Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 143 à 143 sur 426

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Voyage d'un jeune français en Angleterre et en Écosse pendant l'automne de 1823 par Adolphe Blanqui

Auteur : Blanqui, Adolphe (1798-1854)

Éditeur : Dondey-Dupré père et fils (Paris)

Date d'édition : 1824

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : XIX-396 p. : ill. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5698268p

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-N-384

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301125358

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/08/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 93 %.
En savoir plus sur l'OCR


nG ANGLETERRE.

qui voulait qu'on leur donnât une patrie dans la

nôtre (1). .

Mais l'établissement le plus intéressant de cette ville est sans contredit l'Ecole des avcuglcs(iSc/too£ ofindustryfor the indigent blind). On les a trop loiig-tems regardés comme des êtres inutiles, incapables de se suffire jamais, à charge à euxmêmes et aux autres. Aussi les voit-on languir sur nos places et dans nos carrefours, en proie à la faim et au froid; heureux lorsqu'il leur reste un guide! Cependant l'expérience a prouvé qu'ils étaient capables d'apprendre un certain nombre d'arts utiles, au moyen desquels ils pourraient pourvoir à leur.existence, et se soustraire aux tournions de l'inaction. C'est dans cette intention qu'on a fondé l'Ecole des aveugles, en 1791. Elle n'élait d'abord qu'un simple asile ; mais la philanthropie éclairée des fondateurs a donné une base plus large à cette belle institution, qu'on peut citer aujourd'hui pour modèle, et qui a été imitée à Londres, à Edimbourg et à Bristol. Les

(1) Voyci les KOÎU.U tVun Solitaire, page a^-aS?, tome XVI; édition in-18, d'Aimé-Martm» i8a3. Ce morceau est écrit avec tout le charme qu'où retrouve dans les différons ouvrages du même auteur.