Informations détaillées

Titre : 
Guillaume Caoursin, Gestorum Rhodie obsidionis commentarii, Oratio de morte magni Turci, De casu regis Zizimi
Date d'édition : 
1475-1500
Type : 
manuscrit
Langue : 
latin
Format : 
Paris. - 51 miniatures à pleine page (ff. 3v., 8, 9v., 14, 15v., 18, 19v., 22v., 24v., 26, 28v., 30v., 32, 33v., 37v., 39, 40v., 48v., 50v., 55v., 58, 59v., 62v., 64v., 66v., 68., 70v., 77v., 79, 80v., 82, 83v., 85, 87, 89, 101v., 108v., 120v., 129, 136, 138, 144, 149, 156v., 161, 169, 175, 178v., 186v., 193, 217), 2 lettres historiées avec bordures contenant des armes (ff. 1v. et 111), une lettre ornée avec bordures (f. 87v.), une lettre ornée à l'encre (f. 1). Décoration attribuée au Maître du Cardinal de Bourbon. - Parchemin. - A-B + 227 ff. (foliotés de 1 à 225). - 275 x 195 mm (just. 125 x 75 mm). - 31 cahiers + 1 f. volant : 1 cahier de 2 ff. (A-B), ou 2 ff. (A présente porte un onglet qui peut être un ancien montage ou une restauration, le fond de cahier ayant été endommagé) ; 8 cahiers de 8 ff. (1-64) ; 1 cahier de 9 ff. (65-73 ; le talon du f. 68 est fixé au verso du f. 70) ; 1 cahier de 8 ff. (74-81) ; 1 cahier de 5 ff. (82-86 ; le talon du f. 86 est fixé au recto du f. 82) ; 8 cahiers de 8 ff. (87-150) ; 1 cahier de 6 ff. (151-156) ; 4 cahiers de 8 ff. (157-188) ; 1 cahier de 4 ff. (189-192) ; 4 cahiers de 8 ff. (193-224) ; 1 f. volant fixé au verso du f. 224 (225) ; 1 cahier de 2 ff. (226-227). Pas de réclame ni de signature. Foliotation 19e siècle à l'encre noire. - Réglure à l'encre rouge. - Reliure de velours vert sur ais de bois, fin du 16e ou début du 17e siècle ; traces de boulons aux angles et de deux fermoirs en bordure de goutière ; tranches dorées ; dos restauré, 20 e siècle. Les ais de bois sont peut-être d'origine. - Estampille de la bibliothèque royale, avant 1735 (modèle Josserand-Bruno, n° 5)
Description : 
On possède pour ce manuscrit, un rare document, découvert par J.-B. de Vaivre et L. Vissière à la Bibliothèque Vaticane, détaillant l'ensemble du programme iconographique, à destination du scribe et de l'enlumineur. Le manuscrit n'a pu être réalisé avant 1483 puisqu'il contient l'histoire du siège de Rhodes de 1480, mais aussi d'autres textes dont l'histoire de Djem , alias Zizim, qui fut envoyé en France fin 1482. Les vues de Rhodes que contiennent manuscrit sont à mettre en relation avec un panneau représentant le Siège de Rhodes , conservé à Epernay . Commandé comme ex voto par Antoine d'Aubusson et Louis XI pour Notre-Dame de Paris au début des années 1480, le tableau ne fut jamais installé. Il réapparut au XIX e siècle dans la collection d' Avesnes , au château d' Hermonville (Marne, cant. Fismes) ; il fut cédé au négociant et amateur d'art Claude Chandon de Briailles qui l'offrit au musée d'Epernay en 1916. Ce tableau, tout comme le manuscrit de Caoursin, ont eu pour support graphique, lors de leur création, des dessins diffusés par l'Ordre de Saint-Jean dans un but de propagande.
Description : 
Pierre d'Aubusson , grand maître de l'ordre des Hospitaliers de Jérusalem (1423-1503, grand maître à partir de 1476), dédicataire (armes de l'auteur au f. 111 : d'argent à la fasce de gueules chargée d'une étoile d'argent, accompagné de trois merlettes de sable ; armes du dédicataire en divers endroits et notament au f. 1v. : écartelé aux 1 et 4 de gueules à une croix d'argent, aux 2 et 3 d'or à une croix ancrée de gueules). Le manuscrit était à la fin du 16e siècle entre les mains d'un membre de la famille Pot, originaire du Berry (armes rajoutées au f. 1 : d'or à la fasce d'azur, ceint du collier du Saint-Esprit). C'est d'ailleurs très probablement ce propriétaire qui a fait refaire l'actuelle reliure du volume. Plusieurs membres de la famille Pot ont occupé la charge de maître de cérémonie de l'ordre entre la fin du XVI e et la première moitié du XVII e siècle. Jean Pot épousa en 1470 Souveraine de Blanchefort , parente de Guy de Blanchefort , grand maître de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem de 1512 à 1513, neveu de Pierre d'Aubusson. Ces liens de parenté permettent d'expliquer le passage du manuscrit dans la famille Pot.Le volume est ensuite passé chez Achille III de Harlay (1639-1712), puis chezJean-Baptiste Colbert (1619-1683) ; entré à la Bibliothèque royale en 1732 avec les manuscrits de celui-ci ; ancien fonds royal.
Droits : 
domaine public
Identifiant : 
ark:/12148/btv1b10535160j
Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Latin 6067
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne : 
28/03/2016


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés