Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 231 à 231 sur 310

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Les Papillons, métamorphoses terrestres des peuples de l'air, par Amédée Varin. Texte par Eug. Nus et Antony Méray.... Tome 2

Auteur : Nus, Eugène (1816-1894)

Auteur : Méray, Antony (1817-1889?)

Éditeur : G. de Gonet (Paris)

Date d'édition : 1862

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 2 vol. gr. in-8° , pl.

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5839868w

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Y2-4184

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31028625v

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 28/06/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 98 %.
En savoir plus sur l'OCR


190 LES PAPILLONS

ressort, et qui, lorsqu'ils viennent à être renversés sur le dos, ont la singulière faculté de se lancer en l'air et de retomber sur leurs pattes; les cébrions, dont les antennes sont en forme de scie, et dont le mâle et la femelle sont si différents l'un de l'autre, que depuis très-peu de temps seulement on a reconnu qu'ils appartiennent au même genre; les ptines et les lime-bois, petits insectes qui se ressemblent beaucoup et vivent dans les pièces de bois, les vieux meubles, où ils causent d'incroyables ravages.

Ces genres sont incontestablement les plus remarquables de la famille des SERRICORNES; il faut aussi ranger dans cette catégorie les lampyres, vulgairement appelés vers luisants, dont nous parlerons un peu plus longuement.

Souvent, sans doute, madame, en vous promenant le soir dans vos bosquets embaumés, dont le souvenir nous arrache un soupir de regret, vous avez remarqué ces petits globules de feu qui surgissent tout à coup au pied d'un arbuste, dans l'herbe qui reflète leur lumière, et vous avez pu vous assurer que cette lueur phosphorescente émanait d'un insecte improprement appelé ver luisant.

Ce n'est pas un ver, en effet; c'est un insecte parfait. 11 est vrai pourtant que, dans certaines espèces de ce genre, la larve est quelque peu lumineuse ; mais ce n'est qu'après avoir passé par l'état de nymphe que l'animal est, sous ce rapport, dans tout son éclat.

En France, et dans le nord de l'Europe, cette faculté de répandre la lumière n'appartient qu'aux femelles des lam-