Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 362 à 362 sur 452

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Mémoires sur la librairie et sur la liberté de la presse , par M. de Lamoignon de Malesherbes,... [Publié par Antoine-Alexandre Barbier]

Auteur : Malesherbes, Chrétien-Guillaume de Lamoignon de (1721-1794)

Éditeur : H. Agasse (Paris)

Date d'édition : 1809

Contributeur : Barbier, Antoine-Alexandre (1765-1825). Éditeur scientifique

Sujet : Liberté de la presse -- France

Sujet : Censure -- Ouvrages avant 1800

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (XIV-435 p.) : fac-similé ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k83094h

Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, F-39392

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30865861m

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 75 %.
En savoir plus sur l'OCR


mettre dans l'alternative de déplaire à ses protecteurs, ou de faire des difficultés à des Au.téurs qui obtiendront peut-être le suffrage de la Nation? 1 Quand on pesera toutes ces considérations je crois qu'on conviendra que la liberté demandée aujourd'hui pour les Auteurs qui écrî-' vent sur les intérêts de la Nation, est incom-1 patible avec aucune espèce de censure. 3°. Ma dernière proposition est que le Censeur le plus éclairé dans la matière du livre qui lui est déféré, peut être trompé et l'est souvent.

J'atteste que, lorsque la censure s'exerçait dans toute sa rigueur, lorsque la Police veillait avec activité à empêcher l'impression et le débit des livres qui n'étaient pas permis, et qu'on n'avait pas encore renoncé à l'espérance de faire exécuter les réglemens il arrivait souvent que le môme livre dont le public était scandalisé quand il était imprimé, avait été approuvé par un Censeur homme instruit, homme pieux, homme très-attentif.

C'est ce que je ne pouvais jamais faire concevoir à ceux qui se plaignaient du livre. Ils me disaient toujours que puisque le public entier avait été indigné à la première lecture, le Censeur qui l'avait approuvé ? ou ne l'avait,