Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 741 à 741 sur 954

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 94


Moi-même de mon bien je serai le larron.

Le larron? Quoi? jouir, c'est se voler soi-même? a Mon ami, j'ai pitié de ton erreur extrême.

Apprends de moi cette leçon

Le bien n'est bien qu'en tant que l'on s'en peut défaire; Sans cela c'est un mal. Veux-tu le réserver

Pour un âge et des temps qui n'en ont plus que faire? a La peine d'acquérir, le soin de conserver,

Otent le prix à l'or, qu'on croit si nécessaire. »

Pour se décharger d'un tel soin, y

Notre homme eût pu trouver des gens sûrs au besoin. Il aima mieux la terre; et, prenant son compère, Celui-ci l'aide. Ils vont enfouir le trésor.

Au bout de quelque temps l'homme va voir son or; Il ne retrouva que le gîte.

Soupçonnant à bon droit le compère, il va vite

Lui dire « Apprêtez-vous; car il me reste encor

Quelques deniers je veux les joindre à l'autre masse. » Le compère aussitôt va remettre en sa place

L'argent volé, prétendant bien

Tout reprendre à la fois, sans qu'il y manquât rien. Mais, pour ce coup, l'autre fut sage

Il retint tout chez lui, résolu de jouir,

Plus n'entasser, plus n enfouir;

Et le pauvre voleur, ne trouvant plus son gage,

Pensa tomber de sa hauteur.

Il n'est pas malaisé de tromper un trompeur.