Informations détaillées

Titre : 
Recueil de chansons du XIIIe siècle, avec musique notée

Date d'édition : 
1301-1325

Sujet : 
Thibaut IV, comte de Champagne, roi de Navarre. Chansons

Sujet : 
Albret (Marie d'). Manuscrit lui ayant appartenu, avec sa signature autographe

Sujet : 
Paulmy (Antoine-René d'Argenson, marquis de). Manuscrits lui ayant appartenu

Sujet : 
Chansons

Sujet : 
Chansons, avec musique notée (XIIIe siècle)

Sujet : 
Chansons. (XIIIe siècle)

Sujet : 
Musique

Sujet : 
Musique notée (XIIIe siècle)

Sujet : 
Poésies françaises

Sujet : 
Poésies françaises du XIIIe siècle

Type : 
manuscrit

Langue : 
Français

Format : 
Parchemin. - XX-420 pages, plus les pages 170bis, 170ter. - Écriture du commencement du XIVe siècle, sur 2 colonnes. Initiales ornées en or et couleur. Une miniature à la page 1. Le nom de l'auteur de chaque chanson est écrit en marge dans un cercle rouge. - 312 × 220 mm. - Reliure en maroquin vert, à fils d'or. Tranches dorées

Description : 
Chansonnier de Navarre (Le)

Description : 
Contient : « Les chançons le roi de Navarre [Thibaut, comte de Champagne] » ; A la fin de ces chansons, on lit : « Ci faillent les chançons le roi de Navarre, et conmencent les chançons monseigneur Gace Brullez » ; Amors me fet conmencier. ; Seigneurs, sachiez, qui or ne s'en ira. ; J'aloie l'autrier errant. ; En chantant vueil ma dolor descouvrir. ; L'autre nuit en mon dormant. ; Dame, cist vostre fins amis. ; Contre le tens qui devise. ; Por froidure ne por yver felon. ; Je ne puis pas bien metre en nonchaloir. ; Por ce se d'amer me dueil. ; Por conforter ma pesance. ; A enviz sent mal, qui ne l'a apris. ; De ma dame souvenir. ; Chançon ferai, car talent m'en est pris. ; Tout autresi con fraint nois et yvers. ; Nus hons ne puet ami reconforter. ; Douce dame, tout autre pensement. ; Une chançon oncor vueil. ; De grant joie me sui toz esmeüz. ; Je ne voi mès nului qui gieut ne chant ; Por man tens ne por gelée. ; Dame, ensi est qu'il m'en couvient aler. ; De nouviau m'estuet chanter. ; Li douz pensers et li douz souvenirs. ; De touz max n'est nus plesanz. ; Chanter m'estuet, car ne m'en puis tenir. ; Li rosignox chante tant. ; Empereres ne rois n'ont nul pouoir. ; Au tens plain de felonnie. ; Tout autresi con l'ente fet venir. ; Mauvès arbres ne puet florir. ; Ausi conme unicorne sui. ; De grant travail et de petit esploit. ; L'autrier par la matinée. ; Au trés douz non a la virge Marie. ; Les douces dolors. ; Dame, merci, une riens vos demant. ; Dex est ensi conme li pellicans. ; Une dolor enossée. ; De chanter ne me puis tenir. ; Phelipe, je vous demant : Dui ami de cuer verai. ; Phelipe, je vous demant // Qu'est devenue amors. ; Par Dieu, sire de Champaigne et de Brie ; Cuens, je vous part un gieu par aatie. ; Sire, nel me celez mie. ; Robert, veez de Perron. ; Bons rois Thiebaut, sire, conseilliez moi. ; Sire, loez moi a choisir. ; Rois Thiebaut, sire, en chantant responnez. ; Quant fine amor me prie que je chant. ; Je n'os chanter trop tart ne trop souvent. ; Tant ai amors servies longuement. ; Coustume est bien quant on tient un prision. ; De bone amor vient seance et biauté. ; Je [ms. De] mi cuidoie partir. ; Qui plus aime, plus endure. ; Tuit mi desir et tuit mi grief torment. ; Fueille ne flor ne vaut riens en chantant. ; « Dame, l'en dit que l'en muert bien de joie... » ; « Les chançons monseigneur Gace Brullez » ; Au renouviau de la douçor d'esté. ; Cil qui d'amors me conseille. ; Contre tens que voi frimer. ; Chanter m'estuet iréement. ; D'amors qui m'a tolu a moi. ; De bien amer grant joie atent. ; Avril ne mai, froidure ne let tens. ; J'ai oublié paine et travax. ; J'ai esté lonc tens hors du païs. ; Ire d'amors qui en mon cuer repere. ; N'est pas a soi qui aime coriaument. ; Grant pechié fet qui de chanter me proie. ; Mains ai joie que ne sueil. ; Ne mi sont pas acheson de chanter. ; Ne puis faillir a bone chançon faire. ; Iriez et destroiz et pensis. ; Li plus desconfortez du mont. ; Les oisellons de mon païs. ; Quant fleurs et glais et verdure s'esloingne. ; Quant bone dame et fine amor me prie. ; Quant voi paroir la fueille en la ramée. ; Tant de solaz conme j'ai por chanter. ; Fine amor et bone esperance. ; A l'entrant du douz termine. ; Qui sert de fausse proiere. ; Oncore a si grant poissance. ; Bien ait l'amor dont l'en cuide avoir joie ; Quant je voi l'erbe reprendre. ; De bone amor et de loial amie. ; Quant voi le tens bel et cler. ; Li pluseurs ont d'amors chanter. ; Tant m'a mené force de seignorage. ; En douz tens et en debonere. ; Quant voi la flor boutonner. ; Quant je voi la noif remise. ; Chanter me plest qui de joie est norriz. ; Quant noif et goil et froidure. ; Sorpris d'amors et plains d'ire. ; Je ne puis pas si loing fuïr. ; Quant define fueille et flor. ; Pensis d'amors vueil retrere. ; A la douçor de la bele seson. ; Douce dame, grez et graces vous rent. ; Sanz atente de guerredon. ; Oez pour quoi plaing et souspir. ; « Quant l'erbe muert, voi la fueille cheïr... » ; « Les chançons le chastelain de Couci » ; Ahi, amors, com dure departie. ; Conmencement de douce seson bele. ; Li nouviau tens et mais et violete. ; Mult m'est bele la douce conmençance. ; Mult ai esté longuement esbahis. ; Nouvele amor ou j'ai mis mon penser. ; La douce voiz du rosignol sauvage. ; L'an que rose ne fueille. ; Par quel forfet et par quele acheson. ; Quant li rosignol jolis. ; Tant ne me sai dementer ne conplaindre. ; Merci clamant de mon fol errement. ; Je chantasse volentiers liement. ; S'onques nus hons pour dure departie. ; A vous, amanz, plus qu'a nule autre gent. ; « Bele dame me prie de chanter... » ; « Ci conmencent les chançons Blondiau de Neele » ; Quant je plus sui en poor de ma vie. ; A la douçor du tens qui raverdoie. ; Bien doit chanter qui fine amor adrece. ; De mon desir ne sai mon melz ellire. ; Plus se plaint d'amors, mes je n'os dire. ; Amors dont sui espris. ; J'aim par coustume et par us. ; Conment que d'amer me dueille. ; Cil qui touz les max essaie. ; Chanter m'estuet, car joie ai recouvrée. ; Ma joie me semont. ; Puisqu'amors dont m'otroie a chanter. ; Se savoient mon forment. ; Tant ai en chantant proié. ; « A l'entrant d'esté que li tens conmence... » ; « Ci commencent les chançons monseigneur Thiebaut de Blazon » ; Bien voi que ne puis morir. ; Au main par un ajornant. ; Amors, que porra devenir. ; Chanter m'estuet, si criem morir. ; Quant je voi esté venir. ; « Chanter et renvoisier sueil... » ; Chansons de Gautier d'Argies ; « Bien font amors leur talent... » ; Desque ci ai touz jorz chanté. ; A Dex ! tant sont mes de vilaine gent. ; Autres que je ne sueil faz. ; Chançon ferai mult marriz. ; Or chant nouvel, car longuement. ; Quant la sesons s'est demise. ; « Quant il ne pert fueille ne flor... » ; « Ci conmencent les chançons Moniot d'Arraz » ; Li douz termine m'agrée. ; Bone amor sanz tricherie. ; Amors, s'onques en ma vie. ; Ce fu en mai. ; Nus n'a joie ne solaz. ; Amors n'est pas que qu'en die. ; « De jolif cuer enamoré... » ; Chansons de « messires Raoul de Soissons » ; Chançon m'estuet et fere et conmencier. ; Rois de Navarre, sire de vertu. ; Quant voi la glaie meüre. ; « Que je voi et fueille et flor... » ; Chansons de « Gillebert de Berneville » ; Haute chose a en amor. ; Amors, pour ce que mes chanz soit jolis. ; Cuidoient li losengier. ; Hé, amors, je fui norriz. ; J'ai fet maint vers de chançon. ; Elas, je suis refusez. ; J'ai souvent d'amors chanté. ; Onques d'amors n'oi nule si grief paine. ; Foi et amor et loiauté. ; Merci, amors, car j'ai vers vous mespris. ; Tant me plest a estre amis. ; Au nouviau tens que l'ivers se debruise. ; « Au besoing voit on l'ami... » ; Chansons de « Perrin d'Angecort » ; Jamès ne cuidai avoir. ; Il feroit trop bon morir. ; Quant li cincejuz s'escrie. ; Heneur et bone aventure. ; Bone amor, conseilliez moi. ; Chançon vueil fere de moi. ; Onques ne fui sanz amor. ; On voit souvent en chantant amenrir. ; Au tens nouvel. ; Quant li biax estez repere. ; Quant voi le felon tens finé. ; Quant je voi l'erbe amatir. ; Trés haute amor qui tant s'est abessie. ; Amors, dont sens et cortoisie. ; Quant voi en la fin d'esté. ; Onques pour esloignement. ; J'ai un jolif souvenir. ; Li jolis mais ne la fleur qui blanchoie. ; Il ne me chaut d'esté ne de rousée. ; Je ne chant pas pour verdor. ; « Quant partiz sui de Prouvence... » ; « Ci conmencent les chançons mestre Richart de Semilli » ; L'autrier chevauchoie delez Paris. ; De chanter m'est pris corage. ; Par amors ferai chançon. ; Mult ai chanté, riens ne m'i puet valoir. ; Chançon ferai plain d'ire et de pensée. ; Je chevauchai l'autrier la matinée. ; Quant la seson renouvele. ; L'autrier tout seus chevauchoie mon chemin. ; J'aim la plus sade riens qui soit de mere née. ; « Nous venions l'autrier de joer... » ; Chansons de « li visdame de Chartres » ; Tant ai d'amors qu'en chantant me fet plaindre. ; Quant la sesons du douz tens s'asegure. ; Quant foillissent li boscage. ; Chascuns me semont de chanter. ; « Tant con je fusse fors de ma contrée... » ; Chansons de « Robert de Blois » ; Par trop celer mon corage. ; Puisque me sui de chanter entremis. ; « Merveil moi que chanter puis... » ; Chansons de « Raoul de Ferrieres » ; Une haute amor qui esprent. ; L'en ne puet pas a deus seigneurs servir. ; Par force chant conme esbahiz. ; « Si sui du tout a fine amor... » ; Chansons de « La Chievre de Rains » ; Bien s'est amors honie. ; « Plaindre m'estuet de la bele en chantant... » ; Chansons de « Robert de Rains » ; Qui bien veut amors descrivre. ; « Quant voi le douz tens venir... » ; Chansons de « Moniot de Paris » ; A une ajornée. ; Lonc tens ai mon tens usé. ; Je chevauchoie l'autrier. ; L'autrier par un matinet. ; Li tens qui raverdoie. ; Qui veut amors maintenir. ; Au nouviau tens que nest la violete ; Quant je oi chanter l'aloete. ; « Pour mon cuer resleecier... » ; Chansons de « Oedes de la Couroierie » ; Trop ai longuement fet grant consivrance. ; Ma derreniere vuel fere en chantant. ; Tout soit mes cuers en grant desesperance. ; Chançon ferai par grant desesperance. ; « Desconfortez com cil qui est sanz joie... » ; Chansons de « Jehan Erars » ; Dehors Loncpré el bosquet. ; Au tens pascor. ; « Penser ne doit vilanie... » ; Chansons de « Raoul de Biauvès » ; El mois de mai par un matin. ; Delez un pré verdoiant. ; Remenbrance de bone amour. ; Puisque d'amors m'estuet chanter. ; « Quant la seson renouvelé... » ; Chansons de « Gautier d'Espinais » ; Quant voi yver et froidure aparoir. ; Tout autresi con l'aymant déçoit. ; Desconfortez et de joie partiz. ; Chanson de « Jaques d'Espinais. Au conmencier de ma nouvele amor... » ; Chansons de « Jaques de Chison » ; Quant la sesons est passée. ; Nouvele amour qui m'est el cuer entrée. ; Quant l'aube espine florist. ; « Contre la froidor... » ; Chansons de « Gontiers de Soigniers » ; Au tens gent que raverdoie. ; Conbien que j'aie demoré. ; Merci, amors, ore ai mestier. ; « El mois d'esté que li tens rassoage... » ; Chansons de « Simons d'Autie » ; Tant ai amors servie et honorée. ; « Amours qui fet de moi tot son conmant... » ; Chansons de « mestre Richart de Fornival » ; Chascuns qui de bien amer. ; « Ce fu l'autrier en un autre païs... » ; Chansons de « Vielars de Corbie » ; De chanter me semont amors. ; « Cil qui me prient de chanter... » ; Chansons de « Oudars de Laceni » ; D'amors vient joie et honor ensement. ; « Flor qui s'espant et fueille qui verdoie... » ; Chansons de « Baude de la Quarriere » ; Coroz d'amors, mautalens et meschiez. ; « Chanter m'estuet et si n'i sai reson... » ; Chansons de « li tresoriers de Lille » ; Haut honor d'un commandement. ; « Joie ne guerredon d'amors... » ; Chansons de « Giles de Mesons » ; J'oi tout avant blasmé, puis voil blasmer. ; « Je chant, mès c'est mauvès signes... » ; Chansons de « Burniax de Tors » ; Ha ! quanz souspirs me viennent nuit et jor. ; « Quant voi chaïr la froidure... » ; Chansons de « Colin Muset » ; Sire cuens, j'ai vielé. ; « Volez oïr la muse Muset... » ; Chansons de « Jaques de Hedinc » ; Je chant conme desvez. ; « Se par mon chant mi pouoie alegier... » ; Chansons de « li dux de Breban » ; Biau Gillebert, dites s'il vous agrée. ; « L'autrier estoie moutez... » ; Chansons de « Colars li Boteilliers » ; Je n'ai pas droite acheson. ; « L'autrier par un matinet... » ; Chansons de « Gobin de Rains » ; Pour le tens qui verdoie. ; « On soloit ça en arrier... » ; Chanson de « mesire Robers Mauvoisin. Au tens d'esté que voi vergier florir... » ; Chanson de « Jaques d'Ostun. Bele, sage, simple et plesant... » ; Chanson de « Jehan l'Orgueneor. Au tens que voi la froidure... » ; Chanson de « mestre Giles li Viniers. Aler m'estuet la ou je trerai paine... » ; Chanson de « mesire Morise de Creon. Fine amour claim en moi par heritage... » ; « Chanoine de S. Quentin. Rose ne flor, chant d'oisiax ne verdure... » ; Chanson de « Baudoins des Autiex. M'ame et mon cors doig a celi... » ; Chanson de « Chardon. Li departirs de la douce contrée... » ; Chanson de « Sauvage d'Arraz. Quant li tens pert sa chalor... » ; Chanson de « Aubins de Sezane. Tant sai d'amours com cil qui plus l'enprent... » ; Chanson de « mesire Robers de Marberoles. Chanter m'estuet, car pris m'en est corage... » ; Chanson de « Phelipot Paon. Se felon et losengier... » ; Chanson de « mesire Guillaume li Vignierres. Quant ces moissons sont cueillies... » ; Chanson de « mesire Hugues de Bresi. Oncor ferai une chançon perdue... » ; Chanson de « Rogeret de Canbrai. Nouvele amour qui si m'agrée... » ; Chanson de « Jehan de Mesons. Je ne cuit pas qu'en amours traïson... » ; Chanson de « li cuens de Bretaigne. Bernart, a vous vueil demander... » ; Chanson de « Robert du Chastel. Se j'ai chanté sanz guerredon avoir... » ; Chanson de « Lanbert Ferris. Amours qui m'a du tout en sa baillie... » ; Chanson de « Jehans li Cuneliers. Pour la meilleur c'onques formast nature... » ; Chanson de « Jehan Erars. Je ne cuidai mès chanter... » ; Chanson de « Colars li Boteilliers. J'avoie lessié le chanter... » ; Chansons de « Extaces li Paintres » ; Nient plus que droiz puet estre sanz reson. ; Force d'amours me destraint et m'estroie. ; Ferm et entier sanz fausser et sanz faindre. ; Tant est amours puissanz queque nus die. ; Amours, conment porroie chançon faire. ; Chanter me fet pour mes maus alegier. ; « Cil qui chantent de fleur ne de verdure... » ; Chanson de « Thomas Eriers. Onc ne sorent mon pensé... » ; Chanson de « Robert du Chastel. Amours qui mult mi guerroie... » ; Chanson de « Lanbert Ferris. Li trés douz tens ne la seson nouvele... » ; Chanson de « Carasauz. Puisque j'ai chançon [es]meüe... » ; Chanson de « Jehan Erars. Bone amour qui son repere... » ; Chanson de « Aubins de Sezane. Lonc tens ai esté... » ; Chanson de « Jehan Erars. Je ne me sai mès en quel guise... » ; Chansons de « Mahius de Gant » ; Mahiu, jugiez se une dame amoie. ; « Mahiu de Gant, responez... » ; Chanson de « Robert du Chastel. En loial amour ai mis... » ; Chanson de « Jehan Frumiax. Ma bone foiz et ma loial pensée... » ; Chanson de « Guillaume Veax. J'ai amé trestout mon vivant... » ; Chanson de « Mahius de Gant. Onques de chant[er] en ma vie... » ; Chanson de « Vilains d'Arraz. Se de chanter me poïsse tenir... » ; Chanson de « Carasaus. Fine amour m'envoie... » ; Chanson de « Thomas Eriers. Bien me sui aperceüz... » ; Chansons de « li cuens de la Marche » ; Puisque d'amours m'estuet les maus souffrir. ; L'autrier chevauchoie seus. ; « Tout autresi com li rubiz... » ; Chansons de « mesire Thierris de Soissons » ; Amis Harchier, cil autre chanteor. ; A la plus sage et a la plus vaillant. ; Chançon legiere a chanter. ; Destrece de trop amer. ; Encor n'est pas reson. ; « Helas, ore ai je trop duré... » ; Chanson de « Gillebert de Berneville. Je n'eüsse ja chanté... » ; Chanson de « Pierres de Biaumarchés. Joie et jouvent, valor et cortoisie... » ; Chanson de « Blondiax de Neele. Li rosignox a noncié la nouvele... » ; Chansons de « Perrin d'Angecort » ; Lors quant je voi le buisson en verdure. ; Biau m'est du tens de gaïm qui verdoie. ; « Haute esperance garnie... » ; Chansons sans nom d'auteur ; « Pour moi renvoisier... » ; « Ja de chanter en ma vie... » ; « Car me conseilliez, Jehan, se Dex vous voie... » ; « Quant voi la prime florete... » ; « Quant voi née... » ; « Huimain par un ajornant, // Chevauchai ma mule ambiant... » ; « Quant voi la flor nouvele... » ; « Las ! porquoi m'entremis d'amer... » ; « Merveilles est que tozjorz vueil chanter... » ; « Li chastelains de Couci ama tant... » ; « Amors me tient en esperance... » ; « Trop par est cis mondes cruaus... » ; « Jolif, plain de bone amor... » ; « Volez vous que je vous chant... » ; « Par mainte foiz ai chanté... » ; « A ma dame ai pris congié... » ; « Quant li boscages retentist... » ; « Qui a chanter veut entendre... » ; « En mai la rousée que nest la flor... » ; « Jamès chançon ne feroie... » ; « Quant yver trait a fin... » ; « Un petit devant le jor... » ; « E serventois, arriere t'en revas... » ; « Por cele ou m'entente ai mise... » ; « Pour verdure ne por prée... » ; « Rose ne lis ne mi donent talent... » ; « Mar vit reson qui couvoite trop haut... » ; « Quant voi blanchoier la flor... » ; « Par le tens bel // D'un mois nouvel... » ; « Force d'amors me fet dire... » ; « Por mon cuer a joie atrere... » ; « Chanterai par grant envie... » ; « Contre le tens que je voi qui repere... » ; « Quant florist la prée... » ; « Souvent souspire... » ; « Au partir d'esté et de flors... » ; « Desconfortez, plain d'ire et de pesance... » ; « En ceste note dirai... » ; « Quant marz conmence et fevrier faut... » ; « Li rosignox que j'oi chanter... » ; « En une praele, // Lez un vergier... » ; « Joliveté et bone amour m'ensaingne... » ; « Au renouvel du tens que la florete... » ; « Je chant par droite reson... » ; « Se j'ai du monde la flor... » ; « L'autrier m'en aloie... » ; « Lasse ! pourquoi refusai... » ; « Quant voi le douz tens bel et cler... » ; « Quant voi le douz tens revenir // Que li chaus fet le froit muer... » ; « Dex ! je n'os nonmer amie... » ; « La bele que tant desir... » ; « L'autrier quant je chevauchoie // Tout droit d'Arraz vers Doai... » ; « Avant hier en un vert pré... » ; « J'ai bon espoir d'avoir joie... » ; « Quant li nouviau tens define... » ; « A l'entrée de Pascor... » ; « Quant je chevauchoie // Tot seus l'autrier... » ; « L'autrier d'Ais a la Chapele... » ; « Quant je voi esté... » ; « Li tens d'esté renvoisiez et jolis... » ; « Chanter m'estuet, plain d'ire et de pesance... » ; « Encontre esté qui nos argüe... » ; « Bele et blonde, a qui je sui touz... » ; « Amors me semont et proie... » ; « A la fontenele // Qui sourt soz la raime... » ; « De vous, amors, me complaing par reson... » ; « Destroiz de cuer et de mal entrepris... » ; « La bele que tant desir... » ; « Quant fine yvers, que cil arbre sont nu... » ; « Plains de tristeur et de desesperance... » ; « Au conmencier de l'amor qui m'agrée... » ; « Ma douce dame, que j'ai m'amor donée... » ; « Ma chançon n'est pas jolie... » ; « Amors qui m'a en baillie... » ; « En mai, au douz teus nouvel... » ; « Gent de France, mult estes esbahie... » ; « L'autrier par une matinée... » ; « J'ai mainte foiz d'amours chanté... » ; « Loial amour, qui m'est el cuer entrée... » ; « L'autrier tout seus chevauchoie... » ; « Souvent me vient au cuer la remenbrance... » ; « Tant ai au cuer ire et duel et pesance... » ; « Je sui vostres ligement... » ; « Gai cuer et gent doit avoir sanz muer... » ; « Il m'est avis que nus ne puet chanter... » ; « L'autrier quant je chevauchoie // Desouz I'onbre d'un prael... » ; « Chanter me fel ce dont je criem morir... » ; « Quant je voi le douz tens venir // Que faut noif et gelée... » ; « L'autrier estoie en un vergier... » ; « Desconfortez, plain de dolor et d'ire... » ; « En chantant m'estuet conplaindre... » ; « Conment que longue demore... » ; « Biau m'est quant voi verdir les chans... » ; « Quant li tens torne a verdure... » ; « Quant oi tentir et bas et haut... » ; « A la douçor dont li oisiax... » ; « Chanterai pour mon corage... » ; « Chanter vueil d'amors certaine... » ; « Quant nest flor blanche et vermeille... » ; « Nonc (ms. Conc) ire d'amours enseigna... » ; « Flor ne verdure de pré... » ; « Amors me semont et prie... » ; « Sire Dex, en tante guise... » ; « Quant voi esté et le tens revenir... » ; « Pluie ne vens, gelée ne froidure... » ; « Quant voi le tens felon rassoagier... » ; « Ja nus hons pris ne dira sa reson... » ; « Par grant franchise me couvient chanter... » ; « Mult m'a demoré... » ; « Quant je voi fremir la brueille... » ; « Quant voi raverdir... » ; « Quant li oisellon menu... » ; « Bien cuidai guarir... » ; « En mai par la matinée... » ; « Pensis d'amours, joianz et corrociez... » ; « Bien me deüsse targier... » ; « A une fontaine... » ; « Ne me done pas talent... » ; « Ne rose ne flor de lis... » ; « Bergier de ville champestre... » ; « Au nouviau tens toute riens s'esjoïst... » ; « Amors ne se puet celer... » ; « Amors de chanter m'avoie... » ; « A l'entrant de mai, // L'autrier chevauchoie... » ; « Bois ne lis ne rose en mai... » ; « Bien doit amors guerredoner... » ; « Contre le tens d'esté qui reconmence... » ; « Chanter me font amors et resjoïr... » ; « Douce dame, mult sui liez et joianz... » ; « Destroiz d'amours et pensis sanz deport... » ; « En ma forest entrai l'autrier... » ; « En avril au tens Pascour... » ; « En marz quant la violete... » ; « Force d'amours qui m'a en son dangier... » ; « Joliveté de cuer et remenbrance... » ; « L'autrier en une praele... » ; « Les genz me dient que g'enpir... » ; « Quant j'oi le rosignol chanter... » ; « Rose ne flor ne verdure... » ; « Sens (ms. Vens) et reson et mesure... » ; Commencement d'une table à peu près contemporaine du manuscrit ; Notice et table complète de ce manuscrit. XVIIIe siècle

Description : 
Cf. G. Raynaud, Bibliographie des chansonniers français des XIIIe et XIVe siècles, t. Ier (1884), p. 54-73.

Droits : 
domaine public

Identifiant : 
ark:/12148/btv1b550063912

Source : 
Bibliothèque de l'Arsenal, Ms-5198 réserve

Provenance : 
Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 
12/11/2012


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés