Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 99 à 99 sur 461

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le vampire : les mystères du crime / par Michel Morphy

Auteur : Morphy, Michel (1863-1928)

Éditeur : chez tous les libraires (Paris)

Date d'édition : 1886

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (462 p.) ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5840033d

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 4-Y2-1142

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30983596j

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/05/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


98 LE VAMPIRE

— Messieurs, vous m'excuserez, fit-il en se dirigeant vers la grande Roquette, mais l'heure est venue d'accomplir l'arrêt de la justice.

Le directeur de la prison attendait l'exécuteur des hautes-oeuvres qui lui serra la main cordialement.

— Prenez garde, cher monsieur Dublair, fit le directeur, ce mystérieux Général des Carrières, qui n'a point voulu dire son vni nom et qui a déjoué la police si longtemps, ce gredin n'est pas commode.

M. Dublair hocha la tête.

— Nous prendrons nos précautions, dit-il en remettant un papier au directeur de la Roquette.

Cului-ci lut l'ordre d'exécution, qui était ainsi conçu :

« L'exécuteur en chef des arrêts criminels de ia Cour de Paris extraira, demain... de la maison du Dépôt des condamnés, le nommé Général des Carrières, ainsi déclaré, et le conduira, à cinq heures précises du matin, au rondpoint delà rue delà Roquette, où il lui fera subir la peine de mort prononcée contre lui par arrêt de la Cour d'assises, le... pour assassinat. »

— Très bien, fit le directeur de la Roquette en serrant le papier dans son portefeuille ; l'homme vous appartient maintenant.

Ils s'enfoncèrent dans l'intérieur de la prison.

Au dehors, on entendait le piaffement des chevaux et la rumeur discordante de milliers de curieux. La matin blanchissait lentement l'horizon.

CHAPITRE VIII L'exécution.

Transportons-nous dans la cellule de Général, l'assassin la rue Rambuteau.

C'est jne pièce étroite et sombre.

'Le bec de gaz qui l'éclairé est baissé.

Un-gardien et un soldat soflt assis et causent aupiès.du poêle qui répand mie chaleur lourde et suffocante.