Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 413 à 413 sur 484

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Traité de la séduction considérée dans l'ordre judiciaire . Par M. Fournel,...

Auteur : Fournel, Jean-François (1745-1820)

Éditeur : Demonville (Paris)

Date d'édition : 1781

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : XVI-462-[2] p. ; in-12

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k57626268

Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, F-25396

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304547229

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 22/03/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 86


DE LA SÉDUCTION. Jp?

Mais de quelque considération qu'elles puissent erre, il est certain que lnumanité íe refuse à confondre ces deux cas, de qu'il y a moins de subtilité que de justice à les distinguer quant à la peine > en effet, comme a dit M. d'Aguesseau (de l'Etat des Personnes ), « quànd on con» viendroit que la malice est égale dans » celui qui détruit l'espérance d'un honr» me, 6V: dans celui qui fait mourir un 33 homme déjà formé, il faut néanmoins 53 reconnoître que dans les principes de la 33 Foi Catholique , il y a toujours une 33 extrême différence entre ces deux cri»mes,&: que, s'ils sont égaux par rap53 port à la Politique , l'un est beaucoup » plus atroce que l'autre, par rapport à la 35 Religion.

»> Celui qui empêche la formation dC wl'animation d'un homme, prive à la 5> vérité la République , autant qu'il est 5> en lui , d'un Citoyen -, mais ce qu'il » détruit n'est encore qu'une masse in53 forme, incapable de sentiment, de par 33 conséquent de bonheur de de malheur; 3> il ne fait tort qu'à la mère dont il expose 53 la vie, de à i'Etat auquel il ôte un de 33 ses membres : mais il ne fait aucun tort » à l'enfant, puisqu'il n'est pas encore » formé j ée que l'on peut dire de lui cc