Informations détaillées

Titre : 
Aristophane
Auteur : 
Aristophane. Auteur du texte
Date d'édition : 
1490-1510
Type : 
manuscrit
Langue : 
grec ancien
Format : 
323×240 mm. - [I-VII]+1-480+[I-XI]. - ECRITURE :L’ensemble du manuscrit est dû à un seul et même copiste anonyme, dont l’écriture penche légèrement sur la droite. Ses φ sont de forme triangulaire, ses γ ont un tracé oncial et la hampe des β se prolonge nettement dans la marge inférieure. Cette écriture connaît d’importantes variations au fur et à mesure de la copie. Certains folios sont copiés dans une écriture d’un tout petit module (ff. 88-106 par exemple), d’autres d’un très gros module (ff. 18-20 par exemple). La dernière comédie d’Aristophane, Lysistrata, semble avoir été copiée avec une très grande hâte. Elle comporte plusieurs lacunes signalées par des espaces blancs (sont manquants les vers 62-131, signalés par une lacune aux ff. 438v-439r, les vers 200-267, signalés par une lacune aux ff. 441v-443v, les vers 820-889, correspondant aux folios blancs 465v-466v, et enfin les vers 1098-1236, signalés par les folios blancs 475v-477r). La Paix a aussi une lacune (vers 947-1011). L’espace blanc laissé au f. 435r-v n’entraîne aucune lacune dans le texte. Entre le vers 368 et le vers 369 des Cavaliers, le copiste a par erreur copié les vers 260 à 269 (f. 26v). S’apercevant de son erreur, il a rayé tous ces vers qu’il avait déjà copiés une première fois. Le même phénomène se reproduit au f. 194v. Les ff. 9v-12r, 385r, 420v-422r, 442r-443v, 465v-466v, 475v-476v sont blancs. - DECORATION :Les bandeaux, initiales ornées, titres, gloses et noms de personnages sont rubriqués. Le texte est accompagné de plusieurs manicules rubriquées qui semblent être de la main du copiste (cf f. 20r par exemple). - MATIERE :Le papier de ce manuscrit est plié in-folio. Un premier filigrane (ff. 1-20, 428-480) représente une croix posée sur un demi-cercle pour laquelle on ne trouve pas vraiment d’équivalent dans les répertoires de filigranes. Une paire de filigranes (ff. 21-44, 53-54, 59-60, 293-427) représente une fleur à cinq pétales dotée d’une tige proche du numéro 6 464 dans le répertoire de Briquet (marque attestée en 1499/1504 à Venise). Cette marque apparaît dans l’un des deux angles externes de la feuille. Un autre filigrane (ff. 45-52, 55-58, 61-92) représente une couronne très proche du numéro 4 799 dans le répertoire de Briquet (marque attestée en 1491). Une troisième marque (ff. 93-188) figure une tour crénelée très proche du numéro 100 736 dans le répertoire en ligne de Piccard (marque attestée en 1470). On trouve ensuite une fleur à cinq pétales dépourvue de tige (ff. 189-292) qui est proche du numéro 126 430 dans le répertoire en ligne de Piccard (marque attestée en 1504).Le f. 160 est déchiré dans sa partie inférieure. - FOLIOTATION :Foliotation moderne à l’encre noire dans l’angle supérieur externe. Le foliotateur a omis le folio compris entre le f. 324 et le f. 325. Ce folio porte aujourd’hui le numéro 324 bis.CAHIERS :Le manuscrit est composé de 61 cahiers qui sont dans leur grande majorité des quaternions. Le fil de couture est rarement visible et le copiste n’a pas inséré de réclames. Les cinq derniers folios du dernier quaternion sont blancs et non foliotés.1×4 (4) + 58×8 (468) + 1×10 (478) + 1×8 (486)SIGNATURES :Les cahiers sont signés de première main à l’encre rouge dans la marge inférieure du recto du premier folio et du verso du dernier folio de chaque cahier. Les signatures courent de α’ à β’ puis deux fois de α’ à ω’ puis de α’ à θ’. Une partie de la seconde série de signatures est en majuscules.PIQÛRES :Absence de piqûres visibles. - REGLURE :La réglure tracée légèrement à la pointe sèche est du type 42D1 Leroy-Sautel. Le copiste a ménagé un espace dans la marge externe et dans la marge inférieure pour la copie des scholies, qui sont cependant peu nombreuses dans ce codex. Les rectrices y sont plus resserrées que dans le cadre central. Les folios blancs sont également réglés. - RELIURE : Reliure en maroquin olive caractéristique des manuscrits issus de la collection De Mesmes. Cette reliure date de 1561, comme le montre la date ciselée sur les tranches dorées, en gouttière. La même date apparaît, en gouttière toujours, sur les tranches dorées et ciselées des Parisini gr. 1641, 1728, 1761, 1925, 1948, 2674, 2727, 2743, 2929 et 3044 notamment. Le centre des plats est orné de deux filets dorés qui encadrent un médaillon doré et sont soulignés par quatre écoinçons dorés. Le dos est couvert de motifs végétaux dorés. Comme beaucoup de manuscrits reliés pour la famille de Mesmes, le Paris. gr. 2717 est protégé par de nombreux folios de garde qui sont alternativement en papier et en parchemin. Sur le pénultième folio de garde postérieure on trouve une estimation de 20 sous. - ESTAMPILLES :Estampille utilisée par la Bibliothèque royale au début du XVIIIe siècle (modèle Josserand-Bruno n°5) aux ff. 1r et 480v
Description : 
(ff. 1r-2v) Héphestion, fragments du Manuel extraits des pages 15 à 40 de l’édition de M. Consbruch, Hephaestionis enchiridion cum commentariis veteribus, Leipzig, Teubner, 1906.(ff. 2v-4v) Fragments sur les différents mètres.(ff. 4v-6v) Platonios, fragment sur la comédie, éd. G. Kaibel, Comicorum Graecorum fragmenta, vol. 1.1, Berlin, Weidmann, 1899, p. 3-6.(f. 7r-v) Fragment sur la comédie, éd. W.J.W. Koster, Prolegomena de comoedia. Scholia in Acharnenses, Equites, Nubes, 1.1A, Groningen, Bouma, 1975, p. 39-42 : [absence de titre].(f. 7r-v) Fragment sur la comédie, éd. W.J.W. Koster, Prolegomena de comoedia. Scholia in Acharnenses, Equites, Nubes, 1.1A, Groningen, Bouma, 1975, p. 15-16 : [absence de titre].(ff. 7v-8r) Vies d’Aristophane, éd. W.J.W. Koster, Prolegomena de comoedia. Scholia in Acharnenses, Equites, Nubes, 1.1A, Groningen, Bouma, 1975, la première p. 144-145, la seconde p. 149 : [titre] Βίος Ἀριστοφάνους τοῦ ποιητοῦ.(ff. 8v-62v) Aristophane, Les Cavaliers : (ff. 8v-9r) Argument des Cavaliers, éd. D.M. Jones and N.G. Wilson, Prolegomena de comoedia. Scholia in Acharnenses, Equites, Nubes, Groningen, Wolters-Noordhoff, 1969, (f. 12v) liste des personnages, (ff. 13r-62v) Les Cavaliers, [titre] Ἀρχὴ τῶν ἰππέων Ἀριστοφάνους.(ff. 63r-108v) Aristophane, Les Acharniens : (f. 63r-v) Argument des Acharniens, éd. N.G. Wilson, Prolegomena de comoedia. Scholia in Acharnenses, Equites, Nubes, Groningen, Bouma, 1975, (f. 63v) liste des personnages, (ff. 64r-108v) Les Acharniens, [titre] Ἀρχὴ τῶν Ἀχαρνῶν.(ff. 108v-164v) Aristophane, Les Guêpes : (ff. 108v-109r) Argument des Guêpes, éd. W.J.W. Koster, Scholia in Vespas, Pacem, Aves et Lysistratam, Groningen, Bouma, 1978, (f. 109r) liste des personnages, (ff. 109v-164v) Les Guêpes, [titre] Ἀρχὴ τῶν σφηκῶν.(ff. 165r-212r) Aristophane, Ploutos : (f. 165r-v) Argument du Ploutos, éd. F. Dübner, Scholia Graeca in Aristophanem, Paris, Didot, 1877, (f. 165v) liste des personnages, (ff. 166r-212r) Ploutos, [titre] Πλούτος Ἀριστοφάνους.(ff. 212v-270v) Aristophane, Les Nuées : (f. 212v) Argument des Nuées, éd. W.J.W. Koster, Prolegomena de comoedia. Scholia in Acharnenses, Equites, Nubes, Groningen, Bouma, 1977, (f. 213r) liste des personnages, (ff. 213r-270v) Les Nuées, [absence de titre global].(ff. 270v-324r) Aristophane, Les Grenouilles : (f. 270v-271r) Argument des Grenouilles, éd. F. Dübner, Scholia Graeca in Aristophanem, Paris, Didot, 1877, (ff. 271v-324r) Les Grenouilles, [titre] Ἀρχὴ τῶν βατράχων.(ff. 324v-384v) Aristophane, Les Oiseaux : (f. 324v) Argument des Oiseaux, éd. F. Dübner, Scholia Graeca in Aristophanem, Paris, Didot, 1877, (f. 324v) liste des personnages, (ff. 324 bis-384v) Les Oiseaux, [titre] Ἀρχὴ τῶν ὀρνίθων.(ff. 385v-435v) Aristophane, La Paix, vers 1-946 et vers 1012-fin : [titre] Ἀρχὴ τοῦ δράματος περὶ τῆς εἰρήνης τοῦ Ἀριστοφάνους τοῦ ποιητοῦ.(ff. 436r-480v) Aristophane, Lysistrata, vers 1-61, 132-199, 268-819, 890-1097, 1237-fin : (f. 436r) liste des personnages, (ff. 436r-480v) Lysistrata.
Description : 
Le manuscrit a appartenu à l’imprimeur vénitien Jean-François d’Asola, dont on lit l’ex-libris dans la marge inférieure du f. 1r : « A me Io. Francisco Asulano ». Ce manuscrit a ensuite fait partie de la bibliothèque de la famille De Mesmes, initiée par Jean-Jacques de Mesmes. Cette collection des manuscrits grecs a été offerte par la duchesse de Vivonne, fille de Henri de Mesmes, à Jean-Baptiste Colbert, en 1679.Les manuscrits de la bibliothèque de Colbert ont été intégrés à la Bibliothèque royale à partir de 1732. La cote 2203.5 a alors été attribuée à ce manuscrit par l’abbé de Targny, chargé du département des manuscrits de la Bibliothèque du roi jusqu’en 1737. Cette cote fut éphémère puisque l’actuelle cote date de 1740.
Droits : 
domaine public
Identifiant : 
ark:/12148/btv1b10722597n
Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Grec 2717
Notice du catalogue : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc973756
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne : 
02/11/2015


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés