Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 79 à 79 sur 317

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Deux voyages en Asie au XIIIe siècle / par Guillaume de Rubruquis,... et Marco Polo,... ; [éd. par Eugène Muller]

Auteur : Guillaume de Rubrouck (122.?-129.?)

Auteur : Polo, Marco (1254-1324)

Éditeur : C. Delagrave (Paris)

Date d'édition : 1888

Contributeur : Muller, Eugène (1826-1913). Éditeur scientifique

Contributeur : Bergeron, Pierre (15..-1637). Éditeur scientifique

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (318 p.) : couv. ill. ; 17 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Voyages dans tous les mondes

Description : Comprend : Voyage de Marco Polo

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Sinica1

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Sinica1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k81555h

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-O2-744

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31131553h

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 87


gens-là à Caracorimi. Gest aussi la coutume que les pères enseignent toujours à leurs enfants le même métier et- office qu'ils ont exercé c'est pourquoi ils payent autant de tribut l'un que l'autre. Les prêtres des idoles de' ce pays-là portent de grands chapeaux ou coçjueluchons jaunes; et il y a entre eux,. ainsi que j'ai ouï dire, certains ermites ou anachorètes qui vivent dans les forêts et les montagnes, menant une vie très sur.prenante et austère. Les nestoriens qui sont là ne savent rien du tout; ils disent bien le service et- ont les livres sacrés en langue syriaque, mais ils n'y entendent chose .quelconque. Ils chantent comme nos moines ignorants et qui ne savent pas le latin de là vient qu'ils sont tous corrompus et méchants, surtout fort usuriers et ivrognes.

XXIX

De ce qui nous arriva en allant au pays des Naymans.. Nous partimes.de. la ville de Gailac le jour de SaintAndré, 30 de novembre; à trois lieues de là nous allâmes à un château au village des nestoriens. Étant entrés en leur église, nous y chantâmes hautement et avec joie un Salve Bjegîna, parce qu'il y avait fort longtemps que nous n'avions vu d'église. Au partir de là nous arrivames en. trois jours aux confins de cette province, est le commencement de cette grande mer, ou lac, qui nous sembla aussi tempétueux que le grand Océan, et y vîmes une grande île au milieu mon compagnon s'en approcha et y mouilla quelque linge pour en goûter de l'eau, qu'il trouva un peu sarlée, mais telle ..toutefois qu'on en pouvait boire. Il y avait l'autre côté vis-à-vis une grande vallée entre de hautes montagnes vers le midi et le levant, et au milieu des montagnes un autre grand lac. Une rivière passait par ladite vallée d'une mer à l'autre. De là il souffl,ait continuellement des vents si forts et si puissants, que les passants couraient risque que le vent ne les