Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 27 à 27 sur 328

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le château de Chantilly pendant la Révolution : arrestations dans le département de l'Oise en 1793, emprisonnements à Chantilly, liste complète des détenus, documents inédits... / par Alexandre Sorel

Auteur : Sorel, Alexandre (1826-1903)

Éditeur : Hachette (Paris)

Date d'édition : 1872

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (VIII-315 p.) ; in-8

Format : application/pdf

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Picardi1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k747082

Source : Bibliothèques de la Ville de Compiègne, 8-Lk7-16029

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31385498j

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 82 %.
En savoir plus sur l'OCR


nale de Chantilly, et le 25 juin <79~ le directoire du département de l'Oise, séant à Beauvais, confirma cetarrété*.

L'année suivante le château de Chantilly fut l'objet d'une nouvelle perquisition, mais cette fois c'était en dehors de toute légalité et par suite d'un envahissement purement arbitraire. La journée du 10 août ~792 venait de consommer la ruine du trône et le désordre existait de tout côté. Paris regorgeait alors de gardes nationaux qui avaient quitté leurs provinces et qui avaient joué un rôle plus ou moins actif dans l'attaque des Tuileries. Le 45 août, vers cinq heures du matin, une bande d'environ six cents de ces gardes nationaux traînant trois pièces de canon, sortit de la capitale et passant par le village de Sarcelles, fit irruption à Chantilly. Le château se trouvait encore sous la surveillance du même Bourgeois, qui en avait été nommé séquestre en vertu de la loi du 8 avril t792, et qui, en cette qualité, y habitait avec -sa famille. A la vue de tant d'hommes armés dont les vociférations et l'aspect n'avaient rien de bien rassurant, Bourgeois jugea prudent de se sauver, lui et les siens il se réfugia à Senlis, chez le citoyen Gayant, homme de loi, et son exemple fut suivi par les autres gardiens de telle sorte que le châ t. VoyiM le pteeëe~etbat aux pièces jtMtt&a~es.