Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 431 à 431 sur 452

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Mémoires sur la librairie et sur la liberté de la presse , par M. de Lamoignon de Malesherbes,... [Publié par Antoine-Alexandre Barbier]

Auteur : Malesherbes, Chrétien-Guillaume de Lamoignon de (1721-1794)

Éditeur : H. Agasse (Paris)

Date d'édition : 1809

Contributeur : Barbier, Antoine-Alexandre (1765-1825). Éditeur scientifique

Sujet : Liberté de la presse -- France

Sujet : Censure -- Ouvrages avant 1800

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (XIV-435 p.) : fac-similé ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k83094h

Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, F-39392

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30865861m

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 75


homme avec qui il puisse se mesurer. C'est là sans doute ce que veulent dire ceux qui profèrent cette grande maxime.

Mais on ne peut pas exiger de l'homme faible, de dire une vérité qui déplaîtàl'horame puissant qui peut l'écraser, ni du particulier de dire celle qui déplaît à nn Corps contre la puissance de qui aucun particulier ne peut lutter.

Il y a donc bien dès vérités qui ne seront jamais dites si on ne peut les dire qu'en se nommant car il arrive souvent que ceux qui sont seuls à portée de faire connaître à la Nation des vérités bien intéressantes, sont des gens qui, par leur situation, ne pourraient pas mettre leur nom à leurs ouvrages } et c'est à ce genre d'Auteurs qu'il est important de donner toute la' liberté possible.

Celui qui avance un fait dont il a connaissance personnelle est un témoin qui doit se nommer pour soutenir sa déposition mais celui qui disserte, qui' discute, doit en être dispensé, puisque son nom est indifférent à ]a thèse qu'il soutient.

Prenons pour exemple" les abus de la Jus, lice, dont il a été question plus d'une rois dans les anciens Etats-Généraux. Je ne parle pas des stbus commis par l'iniquité persôn-