Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 556 à 556 sur 564

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Cours d'hippiatrique, ou Traité complet de la médecine des chevaux . Orné de soixante & cinq planches gravées avec soin. Par M. Lafosse,...

Auteur : Lafosse, Philippe-Étienne (1738-1820). Auteur du texte

Éditeur : A Paris, chez Edme, libraire, rue des Carmes, au College de Presle. Et chez l'auteur, rue de l'Eperon. M. DCC. LXXII. Avec privilege du roi.

Date d'édition : 1772

Sujet : Cheval -- Anatomie -- Ouvrages de référence

Sujet : Cheval -- Maladies -- Ouvrages de référence

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : [6]-XI-[1]-XVII-[1]-402-VI p., LXV f. de pl. : ill. ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 564

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k55623527

Source : Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, FOL-TG19-67

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30717049t

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 21/09/2009

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 93


RÉPONSES AUX OBJECTIONS. 401

II y a cependant un cas où le cheval peut devenir boîteux en marchant fur la fourchette [mais jamais personne ne m'en a parlé] ; c'est quand elle est dure 6k sèche. L'obfervation 6k 6k l'anatomie du pied , m'ont fait voir que l'animal, en s'appuyant à terre, forçoit, contre l'expansion du tendon, qui s'attache à l'os du pied, cette partie dure , qui à raison de sa grande sensibilité peut l'obliger à boiter ; mais si on enlève le petit bout de la fourchette, il ne boitera pas.

CINQUIÈME OBJECTION.

Avec cette ferrure, la fourchette fera plus exposée à avoir des sics ou crapauds.

RÉPONSE.

Cet accident n'arrive qu'aux chevaux qui ont des humeurs. Si l'on y remarque de la disposition, 011 pourra parer la fourchette , 6k le cheval marchera sur les talons , s'ils sont forts , avec la même fureté , soit fur le pavé sec 6k plombé , soit sur un autre terrein.

SIXIÈME OBJECTION.

On dit que le nerf se fatigue , c'est-à-dire , que le tendon fléchisseur de l'os du pied se trouve tiraillé , 6k souffre par la courte ferrure , la fourchette portant alors fur le pavé.

RÉPONSE. C'est précisément tout le contraire.

Voyons les effets du poids du corps fur ce même tendon , dans les circonstances suivantes.

Si l'on ferre le cheval à crampons, il se trouve alors une grande distance entre la fourchette 6k le pavé ; le poids du corps porte fur les crampons , la fourchette qui est en Pair cède , le talon s'allonge , 6k íi le cheval fait un mouvement violent 6k subit , la rupture de ce tendon est presque inévitable, parce que la fourchette ne peut pas gagner le pavé, pour soulager le tendon à qui elle doit servir de point d'appui ; si le tendon ne se rompt pas , le cheval boitera long-temps , à cause de la grande extension des sibres qui étoient prêtes à se rompre.

Si l'on ferre à fortes éponges , la fourchette est beaucoup moins à Pair ; le poids du corps peut, à la vérité, forcer la fourchette à gagner le milieu d'un pavé, 6k par-là sauver l'extension violente du tendon ; mais comme Pépaisseur des éponges empêche la substance de la fourchette de porter à terre , de céder , 6k de rentrer en elle-même autant qu'elle en est capable par sa nature ; il faut que le tendon se rompe par un pas de surprise violent 6k subit, ou par une autre circonstance quelconque.

Si l'on ferre sans éponges , la fourchette , qui porte tout le poids du corps, du cheval , cède à chaque pas , 6k rentre par son ressort , dans fa propre substance , le tendon n'est jamais dans un état de distension ; ses sibres ne seront pas exposées à de pareils accidens, dans le cas d'un mouvement de surprise.

J'ose dire d'avance, que jamais il n'arrivera rupture du tendon fur le milieu d'un pave ; 6k si l'accident avoit lieu , ce ne seroit que dans le vuide de deux pavés. II fuit de tout ceci deux choses également claires , que le tendon est susceptible de tous les différens dégrès de violence , que l'on peut imaginer depuis fa rupture totale, jusqu'à la plus petite distension de ses fibres, qui font boiter le cheval ; 6k que c'est de la fourchette feule, que dépendent tous ces différens dégrès , comme le fait, est plus particulièrement démontré dans ce que j'ai dit de la fracture de Pos coronaire , en donnant la description du pied.

SEPTIÈME OBJECTION. Le cheval sera plus sujet à prendre des clous de rue , 6k aux autres accidens qui proviennent de la piqueure de la sole charnue.

-r • • • .

11111