. 265) et le portrait de l’auteur (f. 265v) ; la page frontispice du début du manuscrit représentant le couronnement de Charles VI en présence de ses pairs (f. 3) : cf. Hedeman. - The Royal Image. - …, p. 95-133. - François Avril a distingué au moins cinq mains différentes pour l’illustration (La. - Librairie de Charles V. - , 1968, p. 112, n° 195). Un grand nombre de vignettes et les cinq peintures frontispices ont été exécutés par deux premiers artistes : le. - Maître du couronnement de Charles VI. - et l’un de ses proches collaborateurs. On doit au premier les frontispices du f. 3v (acclamation du jeune Charles VI) et du f. 4 (débarquement des Grecs, siège de Troie, fondation de Sicambre par Francion, scène de bataille). Le second a réalisé les trois autres frontispices : f. 265 (scènes de la vie de saint Louis), f. 394 (Jean le Bon arbitrant la dispute entre le duc de Lancastre et le duc de Brunswick, banquet de l’Ordre de l’Étoile), f. 473v (banquet offert à l’empereur Charles IV). - Le reste des illustrations est dû à trois autres peintres : le. - Maître du Livre du Sacre de Charles V. - , auteur notamment de la scène du couronnement de Charles V et de la reine Jeanne de Bourbon (f. 439) et des funérailles de cette dernière (f. 480v). Un disciple du. - Maître de la Bible de Jean de Sy. - a surtout travaillé à la première moitié du volume : f. 103v, 105v, 106v, 108, 109v, 112v). Le dernier artiste a été identifié à. - Perrin Remiet. - , connu notamment pour son illustration, en 1393, du ms. Français 823 (. - Pèlerinage de la vie humaine. - de Guillaume de Digulleville). C’est à lui que revient la décoration des f. 5v, 85v, 122v, 149, 166v, 182, 200 etc : cf. Avril. - La Librairie de Charles V. - …, p. 112-113. - Légende des peintures : voir Hedeman. - The royal image. - …, p. 244-247. - Décoration secondaire :. - Encadrement des pages frontispices de baguettes à prolongement de vignettes, avec parfois dragon figuré. Représentation des armes royales aux f. 3v, 4, 265, l’écu étant porté par deux anges sur les f. 4 et 265. F. 3v : les écus destinés vraisemblablement à recevoir les armoiries des pairs sont restés vides. - Initiales ornées (4-6 l.) sur fond or, à prolongement de baguettes à décor de vignettes et parfois de dragon, au début du prologue, des tables de chapitres, des différents livres, des chapitres quand ils sont précédés d’une miniature. - Initiales ornées (3 l.) sur fond or, à prolongement de vignettes, au début des différents chapitres. - Lettrines au début des rubriques des tables des chapitres. - Pieds-de-mouche séparant les paragraphes au sein du texte. - Bouts de ligne. - Parchemin. - 543 ff., précédés de trois feuillets de garde en parchemin épais. Contregardes en parchemin, le dernier feuillet du manuscrit servant de contregarde du plat inférieur (réglure identique aux feuillets précédents). - 330 x 220 mm (justification : 225 x 145 mm). - Cahiers : 19 (4+5) ( f. 1-9, f. 3 rajouté) ; 28 (f. 10-17) ; 38 (f. 18-25) ; 48 (f. 26-33), 58 (f. 34-41) ; 68 (f. 42-49) ; 78 (f. 50-57) ; 88 (f. 58-65) ; 98 (f. 66-73) ; 108 (f. 74-81) ; 118 (f. 82-89) ; 128 (f. 90-97) ; 138 (f. 98-105) ; 148 (f. 106-113) ; 158 (f. 114-121) ; 168 (f. 122-129) ; 178 (f. 130-137) ; 188 (f. 138-145) ; 198 (f. 146-153) ; 208 (f. 154-161) ; 218 (f. 162-169) ; 228 (f. 170-177) ; 238 (f. 178-185) ; 248 (f. 186-193) ; 258 (f. 194-201) ; 268 (f. 202-209) ; 278 (f. 210-217) ; 288 (f. 218-225) ; 298 (f. 226-233) ; 308 (f. 234-241) ; 318 (f. 242-249) : 328 (f. 250-257) ; 338 (4+3+1) (f. 258-263+1 ; un demi-feuillet non numéroté, coupé sur sa hauteur à la suite du f. 263) ; 343 (1+2) (f. 265-267) ; 358 (268-275) ; 368 (f. 276-283) ; 3710 (4+6) (f. 284-293 ; f. 290-292 refaits) ; 388 (f. 294-301) ; 398 (f. 302-309) ; 408 (f. 310-317) ; 418 (f. 318-325) ; 428 (f. 326-333) ; 438 (f. 334-341) ; 448 (f. 342-348) ; 458 (f. 349-356) ; 469 (5+4) (f. 357-365 ; f. 357 ajouté) ; 478 (f. 366-373) ; 488 (f. 374-381) ; 498 (f. 382-389) ; 504 (f. 390-393) ; 518 (f. 394-400, un feuillet numéroté 399bis) ; 528 (f. 401-408) ; 538 (f. 409-416) ; 548 (f. 417-424) ; 558 (f. 425-432) ; 568 (f. 433-440) ; 578 (f. 441-448) ; 588 (f. 449-456) ; 598 (f. 457-464) ; le 60e cahier était composé de huit feuillets (f. 465-466 ; 481-486, avec insertion de 14 feuillets en deux cahiers de huit (f. 467-474) et de six feuillets (f. 475-480) ; 618 (f. 487-494). Les feuillets suivants sont blancs. Réclames à l’encre brune ou rouge (f. 97v, 113v, 209, 400). Signatures de certains feuillets apparentes. 2 colonnes par page. Foliotation moderne dans la marge supérieure. Autre foliotation moderne dans la marge inférieure. Partie inférieure de la deuxième colonne du recto et verso du f. 466 blancs. Dans la partie du texte écrite par Raoulet d’Orléans majuscules rehaussées à l’encre rouge (f. 386-464), à l’encre jaune (f. 464r-492).Dans la marge supérieure, titre courant à l’encre rouge ajouté par Raoulet d’Orléans entre 1375 et 1377, et numérotation des livres en chiffres romains. Texte divisé en chapitres, annoncés par une rubrique correspondant à celle indiquée dans la table, et parfois d’une peinture. Table commune aux règnes de Jean le Bon et de Charles V, inachevée (s’arrête à l’année 1375). Numérotation moderne des chapitres de la table des gestes de Jean le Bon et de Charles V. Inscription contemporaine de dates soulignées à l’encre rouge en face de certaines rubriques de cette même table. Les feuillets rapportant la visite de l’empereur ne comportent pas de titre courant. Corrections indiquant les modifications effectuées par Raoulet d’Orléans : passage de treize lignes barré d’une croix à l’encre rouge au f. 383, mots ou membres de phrases barrés à l’encre rouge. Changement de certaines rubriques à l’encre noire (f. 352v). Annotation marginale dans la table des chapitres de la geste de saint Louis indiquant l’insertion dans le texte de la « charte de la renonciation de Normandie » (f. 266). Annotations marginales : « noa ». Certaines annotations, détaillées, encadrées dans un cadre à l’encre soulignant un évènement particulier : « nota que ces trois trespasserent en .I. mois et les .II. cardinaulx tout en .I. jour » (f. 463) ; « noa que pour l’ocasion des choses desus dites recommença guerre entre les deux roys de France et d’Angleterre » (f. 455v), etc. Le manuscrit se présentait à l’origine en deux volumes d’égale grosseur, dont le second a été grossi par suite d’une intercalation de 14 feuillets : 1er volume : f. 1-263v (des origines à Louis VIII) ; 2e volume : f. 265-543 (saint Louis à Charles V, 1379) et contregarde du plat inférieur. La distinction entre les volumes est marquée par un feuillet blanc (f. 264) et les peintures frontispices. Le texte s’arrête au f. 492 : les f. 493-543, préparés pour la suite du texte (réglure) sont blancs. - Réglure à l’encre. - Reliure de maroquin rouge aux armes royales sur les plats (Ancien Régime), à triple filet doré. Bordure de dentelle dorée sur le bord et à l’intérieur des plats. Tranche dorée à décor fleurdelisé. Dos au chiffre royal avec titre en capitales dorées : « CRONIQUE DE S. DENIS JUSQUE. A CHARLES .V. ». - F. 1 et 492 : estampilles de la Bibliothecae Regiae (Ancien régime, avant 1725) : correspondant au modèle Josserand-Bruno, type A, n° 1

Description : 
F. 1-492. Les Grandes Chroniques de France. Les chroniques contenues dans le volume se répartissent en deux parties distinctes : la chronique des rois de France des origines à la mort de Philippe VI de Valois, composée à l’abbaye de Saint-Denis (f. 1-389) et la chronique des règnes de Jean le Bon et de Charles V (f. 389-492). Cette dernière, qui a été parfois attribuée au chancelier Pierre d’Orgemont, a certainement été rédigée sous la surveillance du roi (cf. Avril, La Librairie de Charles V..., p. 112). Le récit s’arrête au mois d’avril 1379, après l’entrevue du roi avec les barons bretons ralliés au duc Jean V, soit un an et demi avant la mort de Charles V. La chronique du règne de Jean le Bon comprend 141 chapitres, celle du règne de Charles V compte 110 chapitres. F. 1-389. [Chronique de Saint-Denis]. F. 1-389. [Texte]. « Ce sont les Croniques de France selon ce qu’il sont composees en l’eglise de Saint Denis en France (rubr.) ». « Cil qui cest euvre commence, a touz ceulz qui ceste histoire liront, salut en nostre Seigneur. Pour ce que plusieurs gens doubtoient de la genealogie des roys de France …-… Pour quoy nostre Seigneur voult que il eust paine et tribulacion en ce monde, afin qu’il peust avecques lui regner aprés la mort pardurablement. Amen ». « Ci finent la vie et les fais du roy Phelippe de Valois. Et aprés commencent les chapitres des faiz du roy Jehan, filz dudit roy Phelippe, et les chapitres des faiz de Charles, filz dudit roi Jehan, tant avant qu’il fust roy comme aprés (rubr.) ». F. 389-492. [Chronique des règnes de Jean le Bon et de Charles V]. F. 389-392. [Table des chapitres]. « Le premier chapitre fait memoire du coronnement et du sacre du roy Jehan de France, filz du devant dit roy Phelippe de Valois, et des chevaliers qu’il fist a son joieux advenement, et de la mort messire Raoul conte de Eu et de Guynes, lors connestable de France. .M. .CCC. .L. …-… De la loy que le roy Charles le Quint ordena sur l’aagement des ainsnez filz des roys de France, et comment elle fu publiee en parlement a Paris (addition marginale : « 46 » (écriture moderne) » (éd. Delachenal, I, p. 1-18). F. 393-438v. [Chronique du règne de Jean le Bon]. « Du coronnement du roy Jehan et des chevaliers qu’il fist, et de la mort messire Raoul, conte d’Eu et de Guynes, lors connestable de France (rubr.) ». « Aprés le trespassement du roy Phelippe de Valois, regna pour luy Jehan son ainsné filz, et fu coronné en l’eglise de Reims le dymenche .XXVI. jours en septembre, l’an de grace mil .CCC. .L. …-… Et par ce ledit messire Bertran laissa ledit captal au roy de France, lequel il fist mener en prison ou marchié de Meaulz » (éd. Delachenal, I, p. 25-346). F. 439-492. [Chronique du règne de Charles V]. « Comment Charles, ainsné filz du roy Jehan qui trespassa en Angleterre, fu sacré et enoint a roy de France en l’eglise de Reims, et aussi la royne, sa femme (rubr.) ». « L’an de grace mil .CCC. .LX et quatre, le dymenche, jour de la Trinité, qui fu le .XIX.e jour du mois de may, furent ledit roy Charles et madame Jehanne de Bourbon, sa femme, sacrez a Reims …-… Lesquelz les establiroient et ordeneroient a la seurté tant du roy comme du païs. Lesquelz respondirent que ainsi le feroient. Mais a plus grant seurté le roy (i exponctué) voult qu’il le jurassent. Si le jurerent sur les saintes evangiles de Dieu et sur la vraye croix » (éd. Delachenal, II, p. 21-360, l. 17).

Description : 
Le manuscrit a fait partie des collections de Charles V conservées au château de Vincennes.Les inventaires de la librairie du Louvre, établis entre 1380 et 1411 (inv. de Gilles Malet, 1380 : BnF., Français 2700, f. 13v, n° 252 [inv. A] et Baluze, 397, n° 264 [inv. B] ; inv. de 1411 : BnF., Français 2700, f. 44v, n° 77 [inv. C]), indiquent que le manuscrit avait été transporté à Vincennes avant la mort du roi Charles V : « Les Croniques de France, en .II. volumes, couvertes de soye inde a queue, et sont en .II. estuiz de cuir escorchiez aus armes de France. Addition : Lesquelles furent portees au Bois devers ledit feu roy Charles » (inv. C). Il n'est cependant pas répertorié dans l'inventaire des joyaux de Vincennes établi en 1380 (BnF, ms. Français 2705).Il avait sans doute reçu sa reliure en 1378, comme semble l’indiquer un mandement de Charles V ordonnant de payer à Dine Raponde 190 francs or pour des pièces de « baudequin et de cendail » : « Pour les hez et chemises des Croniques de France et celles que a faittes monseigneur le chancelier [Pierre d’Orgemont], pour .II. volumes pour ledit seigneur, une piece de baudequin, .XXVI. frans » (Delisle, Recherches…, I, p. 313 et n. 1, d’après L. Lacabane, dans Bibliothèque de l’École des chartes, vol. II, 1841, p.68).Les marques d’appartenance au roi Charles V se découvrent au long du volume. Au verso du f. 263v se devine à la lampe de wood l’ex-libris du roi : « Ces Croniques de France sont a nous le Ve de notre nom, roy de France [et le fismes escrire], enluminer [et parfere]. Charles » (voir à ce sujet, M.-H. Tesnière, « Les deux livres du roi Charles V », dans Une histoire pour un royaume… », p. 282).Les armes royales figurent sur les pages frontispices des deux volumes originels (f. 4 et 265) ainsi qu’au f. 3v. Le manuscrit entra, à une date indéterminée dans les collections de Jean de Berry. Il ne figure pas dans les inventaires de la librairie établis en 1413 (Arch. nat. KK 258 ) et 1416 (Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 841 : compte de Jean Lebourne, exécuteur testamentaire de la succession du duc de Berry), mais il est cité par Léopold Delisle d’après un inventaire des livres et joyaux qui étaient conservés à Bourges : « Un Livre des chroniques de France, en deux volumes, ecrit en françois, de lettres de forme, tres notablement historié et enluminé au commencement et en plusieurs lieux. Au commencement du deuxieme feuillet du premier volume est ecrit : de tout le monde, et au commencement du troisieme feuillet de l’autre volume : iI vint prés » (Delisle, op. cit., I, p. 313 et n. 1, d’après L. Lacabane, art. cit. p. 71). L’incipit du 2e feuillet se lit au f. 5 (2e f. du texte du premier volume originel), l. 1 : vainqueurs [f. 5] de tout le monde n’osoient faire ; celui du 3e feuillet du deuxième volume se trouve au f. 267, l. 1 (3e feuillet du deuxième volume originel) : il vint prés d’un chastel. Le manuscrit est répertorié à partir de 1645 dans les inventaires de la Bibliothèque du roi : catalogue des frères Dupuy, n° 471 ; catalogue de Nicolas Rigault, 1682, n° 8395 : « Chronique de France, appellée la Chronique de Saint-Denis » (Omont, Anciens inventaires…, IV, Paris, 1913, p. 83).Cotes inscrites dans la marge supérieure du f. 1 : [Dupuy I] 741 ; [Regius] 8395.

Droits : 
domaine public

Identifiant : 
ark:/12148/btv1b84472995

Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Français 2813

Provenance : 
Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 
12/12/2011


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés