Informations détaillées

Titre : 
Apocalypse glosée [en français].

Date d'édition : 
1240-1250

Type : 
manuscrit

Langue : 
Français

Format : 
Salisbury (Angleterre). - Le manuscrit fait partie d’une famille artistique regroupant les plus anciennes copies insulaires de l’Apocalypse: cf. Delisle, L’Apocalypse en français, 1901.Pour D. H. Turner, il convient de rapprocher du ms. Français 403 de deux autres manuscrits : le Psautier d’Evesham (Londres, British Library, Add. 44874) et l’Apocalypse de Trinity College (Cambridge, Trinity college, ms. R. 16.2) : cf. Manuscrits enluminés d’origine insulaire…, p. 80). Samuel Berger, pour sa part, a vu dans le ms. Français 403 et le ms. Oxford, Bodleian Library, Auct. D. 4. 17 (fac-similé : The Apocalypse of s. John the Divine, London, 1876), deux copies d’un même original par des artistes différents (Berger, Bible française au moyen âge, p. 80). L'illustration du Français 403 est toutefois nettement supérieure et l'artiste a été identifié comme étant le Maître de Sarum, auteur de deux autres chefs d’œuvre : le Psautier d’Amesbury (Oxford, All Souls College, ms. 6) et le Missel de Henry Chichester (Manchester, John Rylands Library, ms. lat. 24). 90 peintures : 12 réparties deux par page aux feuillets qui précèdent et qui suivent le texte de l’Apocalypse (ff. 1, 1v, 2 ; 43v, 44, 44v), illustrant la vie de saint Jean, et 78 en demi-page, occupant la moitié supérieure de chaque folio, au-dessus du texte de l’Apocalypse : cf. Avril et Stirnemann, Manuscrits enluminés d’origine insulaire…, n° 123. D’après Félix Lecoy, un feuillet manquant entre les ff. 17 et 18 aurait comporté deux peintures représentant, l’une les miracles de l’Antéchrist, l’autre l’Antéchrist trônant dans le Temple (cf. Otaka et H. Fukui, Apocalypse…, p. 6). Le peintre a conservé à l’intérieur des scènes les banderoles ou cartouches contenant les légendes explicatives des scènes dans les manuscrits de la même famille. Les images étant dans le ms. Français 403 suivies du texte, ces banderoles sont restées vides : cf. ff. 13v, 14, 15, 16v, 17, 23v, 24, 26, 26v, 27, 27v, 28 etc.).Voir sur le détail de l'iconographie, L’Apocalypse en français au XIIIe siècle, Paris, 1901. Technique : or bruni ; dessins à l’encre brune, lavis (rouge, jaune, vert, bleu et brun). Légende des peintures d’après la base http://mandragore.bnf.fr : F. 1 : saint Jean prêchant ; baptême de Drusiana. – F. 1v : saint Jean devant le proconsul ; saint Jean conduit à Rome. – F. 2 : saint Jean devant Domitien ; martyre de Saint Jean. – F. 2v : saint Jean renvoyé par Domitien. – F. 3 : saint Jean partant en exil. – F. 3v : ange apparaissant à saint Jean. – F. 6 : fils d’Homme. – F. 6v : Théophanie. – F. 7 : saint Jean se lamentant, Théophanie, adoration de l’agneau – F. 7v : premier sceau. – F. 8 : deuxième sceau. – F.8v : troisième sceau. – F. 9 : quatrième sceau. – F. 9v : âmes sous l’autel, martyrs recevant des robes des mains des anges. – F. 10 : sixième sceau. – F. 10v : anges retenant les vents. – F. 11 : adoration de l’agneau. – F. 11v : anges jouant de la trompette. – F. 12 : ange encensant l’autel, anges musiciens. – F. 12v : ange jetant le feu sur la terre, première trompette. – F. 13 : deuxième et troisième trompettes. – F. 13v : quatrième trompette, aigle dans le ciel. – F. 14 : cinquième trompette. – F. 14v : Abbadôn conduisant les locustes. – F. 15 : sixième trompette. – F. 15v : chevaux monstrueux. – F. 16 : ange tenant le Livre. – F. 16v : saint Jean avalant le Livre. – F. 17 : histoire des deux témoins. – F.17v : histoire des deux témoins. – F. 18 : histoire des deux témoins. – F.18v : septième trompette. – F. 19 : arche dans le temple. – F. 19v : apparition d’une femme portant un enfant, couverte de soleil, la lune à ses pieds, en face du dragon, anges sauvant l’enfant du dragon. – F. 20 : combat des anges contre le dragon. – F. 20v : combat des anges contre le dragon. – F. 21 : la femme recevant des ailes. – F. 21v : femme s’envolant loin du dragon. – F. 22 : combat contre le dragon. – F. 22v : dragon transmettant le pouvoir à la bête à sept têtes. – F.23 : adoration du dragon. – F.23v : adoration de la bête. – F. 24 : combat contre la bête. – F. 24v : adoration de la bête. – F. 25 : adoration de la bête. – F. 25v : signe de la bête. – F. 26 : agneau sur le mont Sion. – F. 26v : annonce du jugement. – F. 27 : chute de Babylone. – F.27v : annonce du jugement. – F. 28 : saint Jean devant les cadavres des élus. – F. 28v : Jésus moissonnant. – F. 29 : vendange. – F. 29v : une rangée d’anges tenant des coupes ; une rangée d’anges musiciens. – F. 30 : sept anges recevant des coupes. – F. 29v : ange répandant la première coupe sur la terre. – F. 31 : deuxième et troisième coupes répandues sur la terre. – F.31v : quatrième et cinquième coupes répandues sur la terre. – F. 32 : sixième coupe répandue sur la terre. – F. 32v : septième coupe répandue sur la terre. – F. 33 : grande prostituée. – F. 33v : grande prostituée. – F. 34 : chute de Babylone. – F. 34v : ange lançant une meule. – F. 35 : mort de la grande prostituée. – F. 35v : noces de l’agneau. – F. 36 : saint Jean et anges. – F.36v : armée céleste, Christ foulant la colère de Dieu. – F. 37 : ange appelant les oiseaux. – F. 37v : combat contre la bête. – F.38 : la bête et les faux prophètes jetés dans le feu de l’enfer. – F. 38v : ange immobilisant le dragon. – F. 39 : règne de mille années après la défaite de Satan. – F. 39v : combat eschatologique. – F. 40 : bête et faux prophètes dans le feu. – F. 40v : jugement dernier. – F. 41 : Jérusalem céleste. – F. 41v : Jérusalem céleste. – F. 42 : fleuve de vie. – F. 42v : saint Jean se prosternant devant l’ange. – F. 43 : saint Jean et le Christ. – F. 43v : saint Jean de retour à Éphèse, miracle de saint Jean ; saint Jean et jeune gens portant des gerbes. – F. 44 : saint Jean et Craton, miracle de saint Jean ; saint Jean au temple de Diane. – F. 44v : saint Jean avalant du poison ; saint Jean célébrant la messe, mort de saint Jean. Décoration secondaire:2 initiales historiées placées en tête du texte de l’Apocalypse et de sa glose (f. 2v) : saint Jean, assis à côté d’un ange, écrivant sur un cartouche contenant les trois premiers mot du texte : « Apocalipsis Cristi Jesu » ; saint Jean en pied.Lettrines champies, parfois filigranées. Lettre d’attente visible au f. 4. Espace laissé vide pour l’initiale aux ff. 2v et 45v. - Parchemin. - 45 ff., précédés d’une garde de papier moderne et de 2 gardes de parchemin (A, B), suivis d’une garde de parchemin (I) et d’une garde de papier moderne. - 325 x 230 mm. - 6 cahiers : 1. - 8. - (ff. 1-8), 2. - 8. - (ff. 9-16), 3. - 7 (3+4). - (ff. 17-23 ; feuillet manquant entre les ff. 17 et 18), 4. - 8. - (ff. 24-31), 5. - 8. - (ff. 32-39), 6. - 7 (4+3). - (ff. 40-45 + dernier feuillet de garde I). - Numérotation contemporaine des trois premiers cahiers suivant les lettres de l’alphabet (a, b, c) inscrites dans la marge gauche ou la marge supérieure. Double numérotation pour le troisième cahier qui porte au bas de la marge inférieure le chiffre III. Numérotation contemporaine en chiffres romains de IV à VI pour les cahiers suivants. Indication dans la marge des chapitres : « 2. - m. - capitulum », etc. Numérotation dans la marge en chiffres romains des lettres envoyées aux églises de Smyrne (III), Pergame (IIII), Thyatire (V), Sardes (VI), Philadelphie (VII), Laodicée (VIII). - Foliotation moderne que Delisle a attribuée à Gaston Paris, vers 1840, avant qu’un feuillet placé à l’origine entre les ff. 17 et 18 n’ait été coupé. Cette foliotation a été corrigée vers 1860 et les cotes qui figurent sur le manuscrit sont inférieures d’une unité aux premières cotes : cf. Delisle. - L’Apocalypse en français. - , p. LXVIII. Une même discordance apparaît dans la foliotation des feuillets du 2. - e. - cahier (ff. 9-16). Delisle l’explique par la présence, à l’origine, au milieu du cahier de la feuille lui servant d’enveloppe :. - ibid. - ., p. LXVIII, n. 1. - Mise en page :. - Les feuillets 1r-v, 2r, 43v, 44r-v contiennent des peintures, à raison de deux par page. Le texte commence au f. 2v. La moitié supérieure du feuillet est occupée par une peinture, la partie inférieure est divisée en deux colonnes destinées, l’une à la traduction française du texte, l’autre à la glose, introduits par les rubriques : « Tixt », « Glose », à l’exception des ff. 2v-3 transcrits en longues lignes (début du chap. I). Le texte de saint Jean occupe, en effet, la colonne de gauche jusqu’au f. 42. - L’illustration du volume ayant été antérieure à la transcription du texte (cf. Delisle), la tâche du copiste s’en trouva compliquée. À partir du f. 42v, le commentaire et le texte, trop longs pour respecter la mise en page, se succèdent sur les deux colonnes. Il arrive que la glose, trop importante, déborde dans la marge inférieure, transcrite alors en longues lignes. La fin du passage correspondant à l’image du f. 41v (la Jérusalem céleste), trop détaillé pour être contenu dans cette seule page, a été reportée au début du f. 45, ainsi que l’indique le signe de renvoi noté dans la marge inférieure du feuillet : « Ici faut Tixt. et Glose et a tieu signe la querez el quare fuille aprés ». La suite du commentaire du f .7 doit être recherchée à la seconde colonne du f. 8v : « qu’il ne seit trové, et si comme le leon dort… ». Le renvoi est indiqué par un signe en forme de rosace : « Ici faut Glose et Tixt. et el premier fuill suivant a tieu signe la troverez ». - Autres signes de renvoi rubriqués en forme d’écu, de main, de tête, de fleur etc. - Réglure à la mine de plomb. - Estampille de la « BIBLIOTHECAE REGIAE » (Ancien régime), correspondant au modèle Josserand-Bruno, type A, fig. 1. - Reliure de maroquin rouge aux armes royales XVIIe –XVIIe sur les plats. Tranches dorées et ciselées

Description : 
Appartient à l'ensemble documentaire : RegiaCharlesV

Description : 
F. 1-45v. Apocalypse glosée [en français] Le manuscrit contient une traduction glosée de l’Apocalypse fort répandue puisqu’elle a été transmise par quelques vingt-trois autres copies indépendantes. Le texte commençant au neuvième verset du chap. I, Samuel Berger en a conclu que le début de l’Apocalypse et la préface que l’on trouve dans les autres témoins ont disparu (op. cit., p. 79). Pour Félix Lecoy, le texte est complet et la suppression de la préface résulte de la volonté du compilateur (Y. Otaka et H. Fukui, Apocalypse..., p. 10). L’examen codicologique atteste, par ailleurs, que le premier quaternion est complet et les premiers mots du texte sont introduits par la seule initiale historiée du volume.Le commentaire, qui a été conçu à l’origine pour accompagner la traduction, est lui-même la traduction d’un texte qui figure dans la compilation latine connue sous le nom de Bible moralisée dont le ms de Vienne, Österreiche Bibliothek, codex 1179, offre un témoin très proche du ms. Français 403 : cf. Lecoy, dans Y. Otaka et H. Fukui, op. cit., p. 10. Samuel Berger a affirmé que la fin du texte et de la glose était amputée (op. cit., p. 80, 82, 339). En réalité, certains passages, trop longs pour être contenus dans la partie inférieure de la page correspondante à l’image, ont été renvoyés sur d’autres feuillets (cf. supra mise en page). C’est ainsi qu’il faut chercher la fin du chapitre XXI (f. 41 et 41v) au f. 45v (« qui sunt escrit en liv(e)re de vie del agniel »). Le 22e et dernier chapitre occupe le f. 42. Il est suivi par l’épilogue qui commence au f. 42v, se poursuit au f. 43 et s’achève au f. 42v. F. 2v-45v. [Apocalypse, traduction française du texte]. F. 2v-40v. [Chap. I-XX]. « Je Johan, vostre frere e parcener en tribulatiun et regne et pacience en Jesu Crist, fu en ile que est apelee Pathmos por la parolle Deu et tesmoigne Jhesu Crist …-... Ceste est la secunde mort : le estanc du feu, et cil qui ne est trové ou livere de vie escrit est envoae en le estanc du feu ». – F. 41-41v ; 45-45v. [Chap. XXI]. « Et ge vi le ciel novel, et le premier ciel et la premiere terre s’en partirent et la mer ne est mie ja …-…Ne nule orde chose ni entarra que face abhominaciun ne mençonge, ne nul se cil nun qui sunt escrit en livere de vie del agniel ». – F. 42. [Chap. XXII]. « Et il me moustra un fleve de eue vive, cler comme cristal …-…kar li sire Deu les enluminera et il regneront sanz fin ». F. 42v-43. [Épilogue]. F. 42v. « Et me dist : ces parolles sunt tres leaus et tres veraies …-… Et li seint seit seintifiez uncore ». F. 43. « Estevos ge vieng tost …-… Et qui a seif veinge, ki voudra receivre le eue de vie de pure grace ». F. 42v. « Jeo ai fini les prophecies de cest livere et tesmoin a tuz …-… Je vieng tost. Oil. Venez, sire Jhesu. Amen. La grace Nostre Seignur Jhesu Crist seit o nos tuz. Amen ». F. 2v-45v. [Apocalypse, Commentaire]. F. 2v-40v. [Chap. I-XX]. « [P]ar seint Johan sunt signifié li bon prelat de seinte glise qui unt la voiz del evangile et entendent que la manace del jugement qui est signefiee …-…signefie que tuit sunt dampnez au jugement ki ne sunt garantiz par la passiun Jhesu Crist ». – F. F. 41-41v ; 45-45v. [Chap. XXI]. « Le renouvelement du ciel et de la terre signefie la grant joie que li angele aueront …-… que nul ni entarra se il ne soit neztae par le sanc Jhesu Crist et par les sacremenz de seinte glise et qui ne ait confermé sa vie en Jhesu Crist en terre qui fu pour nos escrite en la croiz ». – F. 42. [Chap. XXII]. « Par le flueve de eue vive est signefié la joie que ja ne faudra …-… Ceo qu’il dit qu’il n’aueront mester de lumere de la lanterne ne du soleil, si est avant espunt ». – F. 42v-43. [Épilogue]. F. 42v. « La signefiance de tut cest …-… ke a annui ne tornast ». F. 43-42v. « Ceo que l’angele desfendi enseeler le livre …-… ne se fie pas en ces merites mes en [f. 42v, signe de renvoi] grace. Et ceo est ceo que il dit receve le eue vive de pure grace ». F. 43. [Explicit]. « Que nos puissuns ove li en sa gloire encors et en alme regner sanz fin. Amen ».

Description : 
Resté en Angleterre jusqu’au début du XIVe siècle, comme le suggère le titre inscrit en écriture anglaise au f. 1 : « Apocalypsis in pictura facta Karolo Magno » (sic), le manuscrit entra par la suite dans les collections de Charles V. Il est répertorié dans les inventaires de la Librairie du Louvre entre 1380 et 1424: 1° Inv. de 1380 [inv. A et B] : « L’Appocalipse en françois, toute figuree et ystoriee, et emprose » (BnF., Français 2700, f. 6, n° 70 ; Baluze 397, f. 3, n° 71) ; 2° Inv. de 1411 [inv. D] : « Item une Appocalipse, en françois, de lettre de forme, a .II. coulombes, bien historiee et figuree, et y a au commencement dudit livre .III. pages toutes figurees, commençant ou .II.e foillet de l’escripture : et envaiez au sept yglises, et ou derrenier : et les .IIII. euvangiles, couvert de cuir rouge plain et .II. petiz fermoirs de laton » (BnF., Français 2700, f. 128v, n° 891) ; 3° Inv. 1413 [inv. E] : même description (BnF., Français 9430, f. 15, n° 195) ; 4° Inv. de 1424 avec prisée des ouvrages (Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 964, f. 24, n° 170). Une note ajoutée par Gilles Malet dans l’inv. A indique que le volume avait été prêté par Charles V au duc d’Anjou : « lequel livre feu le roy Charles bailla a monseigneur d’Anjou pour faire son beau tappiz, comme il est escript cy dessus ou .VI.e foillet et pour ce fit en la quictance generale » (BnF., Français 2700, f. 42, n° 29 [inv. C, 1411]. Hennequin de Bruges a sans doute examiné le manuscrit avant de faire les dessins, vers 1377, de la célèbre tapisserie de l’Apocalypse : cf. Des livres et des rois., p. 196-197, n° 48. Delisle, toutefois, a réfuté l’hypothèse que le Français 403 ait servi de modèle à l’artiste : op. cit., p. CLXXVIII. Le volume fut emporté en Angleterre avec une partie des manuscrits du duc de Bedford. Une note (XVe) portée au bas du f. 1 précis que le possesseur de l’époque souhaita remplacer la glose par un abrégé du commentaire du franciscain Hugo de Costessey (déc. en 1336) et du dominicain Hugues de Virley (v. 1340), quitte à gratter le texte français : « Fiat opus abstractus Costesey et Hugo de vi super apocalipsim et inscribatur circa et sub picturas sequentes et tunc erit complacens et, si necesse fuerit, fiat rasura gallic[ani] » : cf. Delisle, op. cit., p. LXVI-LXVII. Le manuscrit fut racheté par Louis de Bruges, seigneur de la Gruthuyse, dont les armes sont encore visibles par transparence sous les armes de France au f. 1. Il est répertorié dans l’inventaire des livres de la bibliothèque royale provenant de celle de Louis de Bruges (J. van Praët, p. 93, n° IV). Il entra, par l’intermédiaire de Jean de Bruges, fils de Louis de Bruges, dans les collections de Louis XII, dont les armoiries ont été peintes sur celles du seigneur de la Gruthuyse, au bas du f. 1. La contregarde du plat supérieur porte la mention : « Apocalipse hystorie. Bloys » et la cote : « des histoires et des livres en françoys, pulpito 3°. A la cheminee », indiquant sa place dans la Librairie royale de Blois (cf. Omont, Anciens inventaires …, I, p. 2 n° 3).Le volume est répertorié dans les inventaires postérieurs de la Bibliothèque royale : inv. de Blois (1544) ; inv. de 1622 par Nicolas Rigault (1622) ; inv. de 1645 par Pierre et Jacques Dupuy ; inv. de 1682 par Nicolas Clément. Le manuscrit fut exposé avec les manuscrits les plus précieux de la BnF. à la fin du XIXe siècle (av. 1881), dans la grande galerie de la bibliothèque nationale, ainsi qu’en témoigne la cote inscrite sur la contregarde : « Exp. X-5 ». Anciennes cotes inscrites au f. 1 : [Rigault II] « mil quarante sept » ; [Dupuy II] 569, [Regius] 7013.

Droits : 
domaine public

Identifiant : 
ark:/12148/btv1b8447298r

Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Français 403

Provenance : 
Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 
07/11/2011


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés