Accueil Consultation
Mode texte Mode écoute Télécharger le fichier MP3 de la vocalisation
page 14 (vue 58 sur 522)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page

«igné cette date à la Un de son livre. Il e*« divisé en quatre livres s le premier, composé de sept chapitres, traite de l'Invention dix diverses parties de l'art; lesecond, en dix-sept chapitres, traite de la main musicale, du citant, (te la voix des clef*, <tes muante», do. mode et du ton; te troisième, qui est le plus important, traite de la musique mesurée, et le quatrième, des proportions et des uonsonnances.

On ignore la date précise de la naissance d'Adam de Fulde; mais elle a dû avoir lieu vers l'an 14S0, car il dit, chapitre 7"" du 1" livre, qu'il fut presque le contemporain de Guillaume Pufay et de Butnois, qui vécureat dam la premien rodUéduqniuléme siècle: Et dixa main «totem doctitsmu WUàelmm mfaç ae Antonius de Bufna, quorum, été. Il prend le titre de magicien ducal au commencement de sa dédicace.

Glarean nous a conservé, dam son Dodéca» corde (p. 362) un cantique à quatre voix d'Adam de Fnldej c'est on morceau fort bien écrit, et l'un des plus anciens monuments de composition régulière à Plusieurs parties. Dans VKnchiridion des chants religieux etdes psaumes (Mngdebourg, I67S) on trouve aussi, p. 50, léchant Ack MUp myleidtundsenUchKUxg, sons le nom d'Adam deFulde.

ADAM (totns) né le S décembre 1758 à Miettersbeltx, département du Bas-Rhin, eut d'abord pour maître de clavicorde un de ses pa- rent», excellent amateur; JI reçut ensuite pendant quelques mis des leçons de piano d'un bon organiste de Strasbourg nommé Hepp mort vers 1800; mais c'est surtout à l'Aude qu'il a faite par lui-mime des écrits d'Eu»». Bach, des œuvres de Hœndel, de Bach, de Scarlatti, de Scbobert, et, plus récemment, de démenti et de Mozart, qu'il dnt la science et le talent qui l'ont placé an premier rang parmi les professeurs de son instrument. Adam a, dans son enfance étudié sans mattre le violon et la harpe. li a aussi appris seul l'art d'écrire ou la composition. Arrivé à paris à l'âge de dix-sept ans, pour y enseigner la musique, il débuta par deux symphonies concertantes ponr harpe et piano avec violon, qui furent exécutées au concert spirituel, et qui étaient les premières qu'on eût entendues en ce genre. Depuis ce temps, il s'est livré à l'en»saignement et a la composition. En 1797, Il fut nommé professeur au Conservatoire là, il a formé un grand nombre d'excellents élèves; les plus connus sont Kalfcbrenner, F. CItaulieu, Henri Le Moine, M1"" Beek, Basse et «euaud d'Allen, qui successivement ont obtenu tes premiers prix de piano dans cette école. HWrold père et fils,

[ CalKas, Bougeât, Sréftl fils, H1" Breswn, et beaucoup d'autres, ont ansti reçu de ses leçons. j En «818, le cours de piano que faisait cet artiste au Conservatoire fut réservé pour les élèves du sexe féminin.

tes ouvrages d'Adam sont 1 Onw œuvres de sonaiespourtepianopupUéaàPari».– î° Quelques sonates séparées, –s* Des airs variés pour le I même instrument, notamment celui du noiDago'• ter/,quiaeubeancoiipdesaecè*.– V Méthode ou principe général du doigté, suivie d'une collection complète de tout lu trait» possibles, avec le doigté etc. (en société avec Lachnith) 1 Paris, Sieber, 1798. &• Méthode moelle pour le piano, a l'wage dea éleva du Conserva*foire; Paris, 1802. Peu d'ouvrages élémentaires ont en me vogue semblable à celle que celui-ci a obtenue. Près de vingt mille exemplaires ont été livrés au publie dans l'espace de vingtdnq ans. Cette vogue était méritéesous le rapport dePexposé des principes du doigté, qui a'avalt jamais été st bien lait Une cinquième édition de cet ouvrage, revue aveesoin par l'auteur, a dé publiée à Paris, en 1831. – 6* Des quatuor» d'Hajdn et de Pleyel, arrangés pourpiano. –7° Un recueil de romances. la collection entière des Délice» ffiButerpe. Journal d'ariettes italiennes de M"" Xrard. Adam a été fait chevalier de-la Légion d'honneur au mois de novembre 1837. Retiré en IMî après quarante-cinq ans de services, il a obtenu une pension de 2,000 francs, dont il n'a joui que peu d'années car il a cessé de vivrele lt avril 1848, à l'âge de quatre-vingt-dix ans.

ADAM (AdowboChabu»), Ois du précédent, néàParisle 24 Juillet 1803 («), ne lut pu destiné par ses parents à cultiver la musique. On le mit fortjeune dans un pensionnat pour commencer des études littéraires et pendant pltuleurs années il fréquenta le Lycée Napoléon; mais, ennemi du travail, il y fit peu de progrès, et n'alla pas ta delà de la quatrième. Sur ses demandes réitérées, son père consentit enfin aie retirer du collège et à lui donner un maître de musique, qui n'eut pas plus à se louer de son application que ses professeurs de grec et de latin. Musicien dfasttnet, il lui paraissait plus facile de deviner le mécanisme de l'art que de l'apprendre. D'ailleurs, peu surveillé dans «es travaux, il Jouissait d'une entière liberté, dont il est rare qu'un jeune garçon n'abuse pas. Au bout de quelques années, il sa trouva pourtaatqu'il jouait assez bien da piano et qu'il improvisait aveu facilité ut les orgues de plusieurs églises de Paris, sans avoir rien tait (0 cette <tate«$t conforme aai rtgUtn» limarfetton du CoweratolM et de riutttat royal de ïnott eut par erreur qu'on aMtnsttNAdMi>tnvim,agi»4^uttres Biographies.

Mode texte Mode écoute
page 14 (vue 58 sur 522)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page
Accueil Consultation