Informations détaillées

Titre : 
Chansonnier, dit Chansonnier Cangé.

Date d'édition : 
XIIIe s. (4e quart)

Type : 
manuscrit

Format : 
France (Dijon). Initiales historiées à antennes ondulées en tête de chaque série alphabétique de chansons, initiales filigranées rouges et bleues. Selon A. Stones, le ms. présente une étroite parenté avec le ms. BnF fr. 1376 (Florimont, Erec et Enéide), qui peut lui-même être rapproché du ms. Baltimore, Walters W. 109, le Bréviaire de Saint-Bénigne, copié à Dijon entre 1287 et 1300. - Parch. - A-L + 151ff. - 245 x 165 mm. - Reliure maroquin rouge XVIIIe s. à filets dorés. - Estampille Bibliothèque royale (Ancien Régime), sous l'abbé Jean-Paul Bignon (1718-1741), avant 1735, modèle identique à Josserand-Bruno, 273, type A et pl. type 10

Description : 
Contient : « Ausi cum l'unicorne sui ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Amours me fait comencier ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « A enviz sent mal qui ne l'a apris ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Au tans ploin de felonie ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « A la douçour dou tens qui reverdoie ». [LE CHATELAIN DE COUCI, ou BLONDEL DE NESLE.] ; « Au renovel de la doucor d'esté ». [GACE BRULE] ; « Amours qui à son oes m'a pris » ; « A la doucour de la bele saison ». [GACE BRULE] ; « A vous, Amours, plus qu'à nule autre gent ». [LE CHATELAIN DE COUCI.] ; « A la doucor des oiseaux » ; « Amours me semont que je chant » ; « A l'entrant dou douz termine ». [GACE BRULE, ou MORISSE DE CREON] ; « Amours que porra devenir ». [THIBAUT DE BLAZON.] ; « A la saison dou tens qui s'asseüre » ; « A une fonteinne » ; « A ma dame ai pris congié ». [MONIOT D'ARRAS.] ; « A l'entrant d'esté, que li tans comence ». [BLONDEL DE NESLE.] ; « Aymanz fins et verais ». [GAUTIER D'ESPINAIS] ; « Amours dont senz et cortoisie ». [PERRIN D'ANGECOURT.] ; « Amours qui m'a du tout en sa baillie ». [LAMBERT FERRI.] ; « Au noviau temps que yvers se debrise ». [GILLEBERT DE BERNEVILLE] ; « Au besoing voit on l'ami ». [GILLEBERT DE BERNEVILLE.] ; « Amours qui mout mi guerroie ». [ROBERT DU CHASTEL] ; « Apris ai qu'en chantant plour » ; « Au comencier de ma novele amour ». [GAUTIER D'ESPINAIS] ; « A l'entrant dou temps novel » ; « Au douz mois de mai joli » ; « Amours me done achoison de chanter » ; « Amours qui m'a done, je l'en merci » ; « Aucune gent ont dit par felonie » ; « Au comencier de totes mes chançons » ; « Aucun vuelent demander » ; « Amours est une mervoille » ; « Amis, quelx est li mieuz vaillanz » ; « Au tans d'aoust que fuille de boschet » ; « Bien me cuidoie partir ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Bons rois Thiebaut, sire, consoilliez moi ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Baudoyn, il sont dui amant ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Biaus m'est estez quant retentist la bruille ». [GACE BRULE.] ; « Bien puet amors guierredoner ». [ROITAS DE TIREI] ; « Bien cuidai vivre sanz amours » ; « Biau m'est quant voi verdir les champs » ; « Bien font amors lor talant ». [GAUTIER D'ARGIES, THIBAUT DE BLAZON, ou CARDON DES CROISILLES.] ; « Bien cuidai garir amors » ; « Bien me deüsse targier ». [QUESNES DE BETHUNE.] ; « Bernart, à vos vuil demander ». [LE COMTE DE BRETAGNE.] ; « Bone amors qui son repaire ». [JEHAN ERART] ; « Bone amors m'a en son service mis ». [GERARDIN DE BOULOGNE.] ; « Bien est obliez chanters » ; « Bel avantaige a de chanter » ; « Biau m'est dou tans d'esté qui renverdoie » ; « Bien doi chanter quant dire le me doigne » ; « Bien m'ont amors entrepris » ; « Contre le tans qui devise ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Chançon ferai, que talanz m'en est pris ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Chanter m'estuet que ne m'en puis tenir ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Comencerai à faire un lay ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Cuens, je vos part.I. jeu par ahaitie ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Chanter me fait ce dont je crien morir ». [GACE BRULE, ou PIERRE DE MOLINS] ; « Contre le temps que voi fremir ». [GACE BRULE, ou GAUTIER D'ARGIES.] ; « Chanter me plait que de joie est norriz ». [GACE BRULE] ; « Chanter et renvoisier suel ». [THIBAUT DE BLAZON.] ; « Cil qui d'amors me consoille ». [GACE BRULE] ; « Coment que longue demore ». [GACE BRULE, ou LE CHATELAIN DE COUCI.] ; « Chançon de plains et de sopirs » ; « Contre le froit tans d'yver ». [GACE BRULE.] ; « Coment que d'amors me dueille ». [BLONDEL DE NESLE.] ; « Chanterai por mon corage ». [GUYOT DE DIJON, ou LA DAME DU FAYEL] ; « Chanter vuil d'amour certainne » ; « Comencemenz de douce saison bele ». [GAUTIER D'ESPINAIS.] ; « Costume est bien, quant on tient.I. prison ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Chanter vuil.I. son » ; « Conforz me prie et semont » ; « Chançon envoisie ». [GUILLAUME LE VINIER] ; « Costume et us de bien amer m'aprent » ; « Coment qu'amors me destroingne et travaut » ; « Chascuns qui de bien amer ». [RICHART DE FOURNIVAL] ; « Chascun an voi le tans renoveler » ; « Car me consoilliez, Jehan, se Dex vos voie » ; « Dame, ciz vostre fins amis ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « De ma dame souvenir ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Douce dame, tout autre pansement ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « De grant joie me sui touz esmeüz ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Dame, ensinc est qu'il m'en covient aler ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « De noveau m'estuet chanter ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « De touz max n'est nuns plaisanz ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Dame, l'en dit que l'en muert bien de joie ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « De grant travail et de petit esploit ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Dou tresdouz non à la virge Marie ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Dame, merci, une rien vos demant ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Dex est ausi comme li pellicans ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « De bone amour vient seance et beautez ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « De chanter ne me puis tenir ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Des or me vuil esjoïr en chantant ». [GACE BRULE.] ; « Desconfortez, ploins de dolour et d'ire ». [GACE BRULE] ; « De bien amer grant joie atent ». [GACE BRULE.] ; « De la joie que desir tant ». [GACE BRULE] ; « Douce dame, grez et graces vous rent ». [GACE BRULE.] ; « De bone amour et de leaul amie ». [GACE BRULE] ; « D'amours vient joie et honors ausiment ». [LE VIDAME DE CHARTRES, ou OUDART DE LACENI.] ; « Desconfortezet de joie partiz ». [GAUTIER D'ESPINAUS] ; « Dame, je verroie » ; « Dedanz mon cuer naist une ante » ; « Douce dame, mi grant desir » ; « Dites, seignor, que devroit on jugier » ; « De cuer dolant et ploin d'ire » ; « Dex ! com m'ont mort norrices et enfant » ; « Devers Chastel-vilain » ; « De la procession » ; « Dex saut ma dame et doint honor et joie » ; « Desoremais est raisons ». [GUIOT DE DIJON, ou JEHAN DE SOISSONS] ; « Douz est li maus qui met la gent en voie ». [ADAM LE BOSSU.] ; « En chantant vuil ma dolour descouvrir ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Empereres ne rois n'ont nul pooir ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « En douz temps et en bone hore ». [GACE BRULE.] ; « En chantant me vuil complaindre ». [GACE BRULE] ; « Encor ferai une chançon pardue ». [HUGUES DE BERZY ou BREGY.] ; « Ensi com cil qui cuevre sa pesance ». [HUGUES DE BERZY ou BREGY] ; « En mai par la matinée » ; « En aventure ai chantei ». [PIERRE DE CORBIE, ou HUGUES DE BERZY ou BREGY.] ; « Encore a si grant poissance. » [GACE BRULE, ou MONIOT D'ARRAS] ; « En douce dolour » ; « Enuiz et desesperance » ; « En la douce saison d'estey » ; « En esmai et en confort » ; « Enz ou cuer m'est entrée finement » ; « En chantant plaing et sopir » ; « En mai, quant li rossignolez ». « COLIN MUSET. » ; « Encor n'est raisons ». [GUILLAUME LE VINIER] ; « En may, quant florissent prey » ; « Foille ne flors ne vaut riens en chantant ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Fine amour et bone esperance ». [GACE BRULE, ou PIERRE DE MOLINS] ; « Fine amor clainme à moi par heritage ». [PIERRE, ou AMAURI DE CREON.] ; « Flour ne verdour ne m'a pleü » ; « Foi et amor et leautez ». [GILLEBERT DE BERNEVILLE] ; « Fine amours en esperance ». [AUDEFROI LE BATARD.] ; « Fine amors me fait chanter » ; « Grant pieça que ne chantai » ; « Grant pieça que ne chantai mais » ; « Haute chose a en amor ». [GILLEBERT DE BERNEVILLE.] ; « Hé ! las, il n'est mais nus qui aint ». [ADAM LE BOSSU] ; « J'aloie l'autrier errant ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Je ne puis bien metre en nonchaloir ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Je ne vois mais celui qui gent ne chant ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Ja por ce se d'amer me dueil ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Ja de chanter en ma vie ». [GACE BRULE.] ; « Iriez, destroiz et pansis ». [GACE BRULE] ; « Je n'oi pieça nul talant de chanter ». [GACE BRULE.] ; « Ire d'amors qui en mon cuer repaire ». [GACE BRULE] ; « Je ne puis pas si loing foïr ». [GACE BRULE.] ; « Je chantasse volentiers liement ». [LE CHATELAIN DE COUCI] ; « Ja nuns hons pris ne dira sa raison ». [LE ROI RICHART.] ; « Je n'ox chanter trop tart ne trop sovent ». [LE ROI DE NAVARRE, ou JEHAN DE BRIENNE] ; « J'ai un joli sovenir ». [PERRIN D'ANGECOURT.] ; « Je ne cuit pas qu'en amors trahisons ». [JEHAN DE MESONS] ; « Je ne cuidai mes chanter ». [JEHAN ERART.] ; « J'avoie lessié le chanter ». [COLART LE BOUTEILLER.] ; « Joie d'amors que j'ai tant desirrée » ; « Je suis espris doucement » ; « Joliz cuers et sovenance » ; « J'ai sovent d'amors chantey ». [GILLEBERT DE BERNEVILLE.] ; « Il covient qu'en la chandoile » ; « J'ai novel comandement » ; « Je n'ai autre retenance ». [ADAM LE BOSSU.] ; « Joie et solaz mi fait chanter » ; « J'ai oblié poinne et travaux ». [GACE BRULE, ou RAOUL DE FERRIERES.] ; « J'osasse bien jurer n'a pas lonctemps » ; « Je ne chant mais dou temps qui renverdist » ; « Il me covient renvoisier » ; « Je ne tieng mie à sage » ; « Il feroit trop bon morir ». [PERRIN D'ANGECOURT] ; « Je soloie estre envoisiez » ; « L'autre nuit en mon dormant ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Li douz pensers et li douz sovenirs ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Li rossignoz chante tant qu'il chiet morz ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Les douces dolors ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « L'autrier estoie en un vergier » ; « Li plusor ont d'amors chanté ». [GACE BRULE.] ; « Las ! por quoi m'entremis d'amer » ; « L'an que voi l'erbe resplandir » ; « L'an que fine fueille et flor ». [GACE BRULE] ; « Li noveax temps et maiz et violete ». [LE CHATELAIN DE COUCI.] ; « L'an que rose ne fuille ». [LE CHATELAIN DE COUCI] ; « La douce voiz dou rossignot sauvage ». [LE CHATELAIN DE COUCI.] ; « L'autrier avint en cel autre païs ». [QUESNES DE BETHUNE.] ; « Lonc temps ai esté ». [GONTIER DE SOIGNIES] ; « Li jolis maiz ne la flors qui blanchoie ». [PERRIN D'ANGECOURT.] ; « Li tres douz temps ne la saisons novele ». [LAMBERT FERRI] ; « Li joliz temps d'estey que je voi revenir » ; « Lons desirs et longue atente » ; « Leaus desirs et pensée jolie » ; « Li tres douz maux que j'endure » ; « Lorsque je voi le boisson en verdure » ; « Leaus amors puisqu'en fin cuer s'est mise » ; « Lorsque rose ne fuille ». [LE CHATELAIN DE COUCI.] — Chanson déjà transcrite au fol. 74 ; « L'amours dont sui espris ». [BLONDEL DE NESLE] ; « Li joliz maux que je sent ». [ADAM LE BOSSU.) ; « Le brun temps voi resclarcir » ; « Li douz chanz de l'oiseillon » ; « Lonc temps ai mon temps usey ». [MONIOT DE PARIS] ; « Mi grant desir et tuit mi grief torment ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Mauvais arbres ne puet florir ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Mout ai esté longuement esbahiz ». [LE CHATELAIN DE COUCI, ou GACE BRULE.] ; « Merci clamanz de mon fol errement ». [LE CHATELAIN DE COUCI, ou GACE BRULE] ; « Mout m'est bele la douce commencence ». [LE CHATELAIN DE COUCI, ou GACE BRULE.] ; « Mout longuement aurai dolour ahue » ; « Mout m'a demoré » ; « Ma douce dame on ne me croit » ; « Mout m'abelit li chanz des oiseillons » ; « Ma douce dame et amours ». [ADAM LE BOSSU.] ; « Ma dame me fait chanter » ; « Nuls hons ne puet ami reconforter ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « N'est pas à soi qui ainme coralment ». [GACE BRULE, ou GAUTIER D'ARGIES] ; « Ne me sont pas achoison de chanter ». [GACE BRULE.] ; « Nuns hons ne seit d'ami qu'il puet valoir ». [GACE BRULE] ; « Ne me donne pas talant ». [MONIOT D'ARRAS.] ; « Ne rose ne flors de lis ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Neant plus que droiz puet estre sanz raison ». EUSTACHE DE REIMS] ; « Novele amors qui m'est ou cuer entrée ». [JACQUES DE CISOING.] ; « Ne lairai que je ne die » ; « Ne sui pas si esbahiz » ; « Oez por quoi plaing et sopir ». [GACE BRULE.] ; « Or ne puis je plus celer » ; « Oi mi ! amours, si dure departie ». [QUESNES DE BETHUNE] ; « Onques por esloingnement ». [PERRIN D'ANGECOURT.] ; « Onques d'amors n'oi nule si grief poinne ». [GILLEBERT DE BERNEVILLE.] ; « One ne sorent mon pensey ». [THOMAS HERIER] ; « Or seroit merciz de saison ». [BESTOURNE.] ; « Outrecuidiez et ma fole pensée » ; « On voit sovent en chantant ainenrir ». [PERRIN D'ANGECOURT] ; « Onques mais jor de ma vie » ; « Or voi je bien qu'il souvient » ; « Onques ne me poi parcevoir » ; « Pour froidure ne pour yver felon ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Pour ce se d'amer me dueil ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Pour conforter ma pesance ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Pour mal temps ne pour gelée ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Phelippe, je vos demant : Dui ami... ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Phelippe, je vos demant : Qu'est devenue... ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Par Deu, sire de Champaigne et de Brie ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Par quel forfait et par quel mesprison ». [GACE BRULE, ou ROGER D'ANDELYS] ; « Pour faire l'autrui volenté » ; « Pansis d'amors vuil retraire ». [GACE BRULE.] ; « Pour mal temps ne por gelée » ; « Pour verdure ne pour prée ». [GACE BRULE] ; « Pluie ne venz ne gelée ». [GILLES DE VIESMAISON.] ; « Par grant franchise me covient chanter ». [MAHIEU LE JUIF.] ; « Pansis d'amors, joianz et corrouciez ». [JEHAN DE BRIENNE] ; « Puis qu'en moi a recovré seignorie ». [GAUTIER D'ESPINAUS.] ; « Puis qu'il m'estuet de ma dolour chanter ». [RICHART DE FOURNIVAL] ; « Pour la moillor c'onques formast nature ». [JEHAN LE CUVELIER.] ; « Puis que j'ai chançon meüe ». [CARASAUS] ; « Pour le tens qui verdoie ». [GOBIN DE REIMS.] ; « Puis qu'en chantant covient que me deport » ; « Puis que je sui de l'amoreuse loy ». [ADAM LE BOSSU] ; « Puis que li maux qu'amours me fait sentir » ; « Pour demorer en amour sanz retraire ». [MARTIN LE BEGUIN.] ; « Poinne d'amors et li mal que j'en trai » ; « Panser mi font et voillier granz amors » ; « Pour longue atente de merci » ; « Povre veillece m'asaut » ; « Pour quoi se plaint d'amors nuns ». [ADAM LE BOSSU.] ; « Qui plus aimme plus endure ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Quant fine amors me prie que je chant ». [LE ROI DE NAVARRE, ou GACE BRULE] ; « Quant foillissent li boschaige ». [LE VIDAME DE CHARTRES.] ; « Quant je voi le douz temps venir » ; « Quant voi la flour boutener ». [GACE BRULE.] ; « Quant je voi la noif remise ». [GACE BRULE] ; « Quant flors et glaiz et verdure s'esloingne ». [GACE BRULE.] ; « Quant noif et gief et froidure ». [GACE BRULE.] ; « Quant l'erbe muert et voi fuille cheoir ». [GACE BRULE] ; « Quant li rossignoz joliz ». [LE CHATELAIN DE COUCI, ou RAOUL DE FERRIERES.] ; « Quant li temps renverdoie ». [GACE BRULE] ; « Quant bonne dame et fine amour me prie ». [GACE BRULE.] ; « Quant voi le temps bel et cler ». [GACE BRULE] ; « Quant voi venir le beau tems et la flour ». [LE CHATELAIN DE COUCI.] ; « Quant je plus sui en paour de ma vie ». [BLONDEL DE NESLE.] ; « Quant li temps torne à verdure ». [GONTIER DE SOIGNIES.] ; « Quant oi tentir et bas et haut ». [GONTIER DE SOIGNIES] ; « Quant naist flors blanche et vermoille » ; « Quant voi esté et le tens revenir ». [LE CHATELAIN DE COUCI.] ; « Quant voi le tens felon rasoagier ». [HUGUES DE BERZY ou BREGY] ; « Qui bien vuet amors descrivre ». [ROBERT LA CHIEVRE DE REIMS.] ; « Quant voi renverdir vergiers » ; « Quant li oisseillon menu » ; « Quant je voi esté venir ». [THIBAUT DE BLAZON.] ; « Qui d'amors a remembrance ». [ROBERT DE MEMBEROLES, ou GILLES DE VIESMAISONS] ; « Quant li rossignoz joliz ». [LE CHATELAIN DE COUCI, ou RAOUL DE FERRIERES.] — La même qu'au fol. 110 ; « Qui or voudroit leal amant trover » ; « Quant voi yver et froidure aparoir ». GAUTIER D'ESPINAUS.] ; « Quant voi en la fin d'estey ». [PERRIN D'ANGECOURT.] ; « Quant je voi l'erbe amatir ». [PERRIN D'ANGECOURT] ; « Quant voi le felon tens finey ». [PERRIN D'ANGECOURT] ; « Quant li beax estez repaire ». [PERRIN D'ANGECOURT.] ; « Quant la flor de l'espinete » ; « Quant florist la prée » ; « Quant la saisons est passée ». [JACQUES DE CISOING.] ; « Quant voi blanchoier la flour » ; « Qui porroit.I. guierredon » ; « Quant par douçour dou temps novel » ; « Quant voi le tens en froidure changier » ; « Quant voi fuille et flor d'esté » ; « Quant la saison dou douz tens s'aseüre ». [LE VIDAME DE CHARTRES, ou GACE BRULE.] ; « Qui seit por quoi amors a non amors ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Quant l'erbe muert voi la fuille cheoir ». [GACE BRULE.] — La même qu'au fol. 110 ; « Quant voi renverdir l'arbroie » ; « Quant voi paroir la fuille en la ramée ». [GACE BRULE, ou SAUVAGE DE BETHUNE] ; « Quant voi le novel tens venir » ; « Quant la saisons desirrée est entrée » ; « Quar eüsse je.C. mile mars d'argent ». [Imité de PISTOLETA] ; « Quant je voi yver retorner » ; « Qui sert de fause proiere ». [GACE BRULE.] ; « Quant li noveax tens d'esté ». [GUIOT DE BRUINAI.] ; « Quant li beax estez repaire ». [PERRIN D'ANGECOURT] ; La même qu'au Fol. 119 ; « Rois Thiebaut, sire, en chantant responnez ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Robert, veez de Perron ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Seignor, sachiez, qui or ne s'en ira ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Sire, ne me celez mie ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Sire, loez moi à choisir ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Sopris d'amours et ploins d'ire ». [GACE BRULE.] ; « Sanz atente de guierredon ». [GACE BRULE., ou LE ROI DE NAVARRE] ; « S'onc ire d'amors enseingna » ; « Sire Dex en tote guise » ; « Se par force de merci ». [GAUTIER D'ESPINAUS.] ; « Se j'ai chanté sanz guierredon avoir ». [ROBERT DU CHASTEL.] ; « S'onques nuls hons por dure departie ». [LE CHATELAIN DE COUCI, ou HUGUES DE BERZY ou BREGY] ; « Se j'ai chanté ne m'a gaires valu » ; « Sovent m'ont demandé la gent » ; « Se valors vient de mener bone vie » ; « Sor toutes riens soit amors honorée » ; « Toute autresi com fraint noif et yvers ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Tout autresi com l'ente fait venir ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Tant sai d'amors c'est cil qui pis en prent ». [AUBIN DE SEZANNE, ou PIERRE DE MOULINS.] ; « Tant m'a mené force de seignorage ». [GACE BRULE] ; « Tant ai en chantant proié ». [BLONDEL.] ; « Tant ai d'amors qu'en chantant m'estuet plaindre ». [LE VIDAME DE CHARTRES, ou BLONDEL] ; « Touz esforciez aurai chanté sovent ». [GAUTIER D'ASPINAUS.] ; « Tout autresi com l'aymanz deçoit ». [GAUTIER D'ASPINAUS] ; « Tres haute amor qui tant s'est abaissie ». [PERRIN D'ANGECOURT, ou LE ROI DE NAVARRE.] ; « Tant me plait à estre amis ». [GILLEBERT DE BERNEVILLE] ; « Telx nuit qui ne puet aidier » ; « Tant ai amors servies longuement ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Tant de solaz comme j'ai por chanter ». [GACE BRULE] ; « Tres fine amors je vos requier merci » ; « Tout autresi com dou soloil li rai » ; « Tant ai d'amours apris et entendu ». [GUADIFER D'ANJOU.] ; « Trop m'abelit, quant j'oi au point dou jor » ; « Une chançon encor vuil ». [LE ROI DE NAVARRE] ; « Une dolour enniouse ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Une chose, Baudoyn, vos demant ». [LE ROI DE NAVARRE.] ; « Vuiz de joie, plains d'ennoi empren » ; A la suite dix feuillets contenant des copies de chansons exécutées par les soins de Cangé, d'après les mss. 844, 845 et 184, anc. suppl.- fr

Description : 
Avec ses 351 pièces, ce ms. est l'un des chansonniers les plus représentatifs de la chanson courtoise. Il contient par ailleurs le plus grand nombre de chansons attribuées à Thibaut de Champagne (64 pièces).Sur le plan musical, la notation très soignée, qui est le fait d'un copiste musicien, permet de reconnaître la valeur de la durée (cf. J. Beck).Les ff. A-L et 142-151 ont été ajoutés au XVIIIe s. (annotations de Cangé).

Droits : 
domaine public

Identifiant : 
ark:/12148/btv1b6000950p

Source : 
Français 846

Provenance : 
Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 
02/01/2012


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés