Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 78 à 78 sur 214

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les "premières" de Alfred de Musset / Henry Lyonnet

Auteur : Lyonnet, Henry (1853-1933)

Éditeur : Delagrave (Paris)

Date d'édition : 1927

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (VIII-202 p.) ; in-16

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5839046j

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YF-2267

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb308499754

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 12/07/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 93


LOUISON 67

pour se consacrer uniquement à l'éducation de ses enfants (1).

M11* Judith (2) nous est connue. Nous l'avons vue jouer le Caprice.

Quant à M11* Anaîs (3), or jolie petite femme qui a un joli petit talent », disait Harel, elle avait créé pendant plus de vingt ans toutes sortes de rôles où elle s'était toujours montrée jeune, gentille et gracieuse. Tous les critiques avaient vanté son naturel, son élégance. On ne lui reprochait que sa petite taille, mais c'est précisément à cause de sa figure presque enfantine qu'elle paraissait jeune encore à plus de quarante ans.

Ce fut donc à M" 9 Anaîs, à la physionomie touchante, au parler languissant, petite et bien faite, que Musset conûa le rôle de Louison qu'il avait écrit pour une autre, oubliant que son interprète allait atteindre la cinquantaine et qu'elle avait déjà manifesté le désir de se retirer, ce qu'elle fit deux ans plus tard.

On connaît le rondeau (4) qu'il lui dédia à cette

occasion :

Que rien ne puisse en liberté Passer sons le sacré portique Sans être quelque peu heurté Par les bornes de la critique, C'est un axiome authentique.

Pourquoi tant de sévérité? Grétry disait avec gaieté : a J'aime mieux un peu de musique Que rien... s

(l) Les deux fils de Melingue, sculpteur et peintre lui-même, acquirent un nom dans la peinture.

(3) Voir notre chapitre H.

(1) M"« Anats Aubert(180M871), Théâtre-Français, 1818, Théâtre-Français, Gjmnase, Odéoo, Théatre-Franeaii, 1831; sociétaire, 1831; retirée en 1851.

(t) Ce rondeau, qui ne figure pas dans toutes Us éditions du théâtre d« Musset, se trouve en tétc d* la premier* édition.