Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 928 à 928 sur 954

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


J'aurai près de ce temple un simple monument On gravera sur la bordure

« Daphnis mourut d'amour. Passant, arrête-toi, « Pleure, et dis Celui-ci succomba sous la loi « De la cruelle Alcimadure. »

A ces mots, par la Parque il se sentit atteint 11 auroit poursuivi; la douleur le prévint. Son ingrate sortit triomphante et parée,

On voulut, mais en vain, l'arrêter un moment Pour donner quelques pleurs au sort de son amant Elle insulta toujours au fils de Cythérée, Menant dès ce soir même, au mépris de ses lois, Ses compagnes danser autour de sa statue. Le Dieu tomba sur elle, et l'accabla du poids Une voix sortit de la nue,

Écho redit ces mots dans les airs épandus « Que tout aime à présent l'insensible n'est plus. » Cependant de Daphnis l'ombre au Styx descendue Frémit et s'étonna la voyant accourir.

Tout l'Érèbe entendit cette belle homicide S'excuser au berger, qui ne daigna l'ouïr, Non plus qu'Ajax Ulysse, et Didon son perfide.