Informations détaillées

Titre : 
Poésies de Guillaume de Machault et autres
Auteur : 
Guillaume de Machaut (1300?-1377). Auteur du texte
Date d'édition : 
1301-1400
Contributeur : 
Paulmy (Antoine-René d'Argenson, marquis de). Ancien possesseur
Contributeur : 
Perche (Comtes du). Ancien possesseur
Sujet : 
Paulmy (Antoine-René d'Argenson, marquis de). Manuscrits lui ayant appartenu
Sujet : 
Perche (Comtes du). Manuscrit écrit pour le comte du Perche à Bellême
Sujet : 
Poésies françaises
Sujet : 
Poésies françaises du XIVe siècle
Type : 
manuscrit
Langue : 
français
Format : 
Parchemin. - 161 feuillets, plus les feuillets 80bis, 86bis, 92bis. - Écriture du XIVe siècle, sur 2 colonnes. Initiales ornées en or et couleur. Titres rouges. — 35 miniatures aux folio 1, 21, 30 vo, 45, 47, 51 vo, 53, 59, 69, 77, 80, 80 vo, 83 vo, 86bis, 87 vo, 91, 103 vo, 118, 122, 127, 139 vo, 143, 146 vo, 147 vo, 150, 155, 156, 156 vo (2), 158, 158 vo, 159, 159 vo (2), 160 vo. Encadrements ou bordures aux pages qui contiennent des miniatures. - 290 × 210 mm. - Reliure en maroquin rouge, à fils d'or. Tranches dorées
Description : 
Contient : « Ci conmencent les Balades » ; « Celle que j'aim du cuer entierement » ; Tant que pitié ou amours li dira ; Que je vous aim du cuer sanz decevoir ; Qu'autre de vous jamès ne quier amer ; Vostre refus que d'une autre l'octroy ; J'ai bien vaillant. j. cuer d'ami ; Puisqu'il m'estuet de ma dame partir ; Ne me soiés de vostre amour lointaine ; Dame, comment que vous soie lointains ; Pri Dieu qu'a joie mi remaint ; Douce dame, que sanz cuer vous en prit ; Quant je ne voy madame simple et coye ; Joie me fuit et dolour m'est prochaine ; Puisqu'en amer ne puis trouver qu'amer ; S'ainsi n'est que ne vous voie ; Bonne amour est oubliée ; Que je ne sai cognoistre joie d'ire ; Ne me metez en oubli ; Amis amez ; Quant vous pourrai-je veoir ; Puisque pour vous et pour amer mourrai ; Ne le verrez nulle fois repentir ; « Quant mes cuers maint en grief dolour a tort » ; « Chançon royal » ; Amours me fait desirer loiaument ; « Cuer ou mercy faut et cruautez dure » ; Ballades ; « De recevoir ma douce dame gente » ; Si me merveil comment vo cuers l'endure ; Que j'ai espoir de mourir pour amer ; Puisqu'il m'estuet de ma dame partir ; Que pour vous sui mis a desconfiture ; Pour vous que j'aim de très loial amour ; Qu'a vous je pense adès ou que je soie ; De ce que j'ai tant amé ; Quant loiauté ne maint en son viaire ; De cuer, de corps et de volenté fine ; N'en retrairai que qu'avenir m'en doie ; Loial amour et ma dame sanz per ; Et pas ne l'ai envers vous deservi ; En desirant de li joie et mercy ; Puisqu'il vous plest, forment m'agrée ; Qu'amours le vieult et ma dame m'en prie ; Pour ma dame que j'aim sanz repentir ; Mon cuer, m'amour, ma joie, mon espoir ; Et en plaingnant ma dolour regreter ; Telle est d'amours la noble seignorie ; Quant vous plaira, de moy merci vous preingne ; Mort m'ont li oueil dont premier je la vy ; Puisqu'a vous ay failli, doucete ; Je n'y pensay qu'onneur et courtoisie ; Si se traie en sus ; Ma dame m'a congié donné ; Ne me soiez de vostre amour lointaine ; De vous me vient li souvenirs prochains ; Par voz. ij. yex sui si forment atains ; Trop compere amours chierement ; Secourés moy, ma dame chiere ; Onques amour ne fut si chiere ; Puisqu'il si est, donnez pour miex avoir ; S'arés vous le cuir et les os ; Mon cuer, m'amour et quanque je desir ; Tant me fait mal de vous la departie ; Certes trop ay en toy dur ennemi ; Dehors le cul, qui vausist. j. ramon ; Quant a ma dame merci quier ; Et voz regars maintient mon cuer en joie ; Qu'assez rueve qui se va complaignant ; Je la ferai mourir de dueil ou taire ; De legier croire encontre son ami ; Et tout pour vous, biaus douz loial amis ; Car en vous est de moy faire et deffaire ; Envers amours, se son bien ne voloie ; A m'amour il y faudra ; Qui de s'onneur veult faire bonne garde ; Et si n'en puis moy ne mon cuer retraire ; S'en sui vallés a drappier ; Qu'en ce monde n'a sa pareille ; Mon dolent cuer en estrange contrée ; Moy, las ! dolent, qui muir pour vous amer ; Comment il vit, je ne le sai par m'ame ; Qu'amours le fuit et le nom d'ami pert ; Telle doit on amer telle ; Je n'en puis mès, je ne li fes pas fere ; Et fenissent en dolour ; Qu'en lieu de bleu, dame, vous vestez vert ; A son ami ne pot estre si dure ; Qu'en eulz servant sanz joie adès languir ; Que jamès je n'en quier guerir ; Et si m'estuet en sus de vous aler ; Que moy partir de son noble pouoir ; Ce qui tant leur est amer ; S'on ne m'en croit, si pert il bon ami ; Haïr mes jours pour ta longue demeure ; Vous ne devez de moy vo cuer retraire ; Pour ce n'ameray je plus ; Qu'il ait desir d'amer ou d'estre amez ; Quanque je vueil me vient tout au contraire ; Ja povres homs ne sera bien amé ; Qui femme croit, se ce n'est sur bon gage ; Qu'en mor (sic) ; Ce dient ceulz qui femme ont en grenier ; Qui peust dire qu'il eust. j. oil par soy ; Le pain au fol est le premier mangé ; Envers soussi de povre mesnagier ; Com le meschief que d'avoir pou d'argent ; Il vaudroit miex cent contre. j. estre coux ; Il n'est deduit qui vaille celui la ; Fut ce bien songé ; Alez, adieu, l'aumosne est faite ; « Quant riens n'i ont les chiens mort desservi » ; « Des faux felons medisans. Villeray (sic). Par trois resons c'on puet prouver... » ; Ballades ; « Ou lieu du cuer, dame, qui vous demeure » ; Ou lieu du cuer, ami, qui vous demeure ; Ou lieu du cuer, dame, qui vous demeure ; Car nulz ne doit avoir honneur sanz paine ; M'ont a ce mis que pour amer mourray ; Je metray paine au desservir ; « Elle me het et est mon ennemie » ; « Ci commence le dit du Vergier » ; « Le Jugement du roy de Behaine » ; « Le Lay de plour » ; « Chançon desesperée » ; « Ci commence Remede de fortune » ; « Ci commence le livre du dit du Lyon » ; « Ci commence le Livre de confort d'ami » ; « Ci commence le livre de la Fontaine amoureuse » ; « Le dit de la Harpe » ; « Ci commence le Lay mortel » ; « Ci commence le Paradis d'amours » ; « Ci commence le Lay des dames » ; « Ci commence le Chastel d'amours » ; « Comment Titus Livius figure l'ymage de Fortune » ; « Comment les paiens contrefirent l'ymage de Fortune a .ij. visages » ; Coq-à-l'âne ; « Ci commence le dit de la Rose » ; « Le dit du Cerf blanc »
Droits : 
domaine public
Identifiant : 
ark:/12148/btv1b550058905
Source : 
Bibliothèque de l'Arsenal, Ms-5203 réserve
Notice du catalogue : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc85392h
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne : 
18/09/2012


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés