search inAll Gallica

search form for All Gallica

    search in Books

    search form for Books

      search in Manuscripts

      search form for Manuscripts

        search in Maps

        search form for Maps

          search in Images

          search form for Images

            search in Periodicals

            search form for Periodicals

              search in Sound recordings

              search form for Sound recordings

                search in Scores

                search form for Scores
                  Close
                  Please type your search term
                  Close
                  Home Consultation

                  Full record

                  Fermer

                  Titre : Le feu : (journal d'une escouade) / Henri Barbusse

                  Auteur : Barbusse, Henri (1873-1935)

                  Éditeur : E. Flammarion (Paris)

                  Date d'édition : 1916

                  Sujet : Guerre mondiale (1914-1918) -- Roman

                  Type : monographie imprimée

                  Langue : Français

                  Format : 1 vol. (378 p.) ; in-16

                  Format : application/pdf

                  Droits : domaine public

                  Identifiant : ark:/12148/bpt6k65983d

                  Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-24750

                  Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31761560f

                  Provenance : bnf.fr

                  Date de mise en ligne : 15/10/2007

                  Close
                  First page Previous page Page
                  Next page Last page (Screen 129 / 386)
                  Download / Print
                  Fermer la popin

                  Download

                  You can obtain several pages of this document as an electronic file. You may choose one of the following formats : PDF, single page JPEG or plain text.

                  Choose format :
                  PDF
                  JPEG (Only the current page)
                  txt


                  Choose to download:
                  full document
                  a portion of this document


                  By checking this box, I acknowledge having read conditions of use and accept them.

                  Close

                  Send by e-mail

                  Fermer
                  A mail has been sent A problem occured, the e-mail delivery failed. Please try again.
                  Close

                  Search module

                  Click here to toogle the search panel

                  Search results

                  Search this document

                  The text below has been produced using a process called optical character recognition (O.C.R.). Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page.

                  The recognition rate for this document is 91.16 %.




                  LE FEU

                  J89

                  en a trop. Tu vois, c'est toujours a trop a que j' dis,
                  parce que c'est ça.

                  Trop! qu'an sais-tu, vilain? Ces services, connais.
                  tu qui i* sont?

                  J' sais pas c' qu'i sont, repartit Volpatte, mais
                  j'dis.

                  Tu crois qu' c'est pas un fourbi d' faire marcher
                  toutes les affaires des armées?

                  J'in'cn fous, mais.

                  Mais tu voudrais que ce a'rait toi, pas? goguenarda
                  le voisin invisible qui, au fond de son capuchon sur
                  lequel se déversaient les réservoirs de t'espace, cachait
                  soit une grande indifférence, soit l'impitoyable désir de
                  faire monter Volpatte.

                  J'sais pas y faire, dit simplement celui-ci.
                  Y en a qui sav't pour toi, intervint la voix aiguë de
                  Barque; j'en ai connu un.

                  Moi aussi, j'en ai vu hurla désespérément Volpatte
                  dans la tempête. Tiens, pas loin du front, j'sais pas
                  quoi, il y a l'hôpital d'évacuation et une sous-inten-
                  dance, c'est qu' j'ai rencontré c't'anguille.

                  Le vent, qui passait sur nous, demanda en cahotant
                  Qu'est-ce que c'est qu'ça?

                  A ce moment il se produisit une accalmie, et le mau-
                  vais temps laissa tant bien que mal parler Volpatte, qui
                  dit:

                  Y m'a servi d' guide dans tout le fouillis du dépôt
                  comme dans une foire, vu qu'il était lui-même une des
                  curiosités de l'endroit. F m' menait dans des couloirs,
                  des salles de maisons ou d'baraquements supplémen-
                  mentaires; i' m'entr'ouvrait une porte à étiquette ou
                  in la montrait et i' m'disait « Vise ça, et ça donc,
                  vise-lel n J'ai visité avec lui; mais lui n'est pas revenu,
                  •ninme moi, aux tranchées n' t'en fais pas. I' n'en r've-
                  t.ait du reste pas non plus, fais t'en pas. C' t'anguille, la
                  première fois que j' l'ai vue, elle marchait tout douce-
                  ment dans la cour: « C'est l'service courant », qu'i


                  Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-24750

                  Share

                  Permalink on this document

                  Permalink on this page
                  Embeddable widget

                  Embeddable thumbnail
                  Send by e-mail

                  Blogs and social networks