Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 129 à 129 sur 386

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le feu : (journal d'une escouade) / Henri Barbusse

Auteur : Barbusse, Henri (1873-1935). Auteur du texte

Éditeur : E. Flammarion (Paris)

Date d'édition : 1916

Sujet : Guerre mondiale (1914-1918) -- Roman

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. ([4]-378-[1] p.) ; in-16

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 386

Description : [Le feu (français)]

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : GG14182

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k65983d

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-24750

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31761560f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 91 %.
En savoir plus sur l'OCR


en a trop. Tu vois, c'est toujours a trop a que j' dis, parce que c'est ça.

Trop! qu'an sais-tu, vilain? Ces services, connais. tu qui i* sont?

J' sais pas c' qu'i sont, repartit Volpatte, mais j'dis.

Tu crois qu' c'est pas un fourbi d' faire marcher toutes les affaires des armées?

J'in'cn fous, mais.

Mais tu voudrais que ce a'rait toi, pas? goguenarda le voisin invisible qui, au fond de son capuchon sur lequel se déversaient les réservoirs de t'espace, cachait soit une grande indifférence, soit l'impitoyable désir de faire monter Volpatte.

J'sais pas y faire, dit simplement celui-ci. Y en a qui sav't pour toi, intervint la voix aiguë de Barque; j'en ai connu un.

Moi aussi, j'en ai vu hurla désespérément Volpatte dans la tempête. Tiens, pas loin du front, j'sais pas quoi, où il y a l'hôpital d'évacuation et une sous-intendance, c'est là qu' j'ai rencontré c't'anguille.

Le vent, qui passait sur nous, demanda en cahotant Qu'est-ce que c'est qu'ça?

A ce moment il se produisit une accalmie, et le mauvais temps laissa tant bien que mal parler Volpatte, qui dit:

Y m'a servi d' guide dans tout le fouillis du dépôt comme dans une foire, vu qu'il était lui-même une des curiosités de l'endroit. F m' menait dans des couloirs, des salles de maisons ou d'baraquements supplémenmentaires; i' m'entr'ouvrait une porte à étiquette ou in la montrait et i' m'disait « Vise ça, et ça donc, vise-lel n J'ai visité avec lui; mais lui n'est pas revenu, •ninme moi, aux tranchées n' t'en fais pas. I' n'en r'vet.ait du reste pas non plus, fais t'en pas. C' t'anguille, la première fois que j' l'ai vue, elle marchait tout doucement dans la cour: « C'est l'service courant », qu'i